9 novembre 2016

Donald Trump, une surprise ? Pas vraiment

Après les référendums de 2005 (France et Pays-Bas) et le Brexit (2016), voici une nouvelle surprise avec l’élection de Donald Trump par une franche majorité d’Américains. À chaque fois, le suffrage universel a eu raison des médias, des sondeurs et de leurs commanditaires. Réjouissons-nous au moins de cette vitalité démocratique...

Andrew Jackson (1767-1845), président des États-Unis de 1829 à 1837Donald Trump, né le 14 juin 1946 à New York, élu à la Maison Blanche le 8 novembre 2016Le 23 octobre 2016, nous avons titré notre lettre sur des élections pleines de surprises aux États-Unis et évoqué un précédent largement ignoré : l’élection du candidat « populiste » et « anti-système » Andrew Jackson, en 1828.

Il n'était pas sans ressembler au nouveau président des États-Unis. Brutal et rugueux comme lui, il s'en distinguait toutefois par ses origines modestes et son expérience de la guerre.  

Plébiscité par les classes pauvres et ouvrières de l'Ouest, hostiles aux financiers de New York et à l'aristocratie du Sud, Andrew Jackson a, comme Donald Trump, été rejeté par les instances de son parti et honni par les élites de la côte Est.

Désindustrialisation et multiculturalisme mal assumé

C’est en partie pour s'opposer au libre-échange prôné par ces élites (note) que les électeurs américains ont aujourd'hui voté Donald Trump. Celui-ci a su capter leur colère sourde, tout comme d'ailleurs le candidat démocrate Bernie Sanders, rival malheureux d'Hillary Clinton (note).

Les classes laborieuses, laminées par le libre-échange et la concurrence des nouveaux immigrants, ressentent jusque dans leur chair l'épuisement d'une politique d'ouverture tous azimuts conduite depuis les années 1980.

En 2015, des chercheurs de Princeton ont ainsi mis en évidence la baisse de l'espérance de vie parmi les hommes blancs de 45 à 54 ans, une première depuis deux siècles (note). La dégradation des conditions de vie et l'explosion des inégalités ont été dissimulées de 1980 à 1998 par une progression du revenu médian des ménages, celle-ci étant due à l'entrée massive des femmes sur le marché du travail, avec un salaire qui venait compenser la stagnation ou la baisse du salaire de l'époux. De 1998 à 2014, ce trompe-l'oeil a disparu et mis à nu la l'échec des politiques inspirées par des économistes aveuglés par leurs préjugés idéologiques  (note).

L’autre motif qui a conduit à la victoire de Trump et à l'élimination de Sanders tient à l'exaspération d'une majorité de citoyens face aux tromperies de l’utopie « multiculturaliste » et de la société « ouverte ». À preuve le vote de l'Iowa en faveur de Donald Trump : dans cet État plutôt prospère, avec un faible taux de chômage, c'est évidemment l'enjeu multiculturaliste qui a fait basculer les électeurs.

L’élection en 2008 d’un président noir n’a pas empêché le retour à de nouvelles formes de ségrégation raciale, mises à jour par les tensions entre police et Afro-Américains.

La candidate démocrate Hillary Clinton a tenté de jouer la carte « racialiste » en cajolant les électeurs afro-américains et latinos (les deux groupes représentent chacun 12,5 à 15% des 320 millions d'Américains). Mais sans doute s’est-elle trompée dans son évaluation du vote latino : beaucoup d’Étasuniens latino-américains aspirent à leur intégration dans la classe moyenne et ne se sentent guère solidaires des Afro-Américains. Leurs conditions de vie ne sont pas comparables comme l'atteste la mortalité infantile : cet indicateur-clé du bien-être est bien plus faible chez les latinos que chez les noirs et même que chez les blancs ordinaires !

Quels enseignements pour l'Europe ?

En Europe de l'ouest, les dernières élections (législatives en Allemagne et référendum en Angleterre), ont témoigné de tensions similaires, sous l’effet de la crise sociale, de la désindustrialisation, d'une Union européenne à bout de souffle mais aussi d'un emballement migratoire sans précédent dans l’Histoire. Les nouveaux arrivants font bloc avec leur « communauté » dans les quartiers. Ils compromettent ce faisant l’intégration des immigrants plus anciennement installés (note). À quoi les classes dirigeantes répondent par des propos hors-contexte sur le « vivre-ensemble » et l'occultation de la mémoire.

La chancelière Angela Merkel et même le pape François semblent avoir pris la mesure du danger dans leurs déclarations des derniers jours (note). Les élus français feraient bien d'ouvrir les yeux à leur tour sur l'exaspération populaire face à l'échec du néolibéralisme financier et à un multiculturalisme non maîtrisé, face également à l'échec de la monnaie unique. Ils se doivent de nommer et analyser les phénomènes sans faux-semblants, et de préconiser des solutions respectueuses de la démocratie (note).

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2021-01-28 09:51:29
Yves Blanc (15-11-2016 20:10:41)

Monsieur Savès, puis-je me permettre d'attirer votre attention sur une analyse qui complète bien celle, excellente, que vous avez publiée dans Hérodote.net. Il s'agit de celle de madame Laure Mad... Lire la suite

Yves Blanc (15-11-2016 20:04:06)

Bien des analyses sont sorties sur ce sujet mais restant au niveau de l'anlayse politique et du contexte social actuel. Mais ne doit-on pas prendre du recul et remonter plus loin dans le temps pour pr... Lire la suite

Michel Edmond (14-11-2016 12:00:37)

on ne peut pas dire que Trump a été élu par une franche majorité d'électeurs, une majorité de grands électeurs certes, mais Clinton a eu un plus grand de voix des électeurs que lui.

Patrice (13-11-2016 22:13:28)

Michael Moore avait prédit la victoire de Donald Trump avec des arguments très sensés s'appuyant sur une bonne connaissance de la Rust Belt en particulier dès fin juillet. Voir son article sur le ... Lire la suite

Patrice (13-11-2016 22:11:32)

Michael Moore avait prédit l

kourdane (11-11-2016 20:19:57)

si l'Europe va mal nous le devons à l'histoire néo libérale et à la pensée dominante des partis conservateurs. Le grand tournant remonte à Reagan & Tchatcher qui ont appliqué les thèses éco... Lire la suite

Boutté (11-11-2016 09:25:58)

Les médias ont eu beau s'agiter pour la cause d'Hillary,c'est Trump qui est passé alors même que la CIA avait abandonné ses recherches pourtant essentielles sous pression d'Obama. Les médias n'on... Lire la suite

Boutté (11-11-2016 09:16:52)

J'ai lu sous la plume de Pascal Praud qu'il avait entendu une petite voix lui donner Trump vainqueur. J'ai eu beau chercher sur Internet, je n'ai trouvé aucun avertissement en ce sens venant de lui. ... Lire la suite

lizzie van nieuwenhuyse (10-11-2016 17:38:30)

Bravo à Patrick pour sa connaissance de l'histoire des Etats-Unis

Siska (10-11-2016 17:28:29)

Les américains ont voté, ils ont à assumer leur choix. Je n'aurais jamais pu voter pour un homme traitant les femmes comme il le fait, (ce ne sont pas des propos rapportés mais ceux que j'ai ente... Lire la suite

Robert joseph (10-11-2016 14:26:35)

Moi il me fait rire . Il va relancer la construction...murs, routes ....dans six mois la broyeuse l aura fait redescendre de sa tour .

Anonyme (10-11-2016 11:46:57)

Un homme d'affaires, ayant une expérience dans le domaine médiatique, à la tête des Etats-Unis dans un monde dirigé, en sous-main, par les financiers et les médias, est-ce la fin de l'hypocrisie... Lire la suite

giulia (10-11-2016 09:58:51)

Les médias et les fameux conseillers de Mr Hollande n'avaient pas vu venir la victoire de Mr Trump, je tiens à signaler que Mr François Asselineau chef de l'UPR en avait pourtant parlé longuement ... Lire la suite

Patrick (10-11-2016 07:47:18)

En espérant que Trump ne ressemblera pas à Jackson qui a été une catastrophe en particulier avec les populations indiennes comme le transfert des Cherokees en Oklahoma ( lire "le sentier des larme... Lire la suite

PLUM9 (09-11-2016 21:20:27)

Americain j'aurai voté TRUMP.Le Clan Obama Clinton est la crête des aveuglés par le pouvoir. En France je vote....... D'accord avec l'alayse de "Pierre" sur Bernie Sanders.Mais c'set déjà du p... Lire la suite

Thierry-Axel (09-11-2016 18:57:23)

Excellente analyse... A méditer en vue des prochaines élections présidentielles en France et ailleurs où la démocratie est galvaudée par les élites "bien-pensantes"

Jean Ricodeau (09-11-2016 17:54:52)

Merci pour ces réflexions qui concrétisent des idées qui me paraissent pertinentes : excès de libre échange ; pas assez d'intégration proposée aux nouveaux arrivants.

Jean Ricodeau (09-11-2016 17:54:34)

Merci pour ces réflexions qui concrétisent des idées qui me paraissent pertinentes : excès de libre échange ; pas assez d'intégration proposée aux nouveaux arrivants.

Jean Ricodeau (09-11-2016 17:54:26)

Merci pour ces réflexions qui concrétisent des idées qui me paraissent pertinentes : excès de libre échange ; pas assez d'intégration proposée aux nouveaux arrivants.

pierre (09-11-2016 17:17:01)

Votre analyse, tout en étant très fine, oublie me semble-t-il que Bernie Sanders, le candidat "malheureux", comme vous l'écrivez très pudiquement, a subi des pressions, des menaces et n'a absolume... Lire la suite

NonoLakanaye (09-11-2016 17:15:00)

Une fois de plus votre article tranche joyeusement sur l'effroi officiel. Wait and see. Et cette hypocrisie consensuelle sur le "libéralisme" et le "libre-échange", des concepts qui n'ont de "libre"... Lire la suite

Guillaume (09-11-2016 16:24:31)

On est libre d'avoir les opinions que l'on souhaite. Encore faut-il qu'elles soient argumentées, et basées sur des faits avérés. En particulier lorsqu'on se prétend un site d'Histoire avec une d... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net