Léopold III, Charles et Baudouin - Un défi : préserver l'unité du royaume - Herodote.net

Léopold III, Charles et Baudouin

Un défi : préserver l'unité du royaume

Baudouin 1er et la reine Fabiola en 1986 (DR)Au début du XXe siècle, après des débuts hasardeux, la monarchie belge s'est imposée dans le concert des nations, moins en raison de la colonisation du Congo par Léopold II que du courage du « roi-chevalier » Albert 1er et de ses troupes face à l'invasion allemande en 1914.

Mais vingt ans plus tard, Albert 1er fait une chute mortelle en montagne. Il n'a pas encore 59 ans. Son fils aîné lui succède sous le nom de Léopold III. Mal préparé à régner, il est servi par la popularité de son épouse, la reine Astrid de Suède.

Mais le malheur frappe à nouveau la famille royale avec la mort de la reine Astrid, le 29 août 1935, à 29 ans, dans un accident de voiture.

Une Belgique occupée et sans roi

Quand la Wehrmacht envahit le pays, le vendredi 10 mai 1940, Léopold III tente sans grande conviction de rééditer l'exploit de son père à la tête de l'armée.

Le roi Léopold III et son frère Charles, futur régent, en 1935 (DR)Las. Dès le 28 mai 1940, il signe une reddition sans condition et croit qu'il est de son devoir de rester auprès de ses concitoyens et de partager leur infortune...

Le voilà donc assigné à résidence par les Allemands au château royal de Laeken.

À la Libération, le Parlement investit son frère Charles du titre de Régent. Charles va assumer sa tâche de souverain constitutionnel avec diligence et décontraction.

Mais la « Question royale » ne tarde pas à revenir sur le tapis.

Appelés à se prononcer par référendum le 12 mars 1950 sur le retour du roi sur le trône, les Belges l'approuvent à la majorité de 58% mais le scrutin révèle pour la première fois un clivage régional, voire linguistique.

Léopold III met tout le monde d'accord en abdiquant au profit de son fils.

Le roman de Baudouin et Fabiola

Baudouin, 1er du nom, monte sur le trône le 16 juillet 1951, à 20 ans, cependant que son oncle Charles replonge dans l'anonymat après avoir parrainé la reconstruction du royaume pendant six longues années.

Fabiola de Mora y Aragón (11 juin 1928, Madrid - 5 décembre 2014, Laeken)Le roi épouse le 15 décembre 1960 une aristocrate espagnole. Grandie sous le franquisme, Fabiola de Mora y Aragon est une fervente catholique et a même songé à entrer dans les ordres avant de le rencontrer.

Les deux jeunes gens se sont pris de passion l'un pour l'autre. La foi resserre leurs liens.

Mais très vite une déconvenue se fait jour avec une première fausse couche de la reine. À quatre reprises au total, Fabiola prend le risque d'une grossesse dont les médecins assurent qu'elle met sa vie en grave danger. En 1968 enfin, à quarante ans, elle se résigne à ne pas être mère.

En 1990, quand vient en débat au Parlement la dépénalisation de l'avortement, le souverain ne cache pas son hostilité personnelle à cette loi qui heurte ses convictions et plus encore sa sensibilité et son cœur de père contrarié.

C'est ainsi que pendant 36 heures, les 4 et 5 avril 1990, la Belgique va se trouver sans roi !

Le roi accomplit par ailleurs avec tact son métier. Privilégiant l'écoute, il confesse littéralement ses ministres.

Fragile du cœur, Baudouin meurt brutalement pendant des vacances à Motril, en Espagne, le 30 juillet 1993, à 63 ans.

Son frère lui succède sous le nom d'Albert II. Dans le même temps, une nouvelle Constitution fait de la Belgique un État fédéral avec des liens très lâches entre les trois Régions : Flandre, Wallonie et Bruxelles-Capitale. La monarchie demeure le seul ciment du royaume.

Vingt ans plus tard, le 21 juillet 2013, jour de fête nationale, Albert II démissionne pour raisons de santé à 79 ans. Son fils né le 15 avril 1960 lui succède sous le nom de Philippe, avec en tête un devoir qui prime tous les autres : préserver l'unité du royaume.

Bibliographie

La monarchie belge a donné lieu à une belle étude synthétique de Patrick Roegiers : La spectaculaire histoire des rois des Belges (2007, Perrin).


Épisode suivant Voir la suite
• 27 juillet 1214 : le dimanche de Bouvines
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net