Le dictionnaire de l'Histoire

drapeaux, héraldique, couleurs

Les armées, dès les premiers temps de l'Histoire se dotent de signes de reconnaissance : bannières, drapeaux, blasons,... À l'époque médiévale, les souverains se signalent au combat par une bannière (le mot vient de ban, vocable féodal d'origine germanique qui désigne un commandement ou un ordre). Les drapeaux nationaux en dérivent.

On appelle vexillologie (du latin vexillum, étendard des légions romaines) l'étude des drapeaux, de leur histoire et de leur symbolique. Ainsi les trois couleurs du drapeau français sont-elles le produit d'une histoire presque millénaire, de même que le drapeau rouge de la révolution ! À l'opposé, le drapeau du Québec et celui de l'Union européenne ont tout juste quelques décennies d'âge...

On appelle par ailleurs sigillographie (du latin sigillum, sceau) l'étude des sceaux.

L'héraldique a quant à elle pour objet l'étude des armoiries et des blasons (le mot vient du latin heraldus, qui désigne un héraut, c'est-à-dire un officier chargé de porter les messages pendant les batailles). Les blasons étaient à l'origine des signes distinctifs que les chevaliers plaçaient sur leur bouclier. Ils sont devenus les emblèmes des lignées seigneuriales. Dans le droit fil de cette tradition, les institutions et entreprises contemporaines ont à coeur de se doter d'un emblème que l'on n'appelle pas blason mais logo !

Noir, blanc, rouge, jaune, bleu, vert, garance, indigo, cochenille, pastel,... Les couleurs ont aussi leur histoire comme le montre l'historien Michel Pastoureau (Les Couleurs de notre temps, éditions Bonneton, Paris, 2003, 200 pages).

Voir : Une Histoire de toutes les couleurs

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net