Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 10 mai 1994

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

10 mai 1994

Nelson Mandela président de l'Afrique du Sud


Le 10 mai 1994, Nelson Mandela (76 ans) est intronisé président de la République d'Afrique du Sud. La plupart des dirigeants de la planète se sont déplacés pour ce moment de grâce qui scelle la réconciliation des Sud-Africains après un siècle de ségrégation raciale, dans une période par ailleurs obscurcie par la guerre de Bosnie et le génocide du Rwanda.

Nelson Mandela dans les années 1990 (18 janvier 1918 - 5 décembre 2013), DR

Une icône noire

Né le 18 juillet 1918 dans le village de Mvezo, près d'Eastern Cape, le futur président grandit avec les bergers. À la mort de son père, il est élevé par un roitelet xhosa qui discerne son potentiel et le pousse vers les études.

Il entre à l'université de droit de Fort Hare, réservée aux noirs, mais en est expulsé pour cause de grève, puis il rompt avec sa famille pour échapper à un mariage coutumier.

Réfugié à Johannesbourg, il achève ses études en accomplissant de petits boulots. Chez son hôte, Walter Sisulu, qui fait partie de l'African National Congress (ANC), un parti à vocation multiraciale qui plaide pour l'égalité des droits, il se lie d'amitié avec Oliver Tambo et fonde avec lui, en 1944, la Ligue de la Jeunesse de l'ANC (Young League).

Nelson Mandela dans les années 1950 (18 janvier 1918 - 5 décembre 2013), DRL'arrivée au pouvoir du Parti national, en 1948, fait l'effet d'une bombe sur les jeunes militants. Ceux-ci s'engagent de toutes leurs forces contre le gouvernement de Daniel Malan et Hendrik Verwoerd qui instaure un apartheid rigide. Nelson Mandela entre dans une vie de clandestin à laquelle ne résistent ni son cabinet d'avocat ni son premier mariage. En 1952, il est arrêté une première fois et condamné à neuf mois de prison pour non-respect des lois de l'apartheid.

Après la tragédie de Sharpeville, en 1960, et l'interdiction de l'ANC, Nelson Mandela convainc les militants de renoncer à la non-violence et d'entrer dans la lutte armée.

Ne craignant pas de faire couler le sang ni de risquer sa propre vie, il fonde la branche armée du parti : Le Fer de lance de la Nation (MK, Umkhonto). Il est arrêté en août 1962 et condamné à cinq ans de prison pour incitation à la grève et déplacement illégal.

Deux ans plus tard, la police découvre son rôle dans les attentats sanglants contre la société sud-africaine comme dans les exécutions de ses opposants par le supplice du pneu (en anglais, le necklacing). Il est donc rejugé et condamné à vie pour trahison. 

D'abord incarcéré à Robben Island, une île au large du Cap, il est libéré 27 ans plus tard, le 11 février 1990, par le gouvernement sud-africain du président Frederick de Klerk, acculé à la négociation par la mobilisation internationale contre l'apartheid.

Entretemps, le prisonnier s'est forgé en prison un caractère peu commun, alliant détermination, refus de tout compromis et modération à l'égard de ses ennemis. Se convertissant à la non-violence, il devient dans les années 1980 une icône pour la jeunesse occidentale !

Il reçoit le Prix Nobel de la paix en novembre 1993 à Oslo, de concert avec le président Frederik de Klerk, qui a eu la clairvoyance de le libérer et d'engager des négociations avec l'ANC, ainsi que d'abolir l'apartheid.

Élu à la présidence de la République le 10 mai 1994, il forme un gouvernement multiracial et réalise son rêve d’une Afrique du Sud « arc-en-ciel ».

Vaincu par l'âge, Mandela, que l'on surnomme affectueusement « Madiba », délègue la gestion des affaires à son vice-président et ami Thabo Mbeki dès 1996 et quitte la présidence de l'ANC l'année suivante. Le 14 juin 1999 enfin, il abandonne la présidence.

Nelson Mandela meurt le 5 décembre 2013, à 95 ans, dans une apothéose nationale, universellement reconnu comme l'une des plus fortes personnalités de la fin du XXe siècle.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-08-31 11:09:13

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Logette (09-12-201316:47:43)

Enfin un héros de la résistance au pouvoir établi et aux lois iniques qui n'aura pas été assassiné . Cela redonne un peu d'espoir en l'humanité

froment (07-12-201318:00:33)

comment retrouver les tests d'histoire proposés cette semaine

Gérard Morin (07-12-201312:52:20)

Les "turpitudes diverses" (qu'en termes choisis ces mots-là sont dits) s'appellent en bon français des meurtres. Winnie, dans l'affreux silence de son mari, torturait à mort ses footballeurs préférés, et restera l'inventeuse (sic) du fameux collier républicain, vous savez bien, ce pneu dans lequel on enserrait la victime et auquel on mettait le feu. Et ces galipettes ne s'exerçaient jamais à l'encontre des affreux colons.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Que désigne la Rose blanche en Allemagne ?

Réponse
Publicité