26 mai - 1er juin 2021

Une semaine dans l’Histoire du monde

Parmi tous les événements dont nous ont informés les médias cette semaine, que retiendrons-nous dans quelques mois ou quelques années ? C’est ce à quoi nous vous proposons de réfléchir...

- Covid-19 : un « bobard » devenu plausible

L’année dernière, l’hypothèse d’une apparition du Covid-19 dans un laboratoire de Wuhan était jugée farfelue parce qu’elle était relayée par le président Trump. Mais depuis le 26 mai, le président Biden, qui ne saurait être soupçonné de « complotisme », la considère plausible et n'exclut pas que la Chine ait menti sur la provenance de ce virus.

- Messieurs les censeurs, bonjour !

Suite à la déclaration de Joe Biden, Mark Zuckerberg, patron tout-puissant de facebook, a levé sur son réseau social la censure qu’il avait imposée à tous les posts qui affirmaient que le virus serait sorti d'un laboratoire chinois. L'affaire met en lumière le droit que s'accordent les GAFAM de censurer nos opinions, sans aucune légitimité démocratique.

- Le Danemark, cheval de Troie américain ?

La télévision publique danoise Danmarks Radio a révélé le 30 mai que les services secrets danois ont aidé l’agence de renseignement américaine, la National Security Agency (NSA),  à espionner les communications téléphoniques des dirigeants européens, y compris de la chancelière Angela Merkel. Les intéressés ont dénoncé la déloyauté de l'allié américain et du partenaire danois.  

- Mali : jeux dangereux

Le 20 avril dernier, le président tchadien Idriss Déby, seul allié fiable de la France dans la région, a été tué en combattant des rebelles. Pragmatique, la France ne s’est pas opposée à ce que son clan garde le contrôle du Tchad. Se prévalant de ce précédent, un colonel s'est emparé du pouvoir à Bamako, capitale du Mali, le 25 mai. Ce nouveau coup d'État inquiète la France car les militaires maliens sont plus accoutumés aux intrigues de palais qu’à la guerre et la France ne leur accorde aucun crédit pour combattre le djihadisme local. Aussi, le 30 mai, le président Macron a-t-il menacé de retirer les 5000 soldats français déployés au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane.

- Rwanda : cherchez les coupables

À Kigali, au Rwanda, le président Macron a solennellement reconnu le 27 mai la « responsabilité politique » de la France et de son prédécesseur François Mitterrand dans la succession d’événements qui ont conduit au dernier génocide du XXe siècle. Il n’a pas présenté d’excuses, la France et son armée pouvant « seulement » se reprocher de n’avoir pas compris ce qu'il se passait. À la satisfaction de son homologue rwandais Paul Kagamé, le président français a repris la thèse selon laquelle l’assassinat du président Habyarimana, qui a donné le signal du massacre, aurait été perpétré par les extrémistes de son propre camp. L'autre thèse, celle du Tribunal International d’Arusha, qui a jugé les auteurs du génocide, est que les hommes de Paul Kagamé eux-mêmes seraient à l’origine de l’attentat…

- Héréros : un génocide redécouvert

Toujours dans le registre de la « mémoire », Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, a confirmé le 28 mai un accord avec la Namibie par lequel l’Allemagne reconnaît sa culpabilité dans l’extermination de 80 000 Héréros et Namas dans son ancienne colonie du Sud-Ouest africain entre 1904 et 1908. D’aucuns y voient le premier génocide du XXe siècle.

- Chine : familles, je vous aime !

Le 31 mai, le gouvernement chinois a autorisé les familles à avoir désormais jusqu'à 3 enfants. « La Chine soutiendra les couples qui souhaitent avoir un troisième enfant », indique le Politburo, prenant le contrepied de la politique de l'enfant unique imposée par Deng Xiaoping en 1979 pour contenir l'explosion démographique. C'est que depuis lors, l'indicateur conjoncturel de fécondité s'est effondré, davantage sous l'effet de la modernisation des moeurs que sous l'effet de la contrainte politique. Les Chinoises n'ont plus que 1,3 enfants en moyenne et la Chine pourrait voir sa population - aujourd'hui 1,41 milliards d'habitants - diminuer d'un tiers ou de moitié d'ici la fin du siècle comme dans les autres pays développés.

Publié ou mis à jour le : 2021-06-09 07:51:49

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net