Juger la Reine, 14,15, 16 octobre 1793 - Un procès légitime ? - Herodote.net

Juger la Reine, 14,15, 16 octobre 1793

Un procès légitime ?

Le procès de la reine Marie-Antoinette était-il légitime et justifié par la défense du pays ? Emmanuel de Waresquiel détaille cette controverse majeure de la Révolution dans Juger la Reine (2016, 360 pages) 22,50 euros),

<em>Juger la Reine, 14,15, 16 octobre 1793</em>

On savait que le Tribunal révolutionnaire n’était qu’une parodie de justice. Que la politique y avait remplacé le droit. Et que, très rapidement, il était devenu l’antichambre de la mort. Le procès de la reine Marie-Antoinette, relaté par Emmanuel de Waresquiel, en administre la parfaite illustration. L’auteur en décortique les ressorts avec une acuité et une limpidité qui font de cet ouvrage un remarquable livre d’Histoire, passionnant de bout en bout.

Tout y est : l’atmosphère glauque du tribunal, le contexte politique, la psychologie de la reine, la sociologie des jurés et des témoins, les mécanismes de la Terreur. De Waresquiel explore tout cela avec pertinence et un sens du récit qui nous plonge dans une page d’histoire comme si elle s’écrivait sous nos yeux.

Il nous fait vivre ces trois jours de procès d’octobre 1793 en intégrant tous les paramètres qui éclairent cette tragédie dont la Révolution aurait pu se dispenser. Certes, il s’attarde peu sur les « trahisons » de Marie-Antoinette, mais les faits sont déjà connus.

L’apport de ce livre réside surtout dans un aspect négligé jusque-là : le passé des témoins et des jurés. Ils sont issus des classes moyennes ou modestes (artistes, artisans ou commerçants). Ils possèdent d’autres points communs : ils sont quasiment tous des proches de Robespierre, de Fouquier-Tinville au faîte de sa puissance ou de ses sbires. Tous ont participé à la Révolution, en intégrant des sociétés populaires ou des comités, certains en ont même profité pour s’élever socialement et s’enrichir en devenant des rouages de l’administration de la Terreur et en bénéficiant de passe-droits et de prébendes. D’autres sont indicateurs de police…

« La Révolution leur permet d’accéder à des fonctions de pouvoir qu’ils n’auraient même pas rêvé d’exercer sous l’Ancien Régime », écrit l’auteur qui ajoute : « Tout cela est quand même vertigineux. En quelques mois, ils sont sortis de leur insignifiance et de leur médiocrité pour disposer de la vie et de la mort de milliers de leurs semblables (…) Le procès de Marie-Antoinette, c’est cela aussi : la revanche de l’ennui, de la boutique, de la vie ordinaire sur l’extraordinaire, sur l’inaccessible, sur des rêves trop longtemps défendus. »

De Waresquiel pointe là un des moteurs de toute révolution : la promotion due plus à l’opportunisme et à l’avidité qu’au mérite. Enfin, ultime et macabre dénominateur commun de ces serviteurs zélés de la Révolution, presque tous finiront sur l’échafaud après y avoir envoyé Marie-Antoinette, comme avalés eux-aussi par la machine infernale de la Terreur dont ils étaient les soutiers revanchards.

Le procès de la reine, c’est aussi celui des fantasmes et des imageries populaires. Aux yeux du peuple, Marie-Antoinette était « l’étrangère », l’épouse « dépravée », la mère « incestueuse ». Ce sont aussi ces calomnies qui ont été « jugées » sans preuve. Marie-Antoinette était déjà condamnée avant son procès. « Faute d’apporter des preuves, nombre de témoins vont trouver dans le jugement de l’ex-reine l’occasion de prendre leur revanche sur leur ancienne condition.

De ce point de vue là-aussi, le procès de Marie-Antoinette est celui du triomphe de l’égalité sur les anciens ordres, sur la hiérarchie des rangs, sur les préséances de cour », écrit de Waresquiel qui montre comment la reine a été aussi lâchée par les émigrés et par les autres puissances européennes : « Les rois l’ont abandonnée depuis longtemps. Les intérêts des princes comme ceux de la République se sont conjugués pour l’étouffer et la tuer. » Il y aura bien quelques tentatives individuelles pour l’enlever et la soustraire à son sort funeste, mais elles échouent.

C’est finalement seule que Marie-Antoinette affronte son procès et la mort. Dans cette double épreuve, elle fait montre d’un courage et d’une dignité qui feront défaut à certains de ses nombreux accusateurs lorsqu’ils seront conduits à leur tour à l’échafaud. Certes, avant de se résoudre à pratiquer l’intelligence avec l’ennemi, la reine a été fautive d’avoir mené une vie frivole, dispendieuse, d’avoir ignoré le pays réel, de n’avoir pas compris la Révolution. Mais comme toute la Cour…

Pour abattre la monarchie, l’exécution de Louis XVI n’avait pas suffi aux révolutionnaires les plus exaltés, il leur fallait aussi la tête de la reine. Une reine qui, durant toute sa vie aura subi son destin, celle d’une jeune Autrichienne parachutée à la Cour de France, en butte aux intrigues, à la xénophobie, souffrant de l’indifférence de son mari, et finalement plongée dans une Révolution qui avait décidé d’en faire une victime expiatoire. Au nom du peuple.

Jean-Pierre Bédéï
Publié ou mis à jour le : 2019-04-30 08:14:22

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net