Albi - Rose brique et bleu pastel - Herodote.net

Albi

Rose brique et bleu pastel

Albi, dites-vous ? Moins «bling-bling» que Courchevel ou Cannes, la ville n'en possède pas moins une richesse patrimoniale qui en fait l'une des plus belles de France.

La ville est née sur une colline («puech» en langue d'oc) au-dessus du Tarn, un affluent de la Garonne. Il s'agissait à l'origine d'un oppidum (cité fortifiée) fondé par des Gaulois de la tribu des Ruthènes. Ceux-ci ont laissé leur nom à Rodez, chef-lieu du département voisin de l'Aveyron.

Albi reçoit quant à elle son nom après la conquête romaine, peut-être d'un grand propriétaire local (Albius ?) ou d'une référence à la couleur blanche (alba en latin). Elle prend son essor grâce à un pont sur le Tarn, aujourd'ui le Pont Vieux. Après les invasions barbares, elle devient le siège d'un évêché, voit passer les Sarrasins en 730, peu avant la mythique bataille de Poitiers, enfin est occupée par Charles Martel en 765 et érigée en comté. Aux abords de l'An Mil, elle est rétrogradée au rang de vicomté et tombe dans l'orbite du comté de Toulouse. Elle n'en conserve pas moins un influent évêque.

La ville, à mi-distance de l'austère Rodez et de la radieuse Toulouse, est en tous points semblable à cette dernière, quoique aujourd'hui dix fois plus petite avec environ 50 000 habitants.

Albi honorée par l'UNESCO

31 juillet 2010 : l'UNESCO inscrit Albi au patrimoine mondial de l'humanité. La cité épiscopale, sise sur le Tarn, est le 34e site français à recevoir cette marque de reconnaissance. Saisissons cette occasion pour aller à la découverte de quelques-uns des plus beaux panoramas urbains qui soient (note)...

Rose brique

Comme Toulouse, Albi mérite le surnom de «Ville rose», induit par l'usage à grande échelle de la brique et de la tuile romaine.

Ces matériaux se retrouvent dans la cathédrale Sainte-Cécile, le palais de l'archevêché et les maisons de la cité médiévale. Joliment restaurées, nombre de celles-ci présentent des colombages apparents avec des murs constitués de croisillons en bois et remplissage en briques.

On retrouve la brique dans la première église de la ville, la collégiale Saint-Salvi, du nom du premier évêque de la ville, un compagnon de Grégoire de Tours (VIIe siècle).

Comme la cathédrale - l'église de l'évêque -, la collégiale abrite au Moyen Âge des chanoines (jusqu'à 37, contre 120 dans la cathédrale).

Inaugurée à l'époque carolingienne, la collégiale et son cloître ont connu de nombreuses transformations au cours des âges.

Chaudes et gaies, les couleurs d'Albi dissimulent aussi une histoire cruelle qui va colorer de sang le terme d'Albigeois. Tout commence au milieu du XIIe siècle, alors que l'Occident médiéval est en pleine expansion économique et découvre l'art gothique.


Épisode suivant Voir la suite
Nuremberg
Publié ou mis à jour le : 2019-07-14 09:21:22

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net