Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 16 octobre 1793

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

16 octobre 1793

Exécution de Marie-Antoinette


La reine Marie-Antoinette est guillotinée le 16 octobre 1793, dix mois après son mari, Louis XVI.

Du trône à l'échafaud

Marie-Antoinette quitte la Conciergerie pour l'échafaud, par Georges Cain (musée Carnavalet) Le procès expéditif de la reine (38 ans) ne se justifie par aucune nécessité politique mais s'explique par la Terreur qui, de septembre 1793 à juillet 1794, jette un voile sanglant sur la Révolution et emporte tout sur son passage.

Du temps de sa splendeur, avant la Révolution, Marie-Antoinette, fille de l'impératrice Marie-Thérèse, était surnommée avec dédain l'« Autrichienne ».

Elle prend conscience du nouvel état des choses quand elle se voit obligée de quitter Versailles pour les Tuileries le 5 octobre 1789, après que plusieurs de ses gardes ont été tués sous ses yeux par les émeutiers.

Elle va dès lors s'opposer de toutes ses forces au cours de la Révolution et pousser à la guerre, en encourageant son frère l'empereur à attaquer la France et restaurer l'ordre ancien. De ce point de vue, elle se rend clairement coupable de haute trahison... 

Après la chute de la royauté, le 10 août 1792, elle est jetée en prison avec son mari, sa belle-soeur, Madame Élisabeth, et ses deux enfants, le Dauphin et Madame Royale.

Après l'exécution du roi, elle est séparée de son fils. Le petit Louis XVII (8 ans) est confié à un cordonnier, le citoyen Simon, pour être élevé en domestique et en sans-culotte. Il mourra peu après dans des conditions sordides.

Prodigue et légère du temps de sa splendeur, Marie-Antoinette témoigne de courage et de fermeté devant le Tribunal révolutionnaire. Elle fait face avec dignité à d'infâmes accusations d'inceste sur la personne de son fils, présentées par le substitut du procureur général, Jacques Hébert.

Le public ne manque pas d'être ému par son apostrophe : « J'en appelle à toutes les mères... » Robespierre lui-même déplore ces accusations et ce procès qui affectent l'image de la Révolution.

Le 21 janvier 1815, les restes de Marie-Antoinette ont été transférés avec ceux de Louis XVI dans la basilique Saint-Denis, nécropole traditionnelle des rois de France.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-10-15 22:32:25

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Jean-Claude PETERS (18-12-201612:21:26)

Marie-Thérèse d'Autriche n'était pas Impératrice d'Allemagne, mais "seulement" l'épouse de l'Empereur.

michel (17-10-201619:57:21)

"en appelle à son frère l'empereur François II, qui règne à Vienne..." son frère ? cela ne serait pas plutôt son père ?

MAURICE (16-10-201610:52:46)

Tout à fait d'accord avec MA. En histoire on décrit et on explique à condition que l'on argumente au moyen de tous les documents disponibles que l'on doit d'abord analyser (c'est sur cette analyse que doivent éventuellement différer les explications des différents historiens) mais on ne juge pas.

MA (19-05-200713:31:39)

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec la rédaction de cet article. "le Procès du Roi et sa condamnation à mort pouvaient se justifier..." et le même "se justifier" plus loin. Non ! "Pouvaient s'expliquer", au plus, mais certainement pas "se justifier". Rien ne pouvait justifier ni ne pourra jamais justifier de pareilles ignominies qui font honte à l'humanité. Je ne reviendrai pas sur le fait que Louis XVI et Marie-Antoinette n'ont pas créé la monarchie française, qu'ils n'ont pas été éduqués ... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel homme politique a-t-on surnommé le Tigre ?

Réponse
Publicité