21 juillet 1242

Saint Louis vainqueur à Taillebourg

Le 21 juillet 1242, le roi de France Louis IX (futur Saint Louis) repousse une armée anglo-poitevine sur le petit pont de Taillebourg, dans le Poitou. Deux jours plus tard, il inflige aux Anglais et à leurs alliés une sévère défaite à Saintes.

C'est un sévère avertissement pour les grands féodaux de l'Ouest, qui avaient espéré profiter de la jeunesse du roi pour s'émanciper, avec le concours des Anglais.

André Larané

Un royaume affaibli par la régence

Louis IX est à peine âgé de 12 ans à la mort de son père, en 1226. Il laisse à sa mère Blanche de Castille le soin de gouverner le royaume à sa place... Une femme à la tête du royaume !

Les grands seigneurs féodaux se disent que l'occasion est venue de reprendre la main. Grossière illusion. La mère du roi, qui a de qui tenir (elle est la petite-fille d'Aliénor d'Aquitaine), réprime leurs révoltes avec fermeté.

Le roi ramène les seigneurs à l'obéissance

Un ultime soulèvement a lieu en 1242, dans l'ouest du pays, à l'instigation du comte de la Marche, Hugues de Lusignan. Quand Alphonse de Poitiers a pris possession de son apanage du Poitou en 1241, le comte a mal supporté de devoir lui faire allégeance en lieu et place du roi. 

Marié à la veuve du roi d'Angleterre Jean sans Terre, il a obtenu l'appui de son beau-fils, Henri III Plantagenêt, trop heureux de tracasser la dynastie capétienne. Le comte de Toulouse Raimon VII, désireux de prendre sa revanche sur le traité léonin de 1229 qui a mis fin à la croisade des Albigeois, s'est rallié à eux sans trop hésiter.

C'est le moment où Louis IX reprend les rênes du pouvoir. Il rassemble l'armée féodale à Chinon le 28 avril 1242. Il n'est que temps car Henri III débarque à Royan, au nord de la Gironde, le 13 mai 1242.

Parcourant à marche forcée le Poitou et la Saintonge, le roi de France s'empare de plusieurs châteaux rebelles : Fontenay-le-Comte, Vouvant, Niort, Villiers, Saint-Jean-d'Angély... Arrivé au bord de la Charente, il choisit de traverser celle-ci à Taillebourg, ville fortifiée qui lui est fidèle. Il n'y a guère qu'un pont d'à peine deux mètres de large et de l'autre côté, à gauche, se tient l'armée anglaise.

Heureuse époque où quelques morts suffisent pour amener les vaincus à la table de négociation !

Le comte de Toulouse Raimon VII conclut la paix à Lorris la même année. Les Anglais prennent leur temps. C'est seulement le 4 décembre 1259 que le traité de Paris met fin à la lutte entre les Capétiens et leurs rivaux anglo-angevins, issus du mariage d'Henri Plantagenêt et Aliénor d'Aquitaine, près d'un siècle plus tôt (on peut y voir une première «guerre de cent ans» entre les deux pays).

La légende de Taillebourg

Le chroniqueur Jean de Joinville, compagnon du roi, raconta l'épisode de Taillebourg dans sa Vie de Saint Louis, en 1305, non sans quelque exagération (il avait environ 17 ans au moment de la bataille) :

«Le roi d'Angleterre et le comte de la Marche vinrent là pour livrer bataille au roi devant un château que l'on appelle Taillebourg, qui est bâti sur une mauvaise rivière que l'on appelle Charente, à un endroit où l'on ne peut passer que sur un pont de pierre très étroit.
Aussitôt que le roi arriva à Taillebourg et que les armées furent en vue l'une de l'autre, nos gens, qui avaient le château de leur côté, firent tout ce qu'ils purent à grand-peine et passèrent en prenant de grands risques avec des bateaux et sur des ponts et attaquèrent les Anglais, et l'engagement commença vif et rude. Quand le roi vit cela, il s'exposa avec les autres ; car, pour un homme que le roi avait quand il passa du côté des Anglais, les Anglais en avaient mille. Toujours est-il, comme Dieu le voulut, que lorsque les Anglais virent le roi passer la rivière, ils perdirent courage et se jetèrent dans la cité de Saintes»
.

Beaucoup plus tard, au XIXe siècle, le roi Louis-Philippe 1er commanda à Eugène Delacroix une peinture pour commémorer l'exploit. Mais il se trouva plus tard un érudit pour contester la réalité même de la bataille. Sa thèse a été réfutée plus près de nous par l'historien Jean Chapelot, qui admet toutefois que l'affrontement n'a pas eu le caractère épique que lui prête Jean de Joinville (*).

Publié ou mis à jour le : 2019-07-09 11:00:04

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net