Mesurer le temps

Une Histoire très politique de l'heure

L’heure est une notion à la fois ancienne et récente. Subdivision du jour depuis l’Antiquité, elle s’est peu à peu imposée comme l’unité de référence du temps, remplacée par la seconde en 1967. Pourtant, en raison d’un changement contraint de fuseau horaire puis de l’adoption de l’heure d’été, les Français n’ont jamais vécu autant décalés vis-à-vis du soleil qu’aujourd’hui…

Julien Colliat et André Larané

Horloge solaire du temple d'Apollon indiquant l'heure temporaire, Pompéi, - 79 av. J.-C. Agrandissement : Quadran à heure temporaire, Florence, Museo Galileo.

L’invention de l’heure

C’est des Babyloniens que vient l’idée de diviser la journée, c’est-à-dire la période allant du lever du soleil à son coucher, en douze heures. La pratique est reprise ensuite par les Grecs puis les Romains.

La tour des Vents, appelée aussi horloge d'Andronicos, est une horloge hydraulique antique monumentale d’Athènes, située sur l'Agora romaine. Agrandissement : Cadrans solaires de la tour des vents (détail).À l’origine, l’heure est simplement le douzième d’une journée, quelle que soit la saison. Sa durée varie donc largement au cours d’une année et de la latitude. Elle est plus courte en hiver qu’en été.

Malgré leur imprécision, ces heures dites temporaires restent adaptées à l’activité humaine et permettent surtout de rythmer les heures de travail. Elles sont d’ailleurs numérotées. C’est ainsi que la sixième heure (en latin « sexta ») marquant la mi-journée donnera le mot « sieste » !

Horloge hydraulique de Ctésibios, ingénieur d'Alexandrie (IIIe s. av. J.-C.). Agrandissement : Horloges hydrauliques décrites par Vitruve et illustrées par Perrault. Fig I : Limiteur de debit ; fig. II : Horloge anaphorique ; fig. 3 : Horloge anachronique de Perrault.La nuit est elle aussi divisée en douze même si à Rome on préfère simplement la fractionner en quatre. Ce sont également les Romains qui auraient choisi de fixer le début de la journée à minuit, et non au lever ou au coucher du soleil, coutume qui traversera les siècles.

Pour connaître l’heure, les hommes de l’Antiquité ont recours aux cadrans solaires, inventés en Grèce au Ve siècle av. J.-C. La mesure du temps se fait grâce aux horloges hydrauliques qui ont l’avantage de fonctionner la nuit mais dont l’entretien est des plus fastidieux.

Au Moyen Âge, l'Église crée les heures canoniales qui divisent la journée en huit. À chaque heure correspond sa prière, annoncée par la sonnerie des cloches qui vont rythmer durant des siècles la vie des villes et des campagnes : matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies.

Autre nouveauté : grâce au nocturlabe, un instrument dérivé du cadran solaire et conçu aux alentours de l’An Mil, on peut désormais connaître l’heure la nuit à partir du positionnement des étoiles.

L'horloge astronomique de Prague sur la place de la vieille ville (1410). Agrandissement : Horloge 2 fois 12 heures de la cathédrale de Chartres (1528).

Les horloges mécaniques

La révolution horaire survient au XIVe siècle avec l’apparition, en Italie, des premières horloges mécaniques à poids. En 1336, Milan se dote d’une horloge sonnant les heures du jour selon un nombre de coups correspondant.

Horloge à eau et système de sonnerie, vers 1250, Oxford, Bodleian Library. Agrandissement : miniature du XVe siècle représentant une horloge murale à poids moteur.En seulement quelques décennies, les horloges mécaniques se diffusent dans toute l’Europe. Les innovations en matière d’horlogerie vont dès lors se faire à vitesse grand V : cadran de 24 heures puis de 12 heures apparaissent de même que les aiguilles marquant les heures.

La Renaissance n’a pas encore commencé que déjà clochers et beffrois s’équipent de resplendissantes horloges. Les progrès techniques profitent à la miniaturisation. Dès la fin du XVe siècle arrivent les premières horloges portatives, ancêtres des montres. Elles n’en restent pas moins onéreuses et inaccessibles au peuple qui continue à utiliser le cadran solaire.

Réplique d'un anneau de paysan, montre solaire de 1721. Agrandissement : Première horloge publique de Paris, Tour de l'Horloge, XVIème siècle.Au XVe siècle apparaît l’anneau de paysan, un cadran personnel portatif en forme d’anneau pouvant se régler à la date du jour et donnant l’heure solaire avec une précision d’un quart d’heure.

La précision des horloges permet de diviser l’heure en sous-parties. Au XVIe siècle apparaissent ainsi les minutes puis les secondes.

Avec l'invention à la fin du XVIIe siècle de l’horloge à pendule par le hollandais Christian Huygens, l’exactitude des appareils s’améliore largement.

Chronomètre de navire John Harrison, entre 1761 et 1800, Oslo, musée technique. Agrandissement : le chronomètre (version H5) prêté au roi d’Angleterre George III de mai à juillet 1772. Des mesures quotidiennes indiquent une erreur d’environ un tiers de seconde par jour.En 1735, l’Anglais John Harrison met au point le chronomètre de marine capable de garder l’heure exacte à une seconde près en 100 jours. L’objet va révolutionner la navigation.

L’horloge mécanique marque une rupture radicale dans la conception de l’heure : sa durée ne dépend plus des cycles du soleil mais demeure constante toute l’année. C’est une heure moyenne qui correspond à la douzième partie d’une journée d’équinoxe. L’heure moderne de 60 minutes est née.

Les heures temporaires héritées de l’Antiquité sont donc progressivement remplacées par les heures équinoxiales, indiquées par les horloges mécaniques.

L'une des premières horloges à pendule conçues par Christiaan Huygens, et son traité sur le pendule, Horologium Oscillatorium publié en 1673, exposé au Musée Boerhaave à Leiden (Pays-Bas). Agrandissement : Pendule dessinée par Christiaan Huygens et signée par Salomon Coster XVIIe, Rijksmuseum Amsterdam.

Le petit canon du Palais-Royal, ancêtre de l’horloge parlante

En 1786, Philippe d’Orléans fait installer dans ses jardins du Palais-Royal un petit canon en bronze chargé de tonner tous les jours à midi pour permettre aux riverains de régler montres et horloges. Son fonctionnement est des plus ingénieux : une loupe orientée sur l’axe du soleil à son zénith enflamme la mèche pour la mise à feu du canon. Sa détonation restera longtemps la référence de l’heure de Paris. Seule contrainte : le temps doit être ensoleillé. Autrement dit : pas de soleil, pas d’heure !

Cadran solaire : Le Canon de midi, Paris, musée des Arts et Métiers. Agrandissement : Conçu par le Sieur Rousseau en 1786, le canon méridien du Palais-Royal fut volé en 1998. Depuis 2002, a été installée une réplique qui sonne désormais chaque mercerdi à midi pile à l'aide d'un artificier.

Les trains imposent l’heure unique

Au XIXe siècle, si la durée d’une heure est désormais la même de partout, chaque localité a sa propre heure, calculée à partir des observations du soleil faites sur place. Lorsqu’il est midi à Strasbourg, il n’est que 11h12 à Brest, la Terre tournant sur son axe d’est en ouest à la vitesse de 1600 km/h.

Dans le monde préindustriel, largement sédentaire où l’on se déplace à cheval, cela ne prête guère à conséquence. Les trajets effectués sur de longues distances sont trop lents pour nécessiter une synchronisation des heures. Mais au milieu du XIXe siècle l’émergence du chemin de fer va brusquement changer la donne.

La rue du village, anonyme, XIXe siècle, musée Baron-Martin, Franche-Comté.

Les différences d’heure locale s’avèrent en effet un problème pour les horaires de trains. Pour ne pas avoir à changer d’heure dans chaque gare, les compagnies de chemins de fer britanniques décident en 1840 de régler toutes leurs horloges sur l’heure de Londres. L’horaire des chemins de fer servira de référence aux Anglais qui en moins de vingt ans abandonnent l’heure solaire locale.

Les horloges de la Tour Big Ben (Londres) ont été mises en marche en mai 1859. Agrandissement : Une des deux horloges de la façade de l'ancienne gare d'Orsay, aujourd'hui le musée d'Orsay à Paris. Paris-Orléans (P-O) est le nom de la compagnie de chemins de fer d'origine.En France, la transition sera plus laborieuse… S’inspirant des Britanniques, les compagnies de chemin de fer imposent l’heure de Paris. Chaque gare se dote alors de deux horloges : une indiquant l’heure locale, l’autre celle de la capitale. Parfois, le cadran comporte deux aiguilles des minutes, une dorée symbolisant l’heure solaire et une noire pour l’heure parisienne.

Pour compliquer le tout, les compagnies de chemins de fer décident de retarder tous les trains de cinq minutes sur l’horaire officiel pour éviter d’éventuelles réclamations des voyageurs ! Cet horaire informel sera surnommé « l’heure de Rouen ».

Il faut attendre 1891 pour qu’une loi fasse de l’heure de Paris la seule heure légale du pays.

Intérieur de la gare centrale d'Anvers. Agrandissement : Toulouse, horloge sur 24 heures

Naissance des fuseaux horaires

À la fin du XIXe siècle, l’heure solaire a disparu à peu près partout au profit de l’heure légale. Mais la synchronisation de l’heure se heurte encore à deux problèmes :
- Les heures restent différentes d’un pays à l’autre, freinant les échanges inter-frontaliers.
- Certains pays sont trop vastes pour adopter une heure unique : États-Unis, Russie, Canada, Australie…

Méridien de Greenwich dans l'hémisphère nord, Johannes Kalliauer. Agrandissement : L'arc de méridien d'Europe-Afrique de l'ouest s'étendant des îles Shetland, en passant par la Grande-Bretagne, la France et l'Espagne jusqu'à El Aghuat en Algérie, dont les paramètres ont été calculés à partir de triangulations réalisées au milieu et à la fin du XIXe siècle, Encyclopædia Britannica, vol. 8, 1911.Les compagnies de chemin de fer américaines et canadiennes finissent par créer en 1883 cinq zones horaires entre le Pacifique et l’Atlantique.

Parallèlement, le géographe canadien Sandford Fleming propose de diviser le globe en 24 fuseaux horaires de 15 degrés de longitude. De cette manière, au sein d’un même fuseau, la différence entre l’heure solaire et l’heure officielle n’excédera pas 30 minutes.

En octobre 1884, une conférence internationale rassemblant 25 pays se tient à Washington pour organiser le partage du globe en 24 fuseaux horaires. La question qui divise les participants porte sur le choix du méridien de référence (méridien international zéro).

Salle méridienne de l'Observatoire de Paris (XIVe arr.), dite salle Cassini : le méridien de Paris y est tracé au sol. Agrandissement : Carte de la France corrigée par ordre du Roy sur les observations de Mss. de l'Académie des Sciences d'après les travaux de Picard, La Hire et Cassini Ier. Il s'agit de la première carte montrant le méridien de Paris, présentée à l'Académie en 1683 et publiée en 1693.Deux méridiens sont en concurrence : celui de Greenwich (du nom de l’observatoire de Greenwich, dans la banlieue de Londres, fondé au XVIIe siècle) et celui de Paris. C’est finalement le premier qui est choisi, au grand dam des Français. En contrepartie, Londres s’engage à adopter le système métrique.

Chaque pays doit donc adopter l’heure du ou des fuseaux dans le(s)quel(s) il est situé. Intégrée au fuseau du Royaume-Uni, la France est contrainte d’aligner toutes ses horloges sur celles de Londres. Mais, mauvais joueurs, les Français attendront 1911 pour abandonner définitivement l’heure de Paris.

Pas question pour autant de reconnaître Greenwich, fierté nationale oblige : la loi précise que l'heure légale en France sera désormais « l'heure de l’observatoire de Paris, retardée de 9 minutes 21 secondes ». Les plus chauvins prendront un malin plaisir à parler du méridien d'Argentan (Orne) ou de La Flèche (Sarthe), tous deux situés à la même longitude que l’observatoire londonien !

Horloge mondiale à Ulm (Allemagne). Agrandissement : Horloge mondiale Willis, London Science Museum. Elle montre une carte stylisée du monde, aidant à indiquer l'heure dans différents fuseaux horaires.

De l’heure anglaise à l’heure allemande

Pendant près de 30 ans, Paris et Londres vont être à la même heure, c’est-à-dire GTM (Greenwich Mean Time ou « Temps Moyen de Greenwich »). Les choses changent brutalement en juin 1940 avec l’invasion allemande. L’une des premières décision de l’occupant est d’aligner l’heure de Paris sur celle de Berlin, c'est-à-dire GTM+1. Dans un premier temps, la zone libre conserve l’heure française, si bien qu’à Vichy il est une heure plus tard qu’à Paris !

Ce décalage horaire entre les deux zones n’est pas sans poser des problèmes logistiques : les trains provenant de la zone libre circulent avec une heure de retard dans la zone occupée, tandis que ceux venant de la zone occupée sont contraints d’attendre une heure à la ligne de démarcation.

Montre de poche, cadran 24 heures avec indication de l'heure universelle, Béguelin, Tramelan, fin XIXe siècle. Agrandissement : Horloges mondiales à Parque do Pasatempo, Betanzos, Galice (Espagne).Pour mettre fin à cette absurdité, le gouvernement de Vichy accepte d’aligner son heure sur celle de l’occupant en février 1941. Toute la France se retrouve donc « à l'heure allemande », selon l’expression popularisée par le roman de Jean-Louis Bory, Mon village à l'heure allemande.

À la Libération, pour des raisons demeurées obscures, le retour de la France dans le fuseau horaire de Greenwich est annulé, la reconstruction du pays étant prioritaire. Depuis cette date, et construction européenne aidant, l’Hexagone vit à l’heure de l’Europe centrale, soit une avance d’une heure sur le soleil.

La France n’est pas le seul pays à être dans le mauvais fuseau horaire. Depuis 1942, l’Espagne se trouve elle aussi à l’heure de Berlin, décision prise par Franco pour des raisons évidemment politiques.

En Chine, la situation est plus sidérante encore, le pays ayant choisi d’adopter une heure unique pour tout son territoire. Les habitants des provinces de l’ouest (Tibétains et Ouïghours) sont donc soumis à l’heure de Pékin, 2500 kilomètres à l’est !

La France, recordman de fuseaux horaires

Ses nombreux territoires outre-mer font de la France le pays couvrant le plus grand nombre de fuseaux horaires au monde. Treize en tout !

Lorsqu’il est 12h00 à Paris il est :

- 02h00 à Tahiti
- 02h30 aux îles Marquises
- 03h00 aux îles Gambier
- 04h00 à l’île de Clipperton
- 08h00 en Guadeloupe et en Martinique
- 09h00 en Guyane
- 15h00 à Mayotte
- 16h00 à La Réunion
- 17h00 aux îles Kerguelen
- 22h00 en Terre Adélie
- 23h00 en Nouvelle-Calédonie
- 00h00 à Wallis et Futuna

L’heure d’été

Durant la Première Guerre mondiale, pour réaliser des économies d’énergie, l’Allemagne invente le passage à l’heure d’été.

Carte postale sur le changement d'heure en Allemagne en 1916. Agrandissement : Passage à l'heure d'été au central horaire de la gare de Paris-Saint-Lazare en 1937, Agence Meurisse, Paris, BnF.Durant six mois, le temps est alors avancé d’une heure pour gagner une heure de lumière en soirée. La mesure est rapidement adoptée par l’Angleterre et la France puis par un grand nombre de pays.

Abandonnée après la Seconde Guerre mondiale, l’heure d’été est finalement rétablie en France en 1976 à la suite du premier choc pétrolier, afin de réduire la facture énergétique. La mesure est censée être provisoire. Elle subsiste pourtant un demi-siècle plus tard. Entre-temps, l’heure d’été sera étendue à l’ensemble des pays de l’Union Européenne, gagnant même un mois depuis 1995.

En conséquence, les Français vivent désormais sept mois sur douze à l’heure d’Odessa, soit avec deux heures d’avance sur le soleil. Ce décalage n’est pas sans poser certains problèmes, en particulier sur le sommeil, le coucher de soleil tardif ayant tendance à retarder l’endormissement. Raison pour laquelle Français et Espagnols se lèvent en moyenne plus tard que leurs voisins. Pour Madrid, ce décalage horaire pénaliserait même l’Espagne en termes de croissance et de productivité.

Le choix d’abandonner l’heure d’été et/ou de revenir dans le fuseau horaire de Greenwich sera peut-être en France comme en Espagne l’enjeu politique (et même géopolitique depuis le Brexit) inattendu des prochaines années.


Publié ou mis à jour le : 2022-06-06 07:34:25

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net