18 janvier 532

Justinien réprime la sédition Nika

Le 18 janvier 532, à Constantinople, capitale de l'empire romain d'Orient, une rumeur enfle à propos de l'empereur Justinien et de son favori Tribonien, auxquels on reproche autoritarisme et concussion.

Né en 482 ou 483, Justinien a hérité le trône de son oncle Justin Ier cinq ans plus tôt, le 1er août 527, à 45 ans. Quant à Tribonien, questeur du sacré palais, il a supervisé avec brio la compilation du droit romain mais il n'a lui-même rien de droit et sa vénalité hérisse l'opinion publique. Sa mauvaise réputation rejaillit sur l'empereur.

Ysaline Homant
Théodora sauve Justinien

Courses de quadrige dans l'hippodrome (dyptique en ivoire des Lampadi, IVe ou Ve siècle, musée de Santa Giulia, Brescia)Sur les hauteurs de la ville, au-dessus de la Corne d'Or, dans l'Hippodrome que surmonte un obélisque, des courses de chars se disputent dans une ambiance survoltée.

Oubliant leur rivalité, les partisans de l'équipe des Verts, qui appartiennent aux franges populaires de la ville, font alliance avec les partisans de l'équipe des Bleus, d'origine patricienne.

Ils décident d'en finir avec l'empereur.

Ensemble, aux cris de Nika ! (« Sois vainqueur ! »), les insurgés brûlent la basilique de la Sainte Sagesse (Haghia Sophia). Ils se dirigent vers le palais impérial dont ils brûlent aussi le vestibule. Ils proclament un nouvel empereur.

Justinien se dispose à fuir lorsque son épouse Théodora prend les choses en main...

L'historien Procope rapporte ces paroles de l'impératrice au moment de la sédition Nika : « Quand il ne resterait de salut que dans la fuite, je ne voudrais point m'enfuir. Il n'est pas concevable que ceux qui ont porté la couronne puissent survivre à sa perte. Même si je tiens à la vie, la pourpre peut offrir un beau linceul ! ». L'empereur alors se ressaisit...

La garde impériale, sous le commandement du général Bélisaire, qui revient d'une campagne contre les Perses, noie la révolte dans le sang. Plus de 30 000 personnes sont massacrées dans l'Hippodrome.

Rassuré sur son pouvoir, Justinien se lancera dès lors à la reconquête de l'Occident romain, envahissant le royaume ostrogoth du défunt Théodoric le Grand. Il se consacrera aussi à la reconstruction de la basilique Sainte-Sophie, plus belle et plus grande que jamais.

Une femme de tête

L'impératrice Théodora (500-548), mosaïque de l'église San-Vitale, à Ravenne)Fille du gardien des ours du cirque (!), Théodora est une ancienne actrice de l'hippodrome, probablement prostituée. Son charme, son énergie et sa force morale lui ont valu de séduire Justinien, héritier présomptif du trône, de 17 ans son aîné.

Le couple a d'abord vécu en concubinage, la tante de Justinien, impératrice en titre, s'opposant à leur mariage. Afin de pouvoir enfin se marier, Justinien demanda à son oncle Justin Ier d'abolir la loi qui interdisait aux sénateurs tels que lui d'épouser une actrice.

Âgée d'une vingtaine d'années à son mariage, Théodora témoignera d'une conduite irréprochable auprès de son époux qui aimera à l'appeler son « très doux enchantement »...

Revêtant comme son mari la pourpre impériale en 527, elle aura à coeur de lutter contre la prostitution et de secourir les prostituées ! Elle se révèlera aussi très bonne conseillère...

L'impératrice Théodora (500-548), mosaïque de l'église San-Vitale, à Ravenne)
Publié ou mis à jour le : 2019-09-19 10:20:53

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net