ça s'est passé un... - 10 août - Herodote.net

ça s'est passé un...

10 août

Événements

10 août 833 : Mort du calife el-Mamoun et déclin de Bagdad

Le 10 août 833 meurt à Bagdad Abdallah El-Mamoun (ou al Ma'mun), deuxième fils d'Haroun al-Rachid et septième calife de la dynastie abbasside.

Vingt ans plus tôt, en 813, el-Mamoun a massacré son frère aîné el-Amin. Après quoi, il a régné sur Bagdad et notamment fondé la Maison de la sagesse (Beit-Al-Hikmat) et favorisé l'école de théologie mouzatilite (ou mouzatilisme)...



10 août 955 : Otton 1er écrase les Hongrois au Lechfeld

Le 10 août 955, le roi d'Allemagne Otton Ie écrase les Hongrois au Lechfeld, au sud de l'actuelle ville d'Augsbourg, en Bavière, sur l'un des principaux champs de bataille européens...

Suite de l'article

10 août 1539 : Ordonnance de Villers-Cotterêts

Le 10 août 1539, par son ordonnance de Villers-Cotterêts, le roi François 1er exige que désormais, en France, tous les actes légaux et notariés soient rédigés en français et non plus seulement en latin. Il institue aussi l'état civil.

L'ordonnance, qui a été rédigée par le chancelier Guillaume Poyet, est parfois connue sous le nom de Guilelmine...

Suite de l'article

10 août 1557 : Montmorency se fait capturer à Saint-Quentin

Le 10 août 1557, le vieux connétable Anne de Montmorency, que le roi Henri II a sorti de sa disgrâce, se fait battre et capturer à Saint-Quentin (Picardie) par les troupes du roi d'Espagne Philippe II, sous le commandement d'Emmanuel-Philibert de Savoie. Son jeune rival François de Guise, dit le Balafré, le remplace aussitôt comme lieutenant général du royaume et va derechef reprendre Calais aux Anglais.

Monté sur le trône suite à l'abdication de son père l'empereur Charles Quint deux ans plus tôt, le roi d'Espagne savoure sa victoire et va lui assurer une postérité en lui consacrant son palais-monastère de l'Escurial, érigé de 1563 à 1584 à une cinquantaine de kilomètres au nord de Madrid. Ce palais est appelé en espagnol San Lorenzo de El Escorial, en l'honneur de Saint Laurent, fêté le 10 août, jour anniversaire de la prise de Saint-Quentin. Ce martyr ayant été brûlé sur un gril, c'est en forme de gril qu'est dessiné son plan-masse...



10 août 1566 : Les Pays-Bas se soulèvent

Le 10 août 1566 commence la révolte des Pays-Bas contre le roi Philippe II d'Espagne.



10 août 1792 : Chute de la monarchie

Au matin du 10 août 1792, une « commune insurrectionnelle » s'installe à l'Hôtel de ville de Paris, sous la présidence de Pétion. Par ailleurs, une foule de sans-culottes et de fédérés se rassemble aux abords du palais des Tuileries à l'initiative des meneurs Santerre et Westermann.

La résidence royale est défendue par 900 gardes suisses et quelques centaines de gardes nationaux, sous le commandement du marquis de Mandat. Danton le fait convoquer à l'Assemblée. Il est arrêté puis sommairement exécuté. Les troupes passent sous le commandement de La Chesnaye.

La foule donne l'assaut aux Tuileries. La monarchie capétienne s'écroule après 800 ans d'existence. Le roi Louis XVI et sa famille prennent le chemin de la prison du Temple...

Suite de l'article

10 août 1826 : Premiers omnibus à Nantes

Le 10 août 1826, Stéphane Baudry fonde à Nantes la première compagnie d'omnibus du monde...

Suite de l'article

10 août 1913 : Traité de Bucarest

Le 10 août 1913, le traité de Bucarest met fin à la deuxième guerre balkanique.

Les Bulgares, responsables des hostilités, restituent Andrinople aux Turcs et cèdent une partie de la Dobroudja à la Roumanie. La Macédoine est partagée entre la Serbie et la Grèce.

Plus gravement, la défaite de la Bulgarie a pour effet un renversement des alliances balkaniques, avec de graves conséquences pour l'Europe : la Russie jusque-là alliée de la Bulgarie se range aux côtés de ses vainqueurs, la Serbie et la Roumanie, cepandant que la Bulgarie se voit contrainte de rechercher l'alliance de l'Autriche-Hongrie.



10 août 1920 : Le traité de Sèvres dépèce la Turquie ottomane

Le 10 août 1920, signature à Sèvres, près de Paris, du premier traité entre les Alliés et la Turquie.

Pour punir l'empire ottoman de sa participation à la guerre mondiale aux côtés de l'Allemagne, les Alliés lui imposent un démembrement qui le réduit à une fraction de l'Anatolie, exclusivement peuplée de Turcs.

La Grèce s'approprie la côte égéenne, peuplée de Grecs depuis l'Antiquité. À l'Est, l'Arménie et le Kurdistan obtiennent le droit à l'indépendance. C'est plus que n'en peuvent supporter les nationalistes turcs. Contre l'avis du sultan, ils exigent, les armes à la main, une révision du traité...

Suite de l'article

10 août 1945 : Les Vietnamiens se soulèvent contre les Japonais

Le 10 août 1945, Hô Chi Minh, chef tout-puissant du parti communiste vietnamien, le Vietminh, évince le falot Bao-Daï (on écrit aussi Bao Dai), empereur d'Annam, et soulève la population contre l'occupant japonais. Trois semaines plus tard, le 2 septembre 1945, le Japon ayant officiellement capitulé, il proclame unilatéralement l'indépendance de la République démocratique du Viêt-nam (on écrit aussi Vietnam). Son initiative est ignorée par le gouvernement provisoire du général de Gaulle, à Paris, comme par les conférenciers réunis à Potsdam, lesquels décident de partager l'Indochine suivant le 16e parallèle entre les Chinois de Tchang Kai-chek (au nord) et les Britanniques (au sud). L'imbroglio va déboucher sur la première guerre d'Indochine...



C'est sa fête : Laurent

Ce diacre romain responsable des biens de l'Église aurait été persécuté en 250 sous l'empereur Valérien. Sommé de céder les richesses dont il avait la charge, il aurait présenté au juge les pauvres et les infirmes de son diocèse. Laurent meurt sur un gril. C'est pourquoi le palais de l'Escurial, que lui a consacré le roi Philippe II d'Espagne, a la forme d'un gril.

Laurent a donné son nom au grand fleuve du Canada, découvert la veille de sa fête, en 1535, par Jacques Cartier.

Décès

Abdallah Mamoun, al Ma'mun

786 à Bagdad (Irak) - 10 août 833

Abdallah El-Mamoun (ou al Ma'mun) est le deuxième fils du calife Haroun al-Rachid et septième calife de la dynastie abbasside.

En 813, el-Mamoun massacre son frère aîné el-Amin. Après quoi, il règne sur Bagdad et notamment fonde la Maison de la sagesse (Beit-Al-Hikmat) et favorise l'école de théologie mouzatilite (ou mouzatilisme). L'empire arabo-persan de Bagdad, fondé par Saffah au milieu du VIIe siècle, atteint son apogée...

Guillaume Dubois

6 septembre 1656 à Brive-la-Gaillarde (Limousin, France) - 10 août 1723 à Versailles

Fils d'un modeste apothicaire de Brive, repéré pour son intelligence et son adresse, Guillaume Dubois est chargé de l'éducation du duc Philippe de Chartres, neveu de Louis XIV. Il obtient de marier son élève à Mlle de Bois, fille légitimée du roi et de Mme de Montespan. 

Portrait du cardinal Guillaume Dubois, archevêque de Cambrai, Hyacinthe Rigaud, XVIIIe siècle.Philippe, devenu duc d'Orléans à la mort de son père puis Régent, le 2 septembre 1715, garde Dubois à ses côtés comme conseiller.

Le précepteur entre au Conseil d'État. Il négocie le 4 janvier 1717 le traité de La Haye avec l'Angleterre et les Provinces-Unies, contre l'Espagne. Ce succès lui vaut d'être nommé ministre des Affaires étrangères. Il déjoue la conspiration de Cellamare, l'ambassadeur espagnol qui projetait de transférer la régence au roi d'Espagne !

Là-dessus, pétri d'ambition, celui que l'on surnomme « l'abbé Friponneau » en raison de sa liaison avec Mme de Tencin, obtient l'archevêché de Cambrai, illustré par Fénelon, mort un peu plus tôt.

Il y a juste un détail gênant : Dubois, simple abbé, n'est pas prêtre ! Qu'à cela ne tienne. Mgr Tressan, évêque de Nantes, accepte de lui conférer en une seule messe tous les ordres, le sous-diaconat, le diaconat et la prêtrise ! Si bien que le 9 juin 1720, Dubois est sacré archevêque. « Ce sacre va permettre à l'abbé de faire sa première communion », commente le duc de Mazarin.

Cela ne suffisant pas à sa gloire, il exige la barrette de cardinal et l'obtient l'année suivante sans avoir jamais su célébrer une messe. 

En 1722, enfin, Guillaume Dubois est nommé par le Régent Principal ministre, une fonction qui n'avait plus été portée depuis la mort de Mazarin, six décennies plus tôt. Il est aussi élu à l'Académie française et à la présidence de l'Assemblée du clergé. Il décède le 10 août 1723, quelques semaines avant le Régent. Son ambition  et ses mœurs légères auront réussi à occulter ses mérites de diplomate et homme d'État.

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès