Face à la puissance

La « transition énergétique », une aberration historique

Maître de conférences à Dijon, François Jarrige est historien des sciences et des techniques. Il a publié en 2017 avec Thomas Le Roux La Contamination du monde (Seuil). En 2020, il a aussi publié avec Alexis Vrignon : Face à la puissance, une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel (La Découverte). Ses travaux l'amènent à dénoncer la « transition énergétique » telle que promue par les gouvernants européens. Il y voit une mystification destinée à préserver le « modèle » de société à l'origine du dérèglement climatique actuel (note). 

Notre addiction aux énergies fossiles n'est pas une fatalité. François Jarrige y voit le résultat d'une succession de choix conscients en faveur des énergies fossiles depuis un siècle et demi, au détriment de solutions alternatives et variées, incluant les énergies traditionnelles (bois, hydraulique), les énergies renouvelables (éoliens)... ou pas d'énergie du tout (marche à pied).

« À partir du XVIIIe siècle, toutes les sources d’énergie sont mobilisées pour répondre à la poussée démographique et à l’accroissement des productions, écrit-il. Dans ce mix complexe, le charbon progresse particulièrement vite dans certaines régions, en incarnant de plus en plus le progrès et l’avenir. Avant les années 1860-1870, sa domination demeure cependant fragile en dehors de l’Angleterre et de la Belgique... » Ce « mix complexe » est illustré par exemple par les six millions d'éoliennes rustiques qui ont permis à la fin du XIXe siècle de pomper de l'eau dans les plaines du Middle West américain pour irriguer celles-ci et élever du bétail.

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, le charbon va devenir hégémonique avant d'être relayé et complété par le pétrole. « En Europe, le pétrole ne commence à s’imposer comme un enjeu stratégique majeur qu’en 1911, avec la décision de Winston Churchill, premier lord de l’Amirauté, d’y convertir la flotte de guerre britannique. Les navires sont beaucoup plus rapides que ceux qui fonctionnent encore au charbon. Avec cette décision, la Grande-Bretagne devient toutefois tributaire des gisements du Moyen-Orient. La guerre de 1914-1918, première guerre énergétique globale, accentue cette dépendance au pétrole en en faisant une ressource essentielle des appareils militaires, » écrit François Jarrige.  « La Première Guerre mondiale marque l’aboutissement de la course aux énergies fossiles initiée au XIXe siècle. Elle inaugure aussi la victoire du camion sur la locomotive. Les armées s’équipent en véhicules propulsés à l’essence au moment où les besoins militaires conduisent à privilégier le choix de la puissance. En 1914, le corps expéditionnaire britannique en France ne dispose que de 827 voitures ; à la fin de la guerre, il possède 56 000 camions, 23 000 voitures et 34 000 motos. »

Si la Première Guerre mondiale inaugure le règne de l'automobile, la Seconde inaugure celui de l'avion. Le développement de l'aviation commerciale et de loisir est sciemment encouragé par la convention de Chicago qui impose à tous les Ètats dès 1944 de commercialiser le kérosène au prix coûtant sans aucune taxe d'aucune sorte (note). Quatre-vingt ans après, dans un contexte radicalement différent, cette détaxation apparaît comme un pousse-au-crime (et une injustice sociale) en permettant à toutes les catégories aisées de la planète de voyager à très petit prix... Pourtant, ce principe paraît si bien acquis qu'aucun État ni aucun parti ne songe à demander son abrogation.

Aucun ne remet en cause non plus une organisation de la société entièrement organisée autour de l'automobile, avec tous les inconvénients que l'on constate aujourd'hui (pollution, saturation des espaces naturels, climat). Ce n'est pas faute d'avoir été prévenus. Bien avant qu'émerge l'enjeu climatique, des historiens (Lewis Mumford), philosophes (Ivan Illich) et économistes (Alfred Sauvy) ont entrevu l’impasse du tout-automobile. L'Américain Lewis Mumford déplorait déjà il y a soixante ans que « tous les modes d’existence soient organisés en fonction de l’usage d’une voiture personnelle » (La Cité à travers l’Histoire, 1961).

Aujourd'hui, les constructeurs présentent l’automobile électrique comme un transport propre, note l'historien François Jarrige. Mais c'est afin de maintenir la prééminence de l’automobile dans l’organisation sociale. Dans les faits, s’il n’y a pas de pollution ni d’émission de gaz carbonique au niveau de l’automobile, ces inconvénients sont reportés en amont, dans la conversion des énergies primaires en électricité dans des centrales le plus souvent thermiques ou nucléaires. Cela n'est pas nouveau. À chaque génération depuis au moins un siècle, on nous fait rêver avec la promesse d’un convertisseur propre qui nous permettrait de faire l’économie d’une révision de notre mode de vie.

L'impasse de la « transition énergétique » européenne

Depuis les années 1980, les pays développés ont pris conscience du risque climatique. Face à ce risque, la logique est imparable :
• L'humanité est menacée par le réchauffement climatique,
• Ce réchauffement est induit par les émissions de gaz à effet de serre liées aux énergies fossiles,
• Il importe donc de réduire ces émissions à l'échelle de la planète si l'on veut limiter le réchauffement.

Là où la logique déraille, c'est dans le quatrième terme posé par nos gouvernants, en France et en Europe :
• Pour diminuer à l'échelle planétaire les émissions de gaz à effet de serre, il faut (et il suffit) que nous fassions tout notre possible, en France et en Europe, pour remplacer les énergies fossiles par des énergies « propres » (de préférence non nucléaires !).
En vertu de quoi nos gouvernants promettent la « neutralité énergétique » à l’horizon 2050 à coup de subventions massives qu'il faudra payer par un accroissement tout aussi massif de la pression fiscale, au détriment des revenus disponibles. 

Cette promesse se heurte à deux écueils :
• Nos solutions sont vaines si elles n'ont pas valeur d'exemple pour les autres régions du monde (92% de l'humanité) ; or, c'est le cas des subventions et des aides fiscales, impensables dans les pays émergents qui s'alignent à grande vitesse sur notre mode de vie sans disposer pour autant d'un système fiscal fiable et efficace,
• Plus gravement, depuis une vingtaine d'années, nous sommes demandeurs de produits de plus en plus énergivores ; ils conduisent à une consommation toujours croissante d'énergies fossiles, soit sur notre sol, soit en Chine où sont fabriqués la plupart de ces produits : SUV, mobiles 4G et vidéos, home-cinémas, frigos connectés, internet, croisières et voyages en avion, etc. ; le phénomène est en passe de s'emballer avec l'arrivée de l'internet 5G et du métaverse (les mondes virtuels), très gourmands en énergie (d'ores et déjà, les cryptomonnaies, qui n'ont d'intérêt que pour les transferts d'argent illégaux, consommeraient 0,5% de toute l'énergie mondiale).
Il n'y a aucune chance que les nouvelles énergies renouvelables (éoliennes, photovoltaïque), dont la fabrication est elle-même très coûteuse en énergie et en minerais, puisse ne serait-ce que couvrir cette demande.

L’histoire des énergies est l’histoire d’un empilement des énergies, anciennes, nouvelles et futures, rappelle François Jarrige. Aussi ne faut-il pas s'étonner que la consommation d'énergies fossiles, en particulier le charbon, continue d'augmenter fortement dans le monde (Inde, Chine, Indonésie, etc.). On n'a jamais brûlé autant de charbon et de pétrole qu’en 2020 malgré la relative percée des énergies dites renouvelables : nucléaire, éolien, solaire, etc.

Au de ces réalités, la diminution des émissions planétaires de gaz à effet de serre appelle deux réponses, ni plus ni moins :
• Il faut et il suffit que nous diminuons nos consommations d'énergie (électricité, chaleur, carburant) sans altérer le bien-être de chacun et par des solutions d'application universelle.
Peu importe l'énergie primaire qui est à l'origine de ces consommations. Dès lors que ces dernières diminuent, il est aisé en amont de choisir les installations que l'on va démanteler (centrales au charbon ou au gaz, puits de pétrole, centrales nucléaires...).
• En prime, si l'on peut sans coût excessif remplacer des installations émettrices de gaz à effet de serre par des éoliennes ou des photovoltaïques, c'est tant mieux. 

Suivant les observations de François Jarrige et de bien d'autres, cet objectif demeure accessible sous réserve de réviser nos choix de société (tout-automobile et consumérisme à outrance).

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2022-09-04 06:54:05
Almonit (15-09-2022 19:32:59)

@Dian: Je ne écris que très mal le francais, excusez les fautes. Veuillez faire la calculation votre-meme, une addition de 16 milliards de tonnes par ans (en fait ce sont plus que 30 milliards par a... Lire la suite

Dian (05-09-2022 14:31:02)

L’auteur de l’article écrit « Ce réchauffement [climatique] est induit par les émissions de gaz à effet de serre liées aux énergies fossiles ». Je suppose qu’il parle ici du CO2. En... Lire la suite

Philadelphie (05-09-2022 09:59:18)

Dans cet article beaucoup d'affirmations sont discutables mais l'une ne l'est pas et c'est que le reste de la planète n'a pas les moyens de financer une quelconque transition énergétique. La conclu... Lire la suite

BOURENE (05-09-2022 09:09:48)

En réponse à Marché-Latour; je viens de relire mon texte et je reconnais les fautes de français et d'orthographes ... J'en suis vraiment honteux. Je voudrais aussi compléter mon propos; et tout ... Lire la suite

xguillaud (05-09-2022 04:35:38)

Qu'il y ait eu des erreurs sur les questions énergétiques, c'est certain. Par contre, la question fondamentale, c'est que doit-on faire maintenant ? La solution est multiple et complexe. La dimin... Lire la suite

xuani (04-09-2022 17:15:55)

Mais non ce n'est pas du "y a qu'à", vivre avec moins c'est se faire une nouvelle philosophie de vie et vivre bien mieux qu'en courant après le SUV rutilant et en allant passer le WE à 5000 km de c... Lire la suite

Naphtes (04-09-2022 13:03:34)

Bourene,
vous avez raison, partout on trouve : y'a qu'à faut qu'on
l'écologie sera fasciste ou ne sera pas, donc elle ne sera pas ou trop tard

Marché-Latour (04-09-2022 12:46:38)

Le commentaire précédent, très riche en fautes de français, ne me semble pas digne d'intérêt. Des révisions grammaticales s'imposent...

BOURENE (04-09-2022 09:36:39)

Tout cela me semble très proche du "y'a qu'à faut qu'on" à partir du :"il suffit de..." ! Je ne comprends pas, en temps que scientifique et chercheur, on peut compenser des énergies pilotables par... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net