Musée du Louvre - Du Cabinet royal au Musée national - Herodote.net

Musée du Louvre

Du Cabinet royal au Musée national

Le musée du Louvre a été inauguré il y a deux siècles par le baron Vivant-Denon dans le palais du même nom, au cœur de Paris.

Il mérite assurément la réputation de plus grand musée du monde.

Ses trésors se rapportent à la peinture occidentale (jusqu'au milieu du XIXe siècle), aux arts décoratifs du Moyen Âge et de l'islam ainsi qu'aux œuvres de l'Antiquité méditerranéenne. C'est en somme trois grands musées en un.

Richard Fremder raconte... le Louvre

Richard Fremder raconte la naissance du plus grand musée du monde...

De l'origine des premiers musées à la création du Grand Louvre en passant par l'évocation de l'état lamentable du Louvre au XVIIIe siècle et les efforts assidus des « philosophes » pour lui redonner vie.

Écouter (30 minutes) :

Des rois amateurs d'art

Les collections du musée ont été patiemment rassemblées pendant plus d'un demi-millénaire par les souverains ainsi que les représentants de la République. Leur constitution s'est faite sans plan préétabli, avec des heurts et des reculs, en particulier sous le Premier Empire. Elles ont été parallèles à la construction de la Nation française et en restent le symbole.

Cela a commencé à la fin du XIVe siècle, pendant la guerre de Cent Ans, avec Charles V le Sage. Mécène éclairé comme ses frères et en particulier le duc Jean de Berry, le roi a eu à coeur de s'entourer de beaux objets, non pas au Louvre, qui n'était encore qu'une forteresse, mais au donjon de Vincennes, sa résidence préférée.

Un siècle plus tard, sous la première Renaissance, François 1er manifeste à son tour une grande passion pour les arts, avec une prédilection pour les artistes italiens, en particulier son vieil ami Léonard de Vinci. Il réunit à Fontainebleau, près de Paris, une importante collection de peintures par goût personnel mais aussi pour la plus grande gloire de son trône et de sa dynastie : les courtisans et ambassadeurs se pressent pour admirer le « Cabinet des tableaux » du roi (saint Louis n'agissait pas autrement quand il achetait à prix d'or des reliques pieuses pour la Sainte Chapelle : autres temps, autres mœurs...).

Cette passion de collectionneur ressurgit chez Louis XIV, un siècle et demi plus tard. Mû par son goût et le souci d'augmenter le prestige de l'État, le Roi-Soleil achète à tour de bras des collections et des oeuvres, avec les conseils éclairés de son ministre Colbert. Lui-même commence à les entreposer dans le palais du Louvre où il ne réside plus, ayant délaissé le vieux palais au profit des Tuileries puis de Versailles, en 1682.

À la fin de son règne, son « Cabinet des tableaux » recense déjà près de 1500 tableaux de maîtres, essentiellement français, italiens et des écoles du Nord.

La République dans les pas de la monarchie

Son successeur Louis XV se désintéresse des collections. Mais, l'« esprit des Lumières » aidant, celles-ci suscitent l'intérêt des philosophes. Dans l'Encyclopédie, en 1765, Diderot évoque pour la première fois l'idée de mettre les collections du Louvre à la disposition du grand public. Il s'agit de s'inscrire dans la démarche des papes de la Renaissance et des Anglais qui ont ouvert au public le British Museum en 1759.

Publié ou mis à jour le : 2019-07-09 12:07:15

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net