Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quand remontent les premières tombes individuelles de soldats ?

Réponse
Publicité

François-Joseph 1er (1830 - 1916)

Amère vieillesse


Francois-Joseph 1er de Habsbourg-Lorraine (Vienne, 18 août 1830 - 21 novembre 1916)François-Joseph 1er monte sur le trône d’Autriche le 2 décembre 1848, en pleine effervescence révolutionnaire, suite à l'abdication de son oncle Ferdinand 1er, coupable d'excès de faiblesse.

D'une longueur exceptionelle (68 ans), son règne va offrir à l'empire des Habsbourg un dernier éclat avant une fin douloureuse.

Les armées autrichiennes subissent une grave défaite à Sadowa, en 1866, face à l’armée prussienne.

Se détournant dès lors des affaires allemandes, François-Joseph et son épouse Élizabeth, la légendaire « Sissi », transforment l’empire autrichien en une double monarchie axée sur le Danube : l’Autriche-Hongrie. Autrichiens de langue allemande et Hongrois s’administrent en toute indépendance, chacun de leur côté, en prêtant simplement allégeance à leur souverain commun mais sans laisser la même autonomie aux peuples qui leur sont rattachés comme les Tchèques ou les Roumains.

Avec sa structure politique très souple, l'Autriche-Hongrie est un précurseur de l'Europe actuelle. Elle jouit pendant un demi-siècle d'un immense rayonnement culturel. De Prague à Cracovie en passant par Vienne et Trieste, toute l'Europe centrale en conserve la nostalgie dans son architecture comme dans son art de vivre.

François-Joseph 1er, empereur d'Autriche et roi de Hongrie, supervise de son autorité morale les deux gouvernements qui co-dirigent ses États.

C'est un homme consciencieux mais sans grande largeur de vues. Il se consacre à son métier de roi avec sérieux et lenteur, en suivant avec attention tous les dossiers. Son bureau austère du palais de Schönbrunn témoigne de ses manières de bureaucrate besogneux, appliqué et maniaque.

Mais après plusieurs tragédies personnelles (l'exécution de son frère Maximilien, le suicide de son fils Rodolphe et l'assassinat de son épouse « Sissi »), au terme de sept décennies de règne, le vieil empereur désabusé va entraîner ses peuples dans la Grande Guerre.

Le 29 juillet 1914, dans une proclamation À mes peuples, il affirme : « J'ai tout examiné et tout pesé : c'est la conscience tranquille que je m'engage sur le chemin que m'indique mon devoir »..

Il ne verra pas la fin de la guerre. L’Autriche-Hongrie non plus car elle va céder la place à plusieurs États rivaux : Autriche, Hongrie, Roumanie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie.

Alban Dignat

Publié ou mis à jour le : 2014-10-16 14:29:51