10 mai 1994

Nelson Mandela président de l'Afrique du Sud

Le 10 mai 1994, Nelson Mandela (76 ans) est intronisé président de la République d'Afrique du Sud. La plupart des dirigeants de la planète se sont déplacés pour ce moment de grâce qui scelle la réconciliation des Sud-Africains après un siècle de ségrégation raciale, dans une période par ailleurs obscurcie par la guerre de Bosnie et le génocide du Rwanda.

Nelson Mandela dans les années 1990 (18 janvier 1918 - 5 décembre 2013), DR

Une icône noire

Né le 18 juillet 1918 dans le village de Mvezo, près d'Eastern Cape, le futur président grandit avec les bergers. À la mort de son père, il est élevé par un roi xhosa dont il est le cousin. Son père adoptif discerne son potentiel et le pousse vers les études.

C'est ainsi qu'il entre à l'université de droit de Fort Hare, réservée aux Noirs. De cette institution britannique sise en pays xhosa, au Transkei, à l'Est de la province du Cap, vont sortir de nombreux leaders africains comme Mandela, mais aussi Kenneth Kaunda (Zambie) et Robert Mugabe (Zimbabwe). Nelson Mandela en est pour sa part expulsé en 1941 pour avoir conduit une grève. Dans le même temps, il rompt avec sa famille et son père adoptif pour échapper à un mariage coutumier.

Réfugié à Johannesbourg, il achève ses études de droit en accomplissant de petits boulots. Chez son hôte, le métis Walter Sisulu, qui fait partie de l'African National Congress (ANC), un parti à vocation multiraciale qui plaide pour l'égalité des droits, il se lie d'amitié avec Oliver Tambo et fonde avec lui, en 1944, la Ligue de la Jeunesse de l'ANC (Young League) dont il devient le président.

Nelson Mandela pose dans les années 1950 en costume xhosa traditionnel (18 janvier 1918 - 5 décembre 2013), DR Il se marie en 1944 avec Evelyn Mase, avec qui il aura quatre enfants.

L'arrivée au pouvoir du Parti national, en 1948, fait l'effet d'une bombe sur les jeunes militants. Ceux-ci s'engagent de toutes leurs forces contre le gouvernement de Daniel Malan et Hendrik Verwoerd qui instaure un apartheid rigide.

Nelson Mandela, président de la Ligue de la Jeunesse de l'ANC, entre dans une vie de clandestin à laquelle ne résistent ni son cabinet d'avocat ni son premier mariage. En 1952, il est arrêté une première fois et condamné à neuf mois de prison pour non-respect des lois de l'apartheid.

Il divorce et se remarie en 1958 avec Winnie Madikizela, avec qui il aura deux enfants. Son intelligence et sa prestance lui valent à compter de ce moment une grande popularité.

Après la tragédie de Sharpeville, en 1960, et l'interdiction de l'ANC, Nelson Mandela convainc les militants de renoncer à la non-violence.

Il fonde lui-même la branche armée du parti : Le Fer de lance de la Nation (MK, Umkhonto) avec mission de mener des sabotages contre les cibles administratives et policières. Une première salve de sabotages a lieu dans la nuit du 16 décembre 1960, sans que la police sud-africaine puisse identifier les meneurs du mouvement.

Le 11 janvier 1962, Mandela quitte l'Afrique du Sud pour Addis-Abéba, en Éthiopie, où s'ouvre une conférence panafricaine. C'est le début d'une tournée triomphale dans les pays nouvellement indépendants du continent, à commencer par le Maroc.

Mais à son retour, en août 1962, il est arrêté et condamné à cinq ans de prison pour incitation à la grève et déplacement illégal !

Un an plus tard, le 11 juillet 1963, la police fait une descente dans une ferme du village de Rivonia, au nord de Johannesburg. Elle arrête plusieurs militants dont Walter Sisulu et découvre le rôle éminent de Mandela dans les sabotages de 1961.

Mandela est pour cela rejugé à Pretoria, le 9 octobre 1963. À l'issue de ce « procès de Rivonia », il est condamné à vie pour trahison. Incarcéré à Robben Island, une île au large du Cap, il sera libéré 27 ans plus tard, le 11 février 1990, par le gouvernement sud-africain du président Frederick de Klerk, acculé à la négociation par la mobilisation internationale contre l'apartheid.

Entretemps, le prisonnier s'est forgé en prison un caractère peu commun, alliant détermination, refus de tout compromis et modération à l'égard de ses ennemis. Il s'acquiert une réputation internationale de vieux sage ou nouveau Gandhi, devenant dans les années 1980 une icône pour la jeunesse occidentale !

Il reçoit le Prix Nobel de la paix en novembre 1993 à Oslo, de concert avec le président Frederik de Klerk, qui a eu la clairvoyance de le libérer et d'engager des négociations avec l'ANC, ainsi que d'abolir l'apartheid.

Élu à la présidence de la République le 10 mai 1994, il forme un gouvernement multiracial et réalise son rêve d’une Afrique du Sud « arc-en-ciel ».

Vaincu par l'âge, Mandela, que l'on surnomme affectueusement « Madiba », délègue la gestion des affaires à son vice-président et ami Thabo Mbeki dès 1996 et quitte la présidence de l'ANC l'année suivante. Le 14 juin 1999 enfin, il abandonne la présidence. Obligé de se séparer de Winnie, convaincue de turpitudes criminelles, il noue une idylle avec la veuve de Samora Machel, ancien président du Mozambique, Graça, et l'épouse le jour de ses 80 ans. Une sortie en beauté.

Nelson Mandela meurt le 5 décembre 2013, à 95 ans, dans une apothéose nationale, universellement reconnu comme l'une des plus fortes personnalités de la fin du XXe siècle. On lui attribue l'aphorisme suivant, qui résume son parcours : « I never lose. I either win or I learn » (« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends »).

Un bilan en demi-teinte

Madiba aura réussi à assurer un transfert pacifique du pouvoir de la minorité blanche à la majorité noire mais sans améliorer pour autant le sort des Sud-Africains.

L'Afrique du Sud connaît une insécurité record avec une criminalité urbaine effroyable qui fait de Johannesburg la métropole la plus dangereuse du monde. Les campagnes ne sont pas moins sûres, y compris pour les blancs, avec l'assassinat en vingt ans de près de trois mille fermiers blancs sur un total de trente-cinq mille.

Les classes populaires s'appauvrissent et les écarts de revenus au sein des populations noires atteignent des proportions vertigineuses.

Les seuls bénéficiaires de la fin de l'apartheid sont de fait la petite oligarchie de l'ANC qui s'est partagée les postes de commandement et livre les ressources du pays aux Chinois. Ils forment ce que l'on appelle ironiquement les « Black Diamonds ». C'est de façon très abusive que l'Afrique du Sud, qui peine à décoller, a rejoint la Chine, le Brésil, l'Inde et la Russie dans l'acronyme BRIC (devenu BRICS) inventé par Jim O'Neill (Goldman Sachs) en 2001.

Alban Dignat
Publié ou mis à jour le : 2019-05-06 16:29:35

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net