17 juillet 1791 - La fusillade du Champ-de-Mars - Herodote.net

17 juillet 1791

La fusillade du Champ-de-Mars

Le 17 juillet 1791, une fusillade se produit sur le Champ de Mars, à Paris. C'est la conséquence immédiate de la fuite du roi Louis XVI jusqu'à Varennes. Elle va briser la lune de miel entre l'Assemblée et le peuple de Paris. Apparaissent les premières failles dans le consensus révolutionnaire. Aux Jacobins, les monarchistes modérés font scission et forment leur propre club, les Feuillants...

Fabienne Manière

Une retombée de la fuite du roi

Dès que la fuite du roi est connue, le club des Cordeliers demande aux députés de l'Assemblée Constituante de proclamer la déchéance du monarque et l'avènement de la République.

Mais les députés s'y refusent et le lendemain, le roi ayant été arrêté et ramené à Paris, ils inventent la fiction de son enlèvement. C'est contre son gré qu'il se serait enfui et sa déchéance n'aurait donc pas lieu d'être...

Le club des Cordeliers ne se satisfait pas de cet arrangement et rédige une deuxième pétition en faveur de la République. Le texte est mis au point par Brissot avec le concours de Choderlos de Laclos (l'auteur des Liaisons dangereuses !). Il est soutenu par Danton et Marat. Les pétitionnaires réclament « un nouveau pouvoir constituant » pour « procéder d'une manière vraiment nationale au jugement du coupable et surtout au remplacement et à l'organisation d'un nouveau pouvoir exécutif ».

Une délégation dépose le texte le 17 juillet 1791 sur l'autel de la patrie du Champ-de-Mars, à l'endroit où eut lieu la Fête de la Fédération, afin de la faire signer par les Parisiens. Mais deux hommes cachés sous l'autel sont pris à partie et massacrés par la foule.

Les députés de l'Assemblée craignent que la Révolution ne sombre dans l'anarchie et que la déchéance de Louis XVI n'entraîne la France dans une guerre contre les autres monarchies européennes. Prétextant du désordre, ils ordonnent au maire de Paris, l'astronome Jean Bailly, de proclamer la loi martiale.

Le maire, révolutionnaire modéré et populaire, élu à la mairie le surlendemain de la prise de la Bastille, ne se fait pas prier. Ni une ni deux, il fait appel à la garde nationale et lui ordonne de disperser la foule du Champ-de-Mars. Commandée par La Fayette en personne, elle pénètre sur le Champ-de-Mars où elle est accueillie à coup de pierres.

Elle fait feu sans sommation sur les pétitionnaires. On compte plusieurs dizaines de morts. De nombreuses arrestations viennent compléter la répression. Le club des Cordeliers est fermé. Danton et Marat, prudents, s'enfuient en Angleterre.

Scission aux Jacobins

Au club des Jacobins, l'atmosphère est toute différente. Robespierre a approuvé la pétition des Cordeliers. Mais il est peu suivi.

Effrayés par le gouffre auquel conduirait l'abolition d'une monarchie millénaire, une majorité de militants jugent inopportun ou prématuré d'abolir la monarchie et entérinent donc la répression du Champ-de-Mars.

Dès le 16 juillet, guidés par La Fayette, ces opposants quittent le couvent des Jacobins. Ils se réunissent au Palais-Royal avant de trouver un point de chute dans l'église du couvent des Feuillants, rue Saint-Honoré, près de la salle du Manège des Tuileries, où siège l'Assemblée nationale. Ils fondent la Société des amis de la Constitution séante aux Feuillants

Les principaux membres des Feuillants sont La Fayette, Bailly, Duport, les frères Lameth, Sieyès, Barnave... Mais dans l'église où se réunit le club, l'atmosphère devient rapidement intenable du fait de l'agitation des sans-culottes qui investissent les tribunes et les militants devront quitter le couvent pour d'autres lieux plus discrets. 

Il ne reste plus aux Jacobins qu'une dizaine de députés dont Robespierre et Pétion. Mais ceux-ci n'en conservent pas moins leur intitulé officiel de Société des amis de la Constitution.

La nouvelle Assemblée législative, qui se réunit le 1er octobre 1791, compte en son sein un tiers de nouveaux députés qui se réclament des Feuillants. Monarchistes modérés, ils se montrent donc disposés à participer au gouvernement en accord avec le roi et à soutenir celui-ci. Mais la cour et la reine, qui les méprisent, ne vont cesser d'entraver leurs actions. Le roi lui-même va leur cacher ses initiatives.

Le gouvernement lui-même se déchire sur la question de la guerre. La Fayette s'y oppose cependant que le triumvirat Barnave, Duport et Alexandre de Lameth s'y montre favorable, tout comme les ministres girondins. Ceux-là finissent par les exclure. Les Feuillants feront un bref retour au gouvernement en juin 1792 avant d'être éliminés, exclus de l'Assemblée et pour la plupart arrêtés à la chute de la monarchie, le 10 août 1792, cependant que les Jacobins feront un retour en force... 

Publié ou mis à jour le : 2018-10-19 10:48:22

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès