Août 2003 - Médias inconscients face à une canicule «historique» - Herodote.net

Août 2003

Médias inconscients face à une canicule «historique»

Le gouvernement français a-t-il fait preuve d'imprévoyance face à la canicule estivale ? Peut-être... En tout cas, la plupart des journalistes ne sont guère qualifiés pour lui en faire reproche car aucun n'a rien vu du drame.

Notons l'étrange initiative par laquelle le gouvernement a voulu conjurer le retour de semblable catastrophe : une taxe égale à une journée de travail au bénéfice des groupes financiers qui exploitent (dans tous les sens du terme) les maisons de retraite.

Curieux été 2003... qui voit le gouvernement français chanceler sous l'effet d'un accident climatique après avoir surmonté la crise irakienne, la réforme des retraites et la révolte des intermittents du spectacle.

J'ai eu la curiosité de consulter les principaux quotidiens nationaux pour voir si les journalistes avaient manifesté plus de lucidité que les ministres pendant la canicule. Le résultat est édifiant. Il témoigne de la difficulté des journalistes (et de chacun d'entre nous) à sortir des sentiers battus et prêter attention aux phénomènes atypiques...

Rappelons les faits :

– le vendredi 8 août, la Direction Générale de la Santé (dont le directeur a été peu après sommé de démissionner par son ministre de tutelle) publie un communiqué sur les risques encourus par les personnes fragiles: vieillards, nourrissons, malades.

– le dimanche 10 août au soir, un médecin urgentiste alarme les médias et avance le chiffre d'une cinquantaine de morts par déshydratation en île-de-France au cours de la semaine précédente (dans les faits, on saura plus tard que la canicule a provoqué en France pendant la première décade d'août plusieurs centaines de décès chez les vieillards).

Revue de presse

–  Le Figaro du samedi 9 août titre à la Une : « La France a-t-elle encore un climat tempéré ? » Mais pas plus que les numéros antérieurs, celui-ci ne fait allusion aux risques de déshydratation encourus par les personnes fragiles.

Le lundi 11 août, changement de ton, suite au communiqué des urgentistes : « La canicule tue en France ».

–  Le Monde du vendredi 8 août titre un article de page intérieure : « La canicule a provoqué la mort d'un homme de 32 ans dans le Sud-Ouest » (il s'agit d'un cycliste mort d'épuisement). Dans les jours précédents, comme ses confrères, le quotidien n'a rien trouvé à dire sur les risques sanitaires liés à la canicule. Ce n'est pas faute de manquer de médecins-journalistes ou d'investigateurs de renommée planétaire.

Dans le numéro daté du mardi 12 août, le quotidien consacre sa Une à l'affaire Alstom et titre en dernière page : « Les urgentistes s'alarment du nombre de décès » (on appréciera la hiérarchie établie par la rédaction en chef).

–  Libération recueille la palme du comique involontaire. Le mercredi 6 août, à la Une, vaste enquête de terrain : « Il fait trop chaud pour travailler » (les bureaux et les usines seraient-ils plus accessibles à la presse que les maisons de retraite et les services d'urgence ?).

Le samedi 9 août, le quotidien branché fait très fort avec un joli numéro à couverture bleue spécial anti-canicule. À l'intérieur, on apprend sur une pleine page combien il est difficile de faire l'amour quand il fait chaud ! On discourt aussi sur les profits des marchands d'eau... Mais rien, rien de rien, sur les risques de déshydratation encourus par certaines catégories de personnes... Seulement un petit avertissement sur l'éventualité que des prisonniers excédés par la chaleur n'en viennent à se révolter.

J'ai gardé le meilleur pour la fin. Le lundi 11 août, soit après que les urgentistes parisiens ont lancé leur cri d'alarme, Libération consacre sa Une au rassemblement du Larzac et à José Bové. Une brève renvoie à un article en page intérieure avec une phrase d'anthologie (du grand Molière) : « La chaleur persistante provoque une vague de décès et décime les élevages ».

À la lecture de l'article, on comprend que la vague de décès concerne des vieillards et les élevages des volailles mais il semble que pour Libération, c'est du pareil au même !

Commentaire

Reconnaissons que les journalistes avaient mieux à faire au début du mois d'août que de prêter l'oreille aux médecins et aux aide-médicales, absorbés qu'ils étaient par leurs investigations autour du chanteur engagé Bertrand Cantat et les reportages sur Paris-Plage. Trêve d'ironie. Il ne me paraît pas normal que la presse s'en remette à l'administration et au gouvernement pour l'informer de la situation des hôpitaux, des maisons de retraite ou de tout autre lieu de vie. C'est contraire à sa vocation dans une démocratie qui se respecte.

L'Histoire retiendra la manière originale par laquelle le gouvernement a réagi à la canicule.

André Larané
La télévision à l'écoute

Pour être juste, je précise que certains médias ont été à la hauteur lors de la canicule. La palme revient aux chaînes de télévision régionales (FR3) qui se sont dans l'ensemble tenues à l'écoute de la « France d'en bas ». Dès la fin juillet, elles ont multiplié les reportages dans les maisons de retraite et les services d'urgence. Elles ont aussi diffusé chaque jour des conseils aux personnes âgées, aux familles et aux malades pour prévenir les risques de déshydratation.

Publié ou mis à jour le : 2019-04-29 10:01:54

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux