Le Mémorial de Sainte-Hélène - « Quel roman que ma vie ! » (N. dixit Las Cases) - Herodote.net

Le Mémorial de Sainte-Hélène

« Quel roman que ma vie ! » (N. dixit Las Cases)

Napoléon 1er a achevé son destin exceptionnel dans les brumes solitaires de Longwood, sur l'île de Sainte-Hélène. Mais cet exil en forme de martyre a valu au réprouvé de ressusciter en héros universel !

Ce miracle est le résultat du Mémorial de Sainte-Hélène, livre de souvenirs et de confidences publié en 1823 par le comte de Las Cases, confident de l'Empereur. Agréable à lire et truffé d'anecdotes savoureuses, il a enchanté ses contemporains et continue de ravir tous les curieux qui ne se laissent pas intimider par son titre pompeux et ses deux mille pages.

L'historien Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, nous raconte ci-après les péripéties romanesques qui ont accompagné la rédaction du Mémorial et la redécouverte du manuscrit originel.

Le manuscrit retrouvé

Le Mémorial de Saint-Hélène du comte Las Cases (1824, éditions Herodote.net)Disparu pendant plus de cent cinquante ans, le manuscrit qui a servi de trame au Mémorial de Sainte-Hélène est enfin publié en octobre 2017 par les éditions Perrin, à l'initiative des quatre historiens qui l'ont retrouvé à la British Library (800 pages, 42 euros).

Le conseiller d'État Emmanuel de Las Cases accompagna Napoléon dans son exil en 1815 mais dut le quitter seize mois plus tard. En 1823, il fit paraître son Mémorial, devenu la bible des nostalgiques de l'Empire et une source essentielle de l'historiographie napoléonienne, fondé sur ses conversations avec l'Empereur, réelles ou supposées.

Ce récit semblait à beaucoup trop beau pour être tout à fait vrai et pour en juger, il eut fallu disposer du manuscrit original, rédigé à Sainte-Hélène presque sous la dictée de Napoléon. Or les Anglais l'avaient confisqué en expulsant Las Cases. Sa publication apporte un éclairage précieux et souvent inattendu sur ce que l'Empereur a vraiment dit, et que Las Cases avait enrichi et enjolivé.

Un tyran en exil

Napoléon serait-il devenu Napoléon sans le Mémorial ? Ce n’est pas sûr. Quand il part en exil à Sainte-Hélène, l’empereur déchu est la cible de mille et mille récriminations, tant en France qu’à l’étranger. Ici il est perçu comme le tyran qui a brisé la Révolution et empêché le retour du Roi, là comme le nouveau Gengis Khan qui a semé partout la guerre et la désolation. Les malheureux soldats et officiers de la Grande Armée, réduits à la demi-solde, sont regardés avec mépris et commisération.

Tout va changer en 1823, avec la publication du Mémorial de Sainte-Hélène par le comte Emmanuel de Las Cases. (...)


Publié ou mis à jour le : 2018-02-22 01:02:10

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès