William Shakespeare (1564 - 1616) - Le portraitiste de l'âme humaine - Herodote.net

William Shakespeare (1564 - 1616)

Le portraitiste de l'âme humaine

Il y a déjà quatre siècles que William Shakespeare a quitté la scène de la vie. Ce géant du théâtre laisse derrière lui une œuvre simplement immense, à la fois universelle et pleinement ancrée dans son époque. Mais qui est vraiment « Will le magnifique » ?

Shakespeare se montre excellent connaisseur de la nature aussi bien que des hommes (il cite pas moins de 108 plantes dans Roméo et Juliette). Il fréquente les tavernes avec la même aisance que les châteaux. Ses succès théâtraux et ses qualités d'investisseur lui permettent de jouir d'un coquet patrimoine.

Traversons le temps et retrouvons-le du côté de Stratford-upon-Avon et de Londres pour comprendre comment il est devenu un génie reconnu par-delà les siècles.

Isabelle Grégor

John Faed, William Shakespeare et ses amis à la taverne Mermaid, 1851, coll. part.

Tu seras gantier, mon fils

Chez les Shakespeare, on rêve de promotion sociale. En 1557, John Shakespeare, le père de William, est conseiller municipal de la petite ville de Stratford-upon-Avon, dans le centre de l'Angleterre. Il gravit patiemment les marches du pouvoir et se retrouve, onze ans plus tard, au poste de bailiff (maire).

Vue de la maison de Shakespeare à Stratford-upon-Avon - Photo Gérard Grégor.Il a aussi du succès dans les affaires. Il fait fructifier son commerce de gantier mais aussi la fortune de son épouse, Mary Arden, liée à une prestigieuse famille de la région. Il arrondit également ses fins de mois, semble-t-il, par l'activité quelque peu illégale de trafic de laine dans l'arrière-boutique.

Une belle ascension qui s'arrête brutalement en 1577 : il n’obtient pas le titre de gentleman et se retrouve soudain couvert d'amendes et de dettes.

C'est dans cet univers de la ganterie que naît le petit Gulielmus, dit Guillaume ou William, troisième d’une fratrie qui comptera huit enfants. D'après la tradition, il est baptisé le 26 avril 1564 dans l'Église de la Sainte Trinité.

Après avoir appris à gambader dans les forêts des environs qu'il peuple d'elfes et de fées, il se retrouve sur les bancs de l'école du quartier à écouter les leçons de l'abecedarius, le maître. Latin et grec, grammaire et rhétorique, les cours occupent l'essentiel de ses journées.

Sa seule évasion : les représentations des troupes de théâtre qui viennent réjouir la population. Mais il faut penser à l'avenir : à dix-huit ans, Will devient apprenti gantier. Son chemin semble tout tracé.

Courage, fuyons !

C'était sans compter sur les charmes de la belle Anne Hathaway... Lorsqu'il y succombe, William ignore qu'il tombe dans le piège d'un mariage express, célébré en 1582, alors que la promise est enceinte de 3 mois.

Anonyme - Portrait présumé d'Anne Hathaway, XVIe siècle, New York, Colgate University Library.Le chef de famille est bien jeune. Il n'a que 18 ans et Anne déjà 26. De ce couple étrange naîtront trois enfants, une petite Susanna puis des jumeaux, Judith et Hamnet.

Notre futur écrivain a-t-il pris peur face à ses nouvelles responsabilités ? Pour Hugo, « Il n'a fait que traverser le mariage ».

Le voici en effet qui disparaît des annales pendant toute une décennie, baptisée « les années perdues » (1582-1592).

On sait qu'il n'a pas, à la différence des autres grands dramaturges de l'époque, suivi d'études universitaires, certainement du fait des soucis financiers et religieux qu'a connus son père.

L'époque est en effet plus que troublée pour ceux qui souhaitent rester fidèles au catholicisme romain.

Montée sur le trône d'Angleterre en 1558, Elizabeth 1ère poursuit la réforme anglicane amorcée par son père Henri VIII. Les complots catholiques, vrais ou supposés, la conduisent à envoyer à l'échafaud nombre de « séditieux ».

Le père de Shakespeare a-t-il eu peur de subir le même sort ? Même si, lorsqu'il était maire, il s'est empressé d'ordonner que les fresques catholiques de l'église de la ville soient recouvertes de chaux, on pense qu'il faisait partie des « récusants » restés papistes.

A-t-il confié son fils comme précepteur à un riche propriétaire catholique, protecteur d'une troupe de théâtre ? Ou le jeune homme turbulent s'est-il fait braconnier, palefrenier, boucher, jardinier, médecin puis, pourquoi pas, marin ?

Autant d'hypothèses fantaisistes sur « les années perdues » pour tenter d'expliquer l'immense savoir du futur poète et dramaturge. Finalement, elles ne font que nourrir le mystère d'un autodidacte de génie !

La fine équipe

Après une décennie d'éclipse, nous retrouvons donc notre héros déambulant en 1592 dans les rues de Londres.

Alors en pleine expansion, la ville a soif de vivre et de découvrir les nouveaux spectacles offerts par ces troupes de théâtre que chaque grand seigneur se soucie d'entretenir. Et même si l'industrie du spectacle reste localisée à la périphérie sous l'influence des puritains, même si les épidémies de peste obligent à tout moment la fermeture des lieux de divertissement, rien n'arrête l'expansion incroyable du théâtre.

Anonyme, Portrait présumé de Christopher Marlowe, 1585, Cambridge, Corpus Christi College.Plus de 2 000 pièces auraient vu le jour à cette époque ! Pour faire face à la demande on peut compter sur les « university wits » (« les beaux esprits des facultés »), un groupe de jeunes auteurs au talent aussi brillant que leur comportement est dissipé.

Parmi eux citons Thomas Kyd et surtout Christopher Marlowe, fils de cordonnier, devenu à 29 ans le symbole de cette Renaissance des Lettres anglaises, avant qu'un coup de poignard dans l'œil ne mette fin, au fond d'une taverne, à une carrière qui aurait pu faire de l'ombre à Shakespeare.

Mais lorsque ce dernier arrive à Londres, cette première génération a déjà presque totalement disparu : il a les mains libres pour se faire une place au soleil, quitte à être raillé par le très caustique Robert Greene (...).


Publié ou mis à jour le : 2019-05-15 17:56:22

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net