Marie-Antoinette (1755-1793)

Reine de la mode

Aucune reine de France n'a été autant portraiturée que Marie-Antoinette. Au temps de sa splendeur, à Versailles, elle fait appel à une amie de son âge, Élisabeth Vigée-Lebrun, pour mettre en valeur avec naturel sa jeunesse et sa beauté. L'objectif est on ne peut mieux atteint, au point de scandaliser parfois les contemporains, heurtés par tant de spontanéité et si peu de majesté.

Marie-Antoinette à la Rose (1783, Élisabeth Vigée-Lebrun, palais de Versailles)

Le goût de la reine pour les toilettes lui vaut le surnom de « ministre des Modes ». Elle fait la fortune de Marie-Jeanne « Rose » Bertin, couturière de grand talent, qui tient à Paris la boutique du Grand Mogol et crée pour ainsi dire la haute couture.

Coiffure à la Belle-Poule, estampe du XVIIIe siècle, BNFAvec Léonard, le coiffeur de la reine, Rose Bertin invente les « poufs », des coiffures extravagantes et très hautes, qui entremêlent les cheveux avec des fils de fer ou encore de la gaze ainsi que des objets plus inattendus les uns que les autres (oiseaux, fruits, vaisseaux de ligne...).

En 1778, la reine demande à son coiffeur de célébrer la victoire au large de Brest, le 17 juin 1778, de la frégate La Belle Poule sur un bateau anglais.

Il va s'ensuivre une mode extravagante « à la Belle Poule ».

Autant dire que ces toilettes, exposées à satiété dans les années 1780, heurtent l'opinion publique naissante, qui doit par ailleurs consentir de gros sacrifices fiscaux pour financer la guerre contre l'Angleterre...

Marie-Antoinette : défilé de mode

1765 : à dix ans, à Schönbrunn, la future reine exécute avec ses frères et soeurs un ballet, Le triomphe de l'Amour (toile de Johann Georg Weinkert).

1769 : à Vienne, Joseph Ducreux exécute ce pastel de la future dauphine afin de faire connaître son visage à la cour de Versailles.

1781 : à 26 ans, la jeune souveraine et mère est au comble de la félicité comme l'atteste ce portrait attribué à François Hubert Drouais.

1783 : le scandale !

Le 25 août 1783, dans le Salon carré du Louvre, on inaugure l'une des premières expositions de peinture, le Salon de l'Académie royale. Mme Vigée-Lebrun, nouvelle académicienne, expose son dernier portrait de la reine, qui montre celle-ci simplement coiffée d'un chapeau de paille et vêtue d'une robe « en chemise » de mousseline, selon la mode venue d'Angleterre. Cette mode dans l'air du temps exprime l'aspiration à la simplicité et à une émancipation de la femme, débarrassée de ses corsets. Mais pour le public, elle ne convient pas à une reine de France !

Le scandale est tel que l'artiste doit prestement retirer son oeuvre et la remplacer par un portrait autrement plus officiel. C'est le célèbre portrait de Marie-Antoinette « à la rose », dans une tenue de satin brillant avec perles au cou et au poignet. Deux ans après éclate l'Affaire du collier : on veut une reine élégante... mais pas trop.

1785 : sur ce portrait inspiré d'Élisabeth Vigée-Lebrun, la reine apparaît dans toute sa majesté, enveloppée dans une somptueuse robe à poiriers.

1786 : l'heure est grave ; la famille royale est affectée par la disparition de leur dernière-née, Sophie, d'où la représentation du berceau vide que montre le Dauphin ; mais quelques mois après le scandale du collier, la reine comprend aussi qu'il est devenu urgent de regagner la sympathie de l'opinion publique ; c'est pourquoi son amie Mme Vigée-Lebrun la montre ici en mère digne et simple, mélancolique (trop?). 

1788 : sur ce portrait par son amie Élisabeth Vigée-Lebrun, la reine se montre de façon inhabituelle avec un livre à la main, en femme réfléchie et sage, ce qu'elle n'est assurément pas.

1793 : Marie-Antoinette en habit de grand deuil à la prison du Temple, près du buste du roi et avec, en médaillon, ses deux enfants disparus (portrait d'Anne Flore Millet).

Publié ou mis à jour le : 2019-10-21 11:01:51

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net