20 novembre 1815

Second traité de Paris et fin de l'Empire

Le traité de Paris du 20 novembre 1815 sanctionne le retour de Napoléon de l'île d'Elbe et sa défaite à Waterloo.

Fabienne Manière

Du premier traité aux Cent Jours

L'année précédente, après l'abdication de Napoléon 1er, les vainqueurs avaient permis à la France de conserver ses frontières de 1792 par le premier traité de Paris (30 mai 1814). Ils s'étaient contentés de lui enlever les conquêtes de la Révolution tout en lui laissant Mulhouse, Montbéliard, le comtat Venaissin, la Savoie, les forteresses de Marienbourg, Philippeville, Sarrelouis et Landau, ainsi que la plupart de ses colonies à l'exception de l'île de France (qui deviendra l'île Maurice), Sainte-Lucie et Tobago, dans les Antilles.

Les Français ayant restauré la monarchie, le roi Louis XVIII se montre prêt à tous les arrangements et « octroie » une charte constitutionnelle...

Malheureux Cent Jours

Cependant sur l'île d'Elbe dont il est devenu le prince, en conservant le titre d'empereur (!), Napoléon 1er cultive la nostalgie de sa famille, du pouvoir et de la guerre. Son épouse Marie-Louise n'a pas attendu son abdication de Fontainebleau pour s'enfuir à Vienne auprès de son père l'empereur d'Autriche, en emmenant leur fils.

S'étant refait une santé, l'ex-empereur quitte son île en catimini et débarque par surprise à Golfe-Juan, le 1er mars 1815, avec 900 grenadiers. Il profite du mécontentement latent chez les paysans et surtout dans l'armée pour s'emparer du pouvoir et chasser les Bourbons.

Malgré l'invocation de la Liberté et de la Révolution par l'ancien autocrate, cette escapade dure à peine cent jours avant de s'achever à Waterloo par la défaite militaire (18 juin 1815). Les conséquence des Cent-Jours vont s'avérer désastreuses pour la France.

Des vainqueurs moins accommodants

Les diplomates européens réunis à Vienne pour refaire le monde n'ont même pas à interrompre leur congrès. Ils laissent l'affaire aux militaires et signent l'Acte final du Congrès le 9 juin 1815 avant même que Napoléon n'ait été battu. Les délégués des grandes puissances se retrouvent à Paris cinq mois plus tard pour signer un second traité en vue de liquider les séquelles de la Révolution et de l'Empire.

Tremblants de frayeur rétrospective, les Alliés se montrent beaucoup plus durs que l'année précédente lorsqu'il s'agit de négocier un nouveau traité avec la France. Celle-ci perd des terres qui étaient siennes depuis longtemps. Le duché de Bouillon et les forteresses allemandes de Philippeville et Marienbourg sont cédées aux Pays-Bas. Sarrelouis et Sarrebrück sont cédées à la Prusse. Landau est remise à la Bavière, le pays de Gex à la Suisse, la Savoie au roi de Piémont-Sardaigne.

La France doit aussi payer une indemnité de 700 millions de francs et subir l'occupation étrangère pendant trois ans.

L'historien Jean Tulard conclut : « Le retour de l'île d'Elbe a en effet été malheureux, à plusieurs titres. Premièrement, parce qu'il s'est mal terminé. Deuxièmement, parce qu'il a fallu restituer les oeuvres d'art prises à l'étranger. Troisièmement, parce que nos frontières ont dû être à nouveau rectifiées. Quatrièmement, parce qu'il a jeté le trouble dans l'esprit des fonctionnaires qui ne savaient s'ils devaient rester fidèles à Louis XVIII ou se rallier à Napoléon ».

On pourrait ajouter que l'ex-empereur y a gagné la palme du martyre en échangeant la principauté tranquille de l'île d'Elbe contre un exil dans la lointaine Sainte-Hélène.

Vers le redressement

Le gouvernement du roi Louis XVIII va appliquer à la lettre les termes du traité, ce qui lui vaudra de réintégrer le concert des nations européennes trois ans plus tard.

Guidés par l'école romantique, les Français se consoleront en exaltant le souvenir de la Révolution et de l'Empire.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-18 12:56:33

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net