Jacques Offenbach (1819 - 1880) - Le génie de l’opéra bouffe - Herodote.net

Jacques Offenbach (1819 - 1880)

Le génie de l’opéra bouffe

Portrait de Jacques Offenbach réalisé par Fritz Luckhardt puis par Nadar (voir agrandissement) vers 1870,  Collection Kharbine-Tapabor, DR.Jacques Offenbach se rêvait compositeur classique reconnu. Il a pourtant choisi de persévérer dans la musique légère et les spectacles comiques, registres qui lui ont assuré succès et fortune.

Quelques incursions cependant dans la musique de chambre ou de ballet lui permirent d’espérer réaliser son ambition. Mais ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’il a pu composer des œuvres lyriques pour de grandes salles d’opéra.

Compositeur emblématique du Second empire, la vie d’Offenbach est parsemée de ritournelles qui continuent de nous captiver.

Sous l’égide de Napoléon III

En trois décennies, entre 1829 et 1858, Jacques Offenbach s’est littéralement métamorphosé : le jeune virtuose adulé à ses débuts s’est transformé en directeur de théâtre soucieux de ses deniers. Mais il est toujours resté un compositeur contrarié.

Afin de ne parler ni d’opéra, ni d’opéra-comique, il crée en 1855 un nouveau genre : l’opérette, qui correspond à un opéra en un acte, et surtout l’opéra bouffe, dont les sujets légers et comiques rendent les spectacles si plaisants et les spectateurs euphoriques. Rossini, fervent adepte de ce style, composera des œuvres célèbres, encore jouées de nos jours.

Offenbach en jeune violoncelliste, Alexandre Laemlein, 1850, Paris, BnF, Gallica. L'agrandissement montre Offenbach croqué par Philippe-Auguste Cattelain, 1870, Paris, BnF, Gallica.À partir de 1859, Offenbach devient le compositeur emblématique du second empire, particulièrement apprécié de Napoléon III. La guerre de 1870 n’interrompt pas sa carrière, mais démodé, il devra travailler davantage au détriment de ses finances et de sa santé.

Fils d’un père relieur qui était aussi chantre à la synagogue de Cologne, Jacob Offenbach est le septième enfant et deuxième garçon dans une fratrie de dix enfants dont sept atteindront l’âge adulte. Il est né le 20 juin 1819, tout près de Cologne, dans une famille qui pratique couramment la musique.

Très doué pour le violoncelle et déjà vrai « communicant », il joue dans les tavernes, les Winstub, ce qui l’aidera plus tard pour Les Contes d’Hoffmann ou Le Roi Carotte. Son père lui fait apprendre le français, qui devient sa langue usuelle, même s’il conservera toujours un fort accent allemand, qu’il entretiendra toutefois consciencieusement.

En 1833, à 14 ans, son père l’emmène étudier à Paris plutôt qu’à Vienne car il veut lui épargner l’ostracisme qui frappe les Juifs en Autriche. Son objectif est alors le Conservatoire, mais le directeur Luigi Cherubini, lui-même italien, refuse d’accepter un étranger ! Finalement, il est reçu en auditeur libre, c’est-à-dire qu’il suit les cours mais ne peut concourir ni pour le Prix de Rome, ni pour les diplômes.

Il s’installe alors dans une maison de la rue des Martyrs et restera fidèle à ce quartier parisien, au pied de la butte Montmartre, même s’il se déplace beaucoup au cours de son existence. Le Conservatoire l’intéressant peu, il démissionne au bout d’un an. Il préfère l’apprentissage sur le terrain et va donc occuper des postes de musicien boulevard du Temple.

À l’époque de Louis-Philippe, il y avait des orchestres dans tous les théâtres, qui comportaient parfois jusqu‘à 20 musiciens, notamment sur le fameux « boulevard du Crime » réputé à cause des nombreuses pièces noires qu’on y jouait, disparu en 1857 lors du percement de la place de la République...


Épisode suivant Voir la suite
• 1er mai 1831 : Delacroix donne un visage à la Liberté
Publié ou mis à jour le : 2019-06-25 18:26:39

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux