Jacques Marseille (1945-2010) - Un stakhanoviste à la Sorbonne - Herodote.net

Jacques Marseille (1945-2010)

Un stakhanoviste à la Sorbonne

Mars 2006 : Jacques Marseille fait figure de stakhanoviste dans l'univers empesé de la Sorbonne. Avec trois pamphlets à deux ans d'intervalle : La guerre des deux France, celle qui avance et celle qui freine (Plon), Du bon usage de la guerre civile en France (Perrin) et L'argent des Français (Perrin), l'historien sort de sa réserve et dénonce ce qu'il considère comme les conservatismes de la société française.
Jacques Marseille est mort à Paris le 4 mars 2010.

Né en 1945 à Abbeville, Jacques Marseille milite au parti communiste suivant la mode de son époque avant de rallier sur le tard la mouvance néolibérale.

L'historien n'a rien d'un sybarite. Il entre dans la carrière universitaire avec une agrégation et une thèse de doctorat sulfureuse : Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce (Albin Michel, 1984).

Il multiplie ensuite les travaux en tous genres : publications, ouvrages scolaires, direction de collection chez Nathan etc. Il s'engage enfin engagé dans le débat politique en dénonçant la paralysie des institutions avec un pamphlet décapant : Du bon usage de la guerre civile en France (Perrin).

André Larané
Les patrons contre les colonies

Croisant l'histoire et l'économie selon une pratique qui lui deviendra vite familière, Jacques Marseille a été l'un des premiers à réfuter l'idée convenue selon laquelle la soif de richesse serait à l'origine des conquêtes coloniales du siècle dernier. Il montre dans sa thèse que celles-ci ont été moins le fait des hommes d'affaires que des dirigeants politiques et des militaires avides de gloire.

Ayant épluché les comptes de plusieurs centaines de sociétés, Jacques Marseille se montre très dur sur le bilan de la colonisation.

Celle-ci a entravé le développement économique de la France plutôt qu'elle ne l'a favorisé. Ce qui peut expliquer que l'opinion publique se soit toujours montrée réticente à l'égard des conquêtes coloniales malgré les fastes de l'Exposition coloniale.

Suite à sa thèse, Jacques Marseille a hérité à la Sorbonne de la prestigieuse chaire d'Histoire économique et sociale fondée par le grand historien Marc Bloch au début du siècle. Il mène depuis lors des enquêtes approfondies sur le monde des entreprises avec le concours de ses étudiants.

L'une de ces enquêtes a eu un certain écho dans les années 1980. En comparant sur plusieurs décennies les résultats de différentes sociétés, l'historien et son équipe ont montré que les entreprises les plus rentables sur le long terme étaient les entreprises à capital familial.

Ils ont observé que les Labinal, Legrand ou encore Peugeot témoignent de performances nettement supérieures dans la durée aux entreprises publiques ou encore aux entreprises dont le capital est dispersé à la Bourse.

Jacques Marseille voit dans ces résultats le fruit d'une gestion patrimoniale soucieuse du long terme plus que du rendement immédiat. Il développe volontiers ses analyses dans la presse économique, notamment dans le magazine L'Expansion où il a longtemps tenu une chronique régulière.

Directeur de collection chez Nathan, l'historien écrit aussi, à ses heures perdues, des contes pour les enfants. Et il ose en 2000 une Nouvelle Histoire de France (Perrin).

Et comme il n'a pas peur des paradoxes, il se signale au grand public en 1992 par un essai intitulé : Lettre ouverte aux Français qui s'usent en travaillant et qui pourraient s'enrichir en dormant (Albin Michel), où il s'attache à montrer qu'il est plus profitable à des cadres moyens de placer leurs économies que de s'échiner au bureau.

L'année suivante, en 1993, le pays est plongé dans la première année de récession économique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Jacques Marseille ose publier un nouvel essai à l'adresse des Français moroses : C'est beau la France. Pour en finir avec le masochisme français (Plon).

Publié ou mis à jour le : 2020-01-09 18:57:43

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net