Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 10 novembre 1871

Vous avez accès à
trois dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

10 novembre 1871

«Dr. Livingstone, I presume ? »


Le 10 novembre 1871, un jeune Blanc arrive à Ujiji, un village africain sur les bords du lac Tanganyika. Tandis que la population lui fait fête, un autre Blanc, au visage émacié et à la barbe fournie, sort d'une case et se dirige lentement vers lui.

L'intrus ôte son chapeau et lui lance cette apostrophe aussi laconique qu'immortelle: «Dr. Livingstone, I presume? ». Le missionnaire David Livingstone (58 ans) n'avait pas rencontré d'Européen depuis cinq ans et passait pour disparu... quand il fut ainsi retrouvé par le journaliste Henry Morton Stanley, de son vrai nom John Rowlands (30 ans).

 Rencontre de Stanley et Livingstone (gravure d'époque)

Livingstone a travaillé dès l'âge de 10 ans comme ouvrier dans une fabrique de coton. Devenu médecin et prêtre anglican, il établit des missions dans le désert du Kalahari et se signale par des relations d'une inhabituelle aménité avec les habitants.

Parti explorer la région des lacs avec quelques compagnons africains, il découvre en 1855 les chutes du Zambèze, qu'il baptise du nom de la reine Victoria. Son retour à Londres est triomphal. Ses engagements chrétiens au service des Africains et contre la traite des esclaves lui valent une immense popularité.

Livinstone repart dès 1858 aux frais du gouvernement. L'objectif est de remonter le fleuve Zambèze. Mais il échoue et qui plus est a le malheur de perdre sa femme au cours de l'expédition.

Dix ans plus tard, il repart avec un plus modeste équipement pour explorer le lac Tanganyika, où il espère trouver les «fontaines d'Hérodote» à l'origine du Nil. Malade et abandonné par ses porteurs, il se retire à Ujiji où le retrouvera Stanley.

Livingstone fait un bout de chemin avec son sauveteur, un aventurier sans scrupules avide de coups médiatiques. Mais, vieilli et fatigué, il refuse de le suivre en Angleterre. Il meurt en mai 1873, à l'âge de 60 ans, dans la région des lacs.

Ses amis Chuma et Susi enterrent son cSur et ses viscères au pied d'un arbre. Ils envoient en Grande-Bretagne son corps embaumé et ses carnets de voyage. Livingstone sera inhumé en grande pompe dans l'abbaye de Westminster un an plus tard.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2013-07-23 06:32:10

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Joscat (08-11-201517:03:21)

Je recommande la lecture d'Equatoria de Patrick Deville (Seuil 2009).
Cf A. & C.Londner, dans Lire et découvrir # 221 :
"Le narrateur observe l'Oggoué jusqu'au Congo pour fonder Brazzaville. Ainsi commence le voyage sinueux d'une traversée du continent africain à la hauteur de l'Équateur, depuis les îles de Sâo Tomé et Principe, dans l'Atlantique, jusqu'à Zanzibar dans l'Océan Indien. Chemin faisant il croise nombre de figures pittoresques, revisite l'histoire de l'exploration, de ... Lire la suite

Charchour de Sydou (07-06-200609:38:32)

L'histoire est fascinante. J'en ai fait la découverte dans le récit Le testament espagnol d'Arthur Koestler. En voici le passage: "la nouvelle était donc fausse; j'avais ici devant mes yeux sur la porte de la cellule 44, la carte de visite de caballero jeune. Cela me réjouit beaucoup, et je me faisais l'effet de Stanley retrouvant dans la jungle africaine les traces de Livingstone".
Merci encore une fois de me faire découvrir ces deux personnages.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Combien de souverains français ont été capturés sur un champ de bataille ?

Réponse
Publicité