Élisabeth de Wittelsbach (1837 - 1898) - Le mythe « Sissi » - Herodote.net

Élisabeth de Wittelsbach (1837 - 1898)

Le mythe « Sissi »

Élisabeth de Wittelsbach, future impératrice d'Autriche et reine de Hongrie, affectueusement surnommée « Sissi », naît le 24 décembre 1837 à Munich, dans la famille du duc en Bavière Maximilien. 

Elle figure dans sa jeunesse parmi les plus belles princesses d'Europe, avec aussi une tendance à la mélancolie, voire à la névrose.

Une union au goût amer

Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach, duchesse en Bavière, impératrice d'Autriche et reine de Hongrie (24 décembre 1837, Munich - 10 septembre 1898, Genève)

Le séduisant empereur d'Autriche François-Joseph 1er (23 ans) est immédiatement séduit par la beauté et l'opulente chevelure d'Élisabeth. Il ose affronter sa mère, l'autoritaire archiduchesse Sophie de Bavière, et obtient d'épouser sa cousine. Le mariage est célébré l'année suivante, le 24 avril 1854.

La jeune impératrice a la douleur de se voir enlevés ses trois premiers enfants par sa belle-mère... 

Elle souffre de l'atmosphère empesée de la Cour et de la froideur de son mari, en permanence enchaîné à son bureau. Dans la mesure du possible, elle se tient éloignée de Vienne, ce qui lui vaut de devenir impopulaire auprès des habitants de la capitale.

Après les défaites de l'Autriche face à la coalition franco-sarde, en 1859, le couple impérial se rapproche toutefois et, aux côtés de son mari, « Sissi » participe à la transformation de l'empire en une double monarchie, l'Autriche-Hongrie, en 1867.

Drames et névroses

Mais l'âge et surtout les deuils et la névrose l'enfoncent dans la solitude. Ainsi endure-t-elle le suicide de son cousin bien-aimé, le roi Louis II de Bavière, le 13 juin 1886, et pire encore celui de son fils Rodophe à Mayerling, le 30 janvier 1889. Sa soeur, la duchesse d'Alençon, brûle vive dans l'incendie du Bazar de la Charité, à Paris, le 4 mai 1897.

Elle se montre obsédée par l'entretien de sa beauté et de sa ligne, vit de plus en plus séparée de son mari et voyage dans toute l'Europe, dans l'anonymat. Elle meurt tragiquement à Genève, lors de l'une de ses escapades incognito, assassinée par un ouvrier italien, le 10 septembre 1898.

Jeanne Lafont
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net