21 juillet 1242 - Saint Louis vainqueur à Taillebourg - Herodote.net

21 juillet 1242

Saint Louis vainqueur à Taillebourg

Le 21 juillet 1242, le roi de France Louis IX (futur Saint Louis) repousse une armée anglo-poitevine sur le petit pont de Taillebourg, dans le Poitou. Deux jours plus tard, il inflige aux Anglais et à leurs alliés une sévère défaite à Saintes.

C'est un sévère avertissement pour les grands féodaux de l'Ouest, qui avaient espéré profiter de la jeunesse du roi pour s'émanciper, avec le concours des Anglais...

André Larané

Un royaume affaibli par la régence

Le roi de France Louis IX, futur Saint Louis, est à peine âgé de 12 ans à la mort de son père, en 1226. Il laisse à sa mère Blanche de Castille le soin de gouverner le royaume à sa place... Une femme à la tête du royaume !

Les grands seigneurs féodaux se disent que l'occasion est venue de reprendre la main. Grossière illusion. La mère du roi, qui a de qui tenir (elle est la petite-fille d'Aliénor d'Aquitaine), réprime avec fermeté leurs révoltes.

Le roi ramène les seigneurs à l'obéissance

Un ultime soulèvement a lieu en 1242, dans l'ouest du pays, à l'instigation du comte de la Marche et avec l'appui de son parent, le roi d'Angleterre Henri III Plantagenêt, trop heureux de tracasser la dynastie capétienne. Les comploteurs ont le soutien du comte de Toulouse, Raimon VII. Celui-ci veut prendre sa revanche sur le traité léonin de 1229 qui a mis fin à la croisade des Albigeois en le réduisant à la merci du roi capétien.

C'est le moment où Louis IX reprend les rênes du pouvoir. Il rassemble l'armée féodale à Chinon le 28 avril 1242. Il n'est que temps car Henri III débarque à Royan, au nord de la Gironde, le 13 mai.

Parcourant à marche forcée le Poitou et la Saintonge, le roi de France s'empare de plusieurs châteaux rebelles : Fontenay-le-Comte, Vouvant, Niort, Villiers, Saint-Jean-d'Angély... Arrivé au bord de la Charente, il choisit de traverser celle-ci à Taillebourg, ville fortifiée qui lui est fidèle. Il n'y a guère qu'un pont d'à peine deux mètres de large et de l'autre côté, à gauche, se tient l'armée anglaise.

Heureuse époque où quelques morts suffisent pour amener les vaincus à la table de négociation !

Le comte de Toulouse Raimon VII conclut la paix à Lorris la même année. Les Anglais prennent leur temps. C'est seulement le 4 décembre 1259 que le traité de Paris met fin à la lutte entre les Capétiens et leurs rivaux anglo-angevins, issus du mariage d'Henri Plantagenêt et Aliénor d'Aquitaine, près d'un siècle plus tôt (on peut y voir une première «guerre de cent ans» entre les deux pays).

Publié ou mis à jour le : 2019-07-09 11:00:35

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net