Jean Monnet (1888 - 1979)

Un négociant dévoué à la construction européenne

Né le 9 novembre 1888 à Cognac, dans la famille d'un négociant en vins, Jean Monnet est un pur produit de la bourgeoisie de province. Son itinéraire exceptionnel n'en est que plus remarquable.

Oeuvrant dans l'ombre, mettant à profit ses bonnes manières, son affabilité et son don de persuasion pour manoeuvrer les hommes de pouvoir, Jean Monnet peut être considéré, au vu de son bilan, comme l'instigateur principal de l'Union européenne, sous sa forme libérale et atlantiste.

Le goût du contact

Jean Monnet, Père de l'Europe (Cognac, 9 novembre 1888 - Bazoches-sur-Guyonne, 16 mars 1979)Il a seize ans quand son père l'envoie chez son agent de Londres pour apprendre le négoce. À dix-huit ans, il part pour Winnipeg, au Canada. « N'emporte pas de livres. Personne ne peut réfléchir pour toi. Regarde par la fenêtre, parle aux gens. Prête attention à celui qui est à côté de toi, » lui dit alors son père (c'est du moins ce qu'il raconte dans ses Mémoires). Ce sera sa règle.

Arrive 1914 et la déclaration de guerre. Réformé pour raison de santé, il s'inquiète des problèmes d'approvisionnement et de transport qui vont se poser aux Alliés.

Usant de relations familiales, le jeune homme (26 ans) obtient un rendez-vous avec le président du Conseil, René Viviani, réfugié à Bordeaux avec le gouvernement français.

Séduit par son intelligence, René Viviani l'affecte à Londres, dans un service précisément chargé de coordonner les ressources des Alliés, où il fera d'utiles connaissances. Jean Monnet ne cessera plus dès lors de s'occuper des affaires du monde.

Un artisan de la guerre...

En novembre 1916, au plus fort de la Grande Guerre, il met sur pied une commission interalliée pour les approvisionnements en blé, le Wheat executive.

Après l'armistice, il devient l'adjoint d'Eric Drummond, secrétaire général de la Société des Nations (SDN), l'ancêtre de l'actuelle Organisation des Nations Unies. Il traite dans l'urgence des dossiers aussi critiques que le partage de la Silésie entre la Pologne et l'Allemagne, l'avenir de la Sarre ou encore le redressement économique de l'Autriche...

Quittant la SDN en 1923, il participe à San Francisco à la création d'une banque d'investissements américaine mais s'en éloigne après un échec dû à la crise boursière de 1929. Regrettant que les Américains aient si longtemps tardé à réformer leur système bancaire, il observe dans ses Mémoires : « Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise ».

À défaut de mieux, il se met à Shanghai au service du gouvernement chinois de Tchang Kaï-chek. Arrivent bientôt le nazisme et la guerre... Jean Monnet va à Washington négocier avec les Américains la construction en urgence d'avions de combat pour l'armée française.

Il se rapproche à cette occasion du président Franklin Roosevelt et de son conseiller Harry Hopkins et se met à leur service pour lancer le programme de la Victoire (« Victory program »). Ce programme a pour objet de soutenir l'effort de guerre britannique et de préparer la puissante industrie américaine à un gigantesque effort de réarmement sans attendre l'entrée en guerre officielle des États-Unis, qui ne surviendra qu'en 1941, et en ménageant les sentiments neutralistes de l'opinion américaine.

De retour à Londres, Jean Monnet préside un comité de coordination franco-britannique.

Lorsque Hitler lance son offensive du 10 mai 1940, l'ancien négociant en vins de Cognac suggère au Premier ministre Winston Churchill un coup d'éclat pour rendre de l'espoir aux Français et aux Britanniques. Sa note intitulée « Anglo-French Unity » propose rien moins qu'une fusion immédiate des deux pays, avec un seul Parlement et une seule armée !

Cette proposition d'apparence excentrique rendrait les deux pays indéfectiblement solidaires face à l'Allemagne hitlérienne. Elle empêcherait une tractation directe de la France avec l'Allemagne, avec le risque qu'Hitler se saisisse de la puissante flotte de guerre française, la « Royale », et éventuellement des colonies d'Afrique du Nord et d'Orient.

Le dimanche 16 juin, le général de Gaulle, en mission à Londres, dicte lui-même au téléphone le texte de la note à Paul Reynaud, le chef du gouvernement français. Celui-ci prend rendez-vous avec Churchill le lendemain à Concarneau... Las, le soir même, il est démis de ses fonctions et remplacé par le maréchal Pétain.

Le soir du 17 juin, tandis que la France s'enfonce dans la tragédie de la défaite, Jean Monnet reçoit à son domicile londonien le général de Gaulle. Celui-ci prépare l'Appel qui sera radiodiffusé le lendemain. Comme la plupart de ses compatriotes, le marchand de Cognac n'est pas sur le moment emballé par les visions de de Gaulle et la perspective d'une rupture avec le gouvernement du maréchal Pétain.

Il va d'ailleurs gagner les États-Unis et franchement se poser en adversaire du chef de la France libre, jusqu'à suggérer au président Roosevelt de le « détruire » selon ses propres termes : « Il faut se résoudre à conclure que l'entente est impossible avec De Gaulle, qu'il est un ennemi du peuple français et de ses libertés, qu'il est un ennemi de la construction européenne (et) qu'en conséquence, il doit être détruit dans l'intérêt des Français. » (Jean Monnet, Note déclassifiée, adressée au secrétaire d'État des États-Unis [de 1940 à 1946] Harry Hopkins ; cité par Éric Branca, « De Gaulle - Monnet ou le duel du siècle », Revue Espoir, n°117, novembre 1998, p 9.

À la demande du Secrétaire d'État américain Harry Hopkins, Jean Monnet retrouve néanmoins le général de Gaulle à Alger en 1943 et lui fait allégeance sans plus d'enthousiasme que cela. Il fait partie du premier gouvernement de la France libre et entreprend sans succès de réconcilier les généraux de Gaulle et Giraud. Malgré son peu d'affinités pour le chef de la France libre, il va néanmoins contribuer à ses côtés à l'effort de reconstruction du pays.

... et de la paix

À la Libération, Jean Monnet met sur pied un plan de modernisation et d'équipement qui porte son nom et permet à la France de relancer en un temps record les productions de base, avec le soutien financier des Américains et de leur plan Marshall.

Il crée le Commissariat au Plan et en devient le premier président avant de rassembler enfin ses amis de partout autour du projet de CECA. Il convainc le ministre Robert Schuman de porter le nouvel organisme sur les fonts baptismaux et en sera lui-même le premier président. Sa vision se résume dans cette formule empruntée à ses Mémoires : « Rien n'est possible sans les hommes, rien n'est durable sans les institutions ».

Jean Monnet lors de la création de la CECA

Les 29-31 mai 1954, Jean Monnet participe à la conférence inaugurale du groupe Bilderberg, qui réunit une soixantaine d'Européens et d'Américains, dont David Rockefeller, dans l'hôtel du même nom, à Oosterbeek (Pays-Bas). Le groupe ou club Bilderberg va se donner pour mission d'oeuvrer dans l'ombre en faveur du rapprochement entre l'Europe occidentale et les États-Unis, dans le cadre d'une société aussi ouverte et libérale que possible.

En 1956, ayant quitté le Commissariat au Plan, Monnet anime un Comité d'action pour les États-Unis d'Europe et va poursuivre jusqu'à sa mort, le 16 mars 1979, à 90 ans, son action en faveur de l'union mais aussi du rapprochement avec les États-Unis. C'est ainsi que suite à la signature du traité de l'Élysée entre Adenauer et de Gaulle, il suggère au vice-chancelier et ministre de l'Économie Ludwig Ehrard, de faire voter par les députés du Bundestag un préambule qui va dénaturer le traité en rappelant le lien indéfectible entre l'Europe et les États-Unis ainsi que le Royaume-Uni. Le vote a lieu le 15 juin 1963.

Plus fort encore, le 17 octobre 1967, il convainc le chancelier Kurt Georg Kiesinger de faire voter par le Bundestag une motion qui condamne la politique européenne de la France et sa décision de quitter le commandement intégré de l’Otan. Présent dans les tribunes lors du vote, Monnet est félicité par Kiesinger à l'issue du scrutin ainsi que le raconte Éric Branca (L’ami américain, Washington contre de Gaulle, Tempus, 2022).

L'homme a mérité le titre honorifique de « Père de l'Europe ». Ses cendres ont été transférées au Panthéon en 1988... On conçoit volontiers que de Gaulle, du haut du ciel, devait se réjouir d'être lui-même inhumé à Colombey-les-Deux-Églises, loin, très loin de l'un de ses adversaires les plus constants.

Bibliographie

Jean Monnet a consacré ses dernières années à écrire ses Mémoires avec le souci de justifier ses actions passées et de les replacer dans leur contexte historique. C'est ainsi que défilent dans cet ouvrage dense et ô combien passionnant les plus puissants personnages du XXe siècle. Parues en 1976, ses Mémoires constituent une magistrale leçon de politique indispensable aux étudiants de Sciences Po ou d'histoire. Elles dessinent, en filigrane, le portrait d'un « honnête homme » séduisant et humaniste.

Le récit de son mariage ne manque pas de sel. Il raconte comment, en 1929, au cours d'un dîner cérémonieux, il croise le regard d'une jeune femme mariée et de vingt ans plus jeune que lui, Silvia de Bondini. La passion est réciproque et le couple prend peu après l'avion pour Moscou, où les autorités enregistrent dans la foulée divorce et remariage... On peut être passionnément libéral et dévoué à Washington tout en sachant apprécier les bons côtés de l'URSS stalinienne.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-10-03 16:56:10
Audoux (16-03-2020 09:42:05)

J'ai lu l'ouvrage de Philippe de Villiers "J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu" ... il semble que l'image des 3 pères de l'Europe: Schuman, Monnet et Hallstein soient à nuancer, quand au... Lire la suite

ZACCHARIAS ANDRE (10-12-2019 16:32:20)

Monnet n'est pas père de l'Europe. Il est père de l'UNION EUROPENNE. Il n'est pas humaniste, il est libéraliste atlantiste, comme vous l'indiquez d'ailleurs fort bien. (le libéralisme n'est certaineme... Lire la suite

jver (16-03-2019 18:12:07)

Abasourdi par l'article hagiographique sur Monnet. Au moment même ou Philippe de Villiers explique, preuves à l'appui, qui était ce monsieur. Vous nous aviez habitué à mieux!

Constant Jacob (09-01-2016 08:00:46)

Il faut donc croire qu'ils est plus aisé de mériter les éloges publics -tartinés dessus, dessous- en étant un ultra-libéral douteux qu'en prêchant l'humanisme internationaliste (faut croire que c'est ... Lire la suite

Ferdi (09-11-2014 02:17:38)

On pourrait aussi préciser que Jean Monnet était un agent à la solde de la CIA dans le processus de construction européenne, comme le révèlent les documents déclassifiés du Departement d'Etat Américai... Lire la suite

Jean-Marie Du Plessis (16-03-2009 10:39:55)

Ce n'est vraiment pas la peine de présenter Jean Monnet comme un grand homme. Son rôle dès le début de la Seconde guerre mondiale en dit long sur son sens moral : Il a préféré abandonner le général de... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net