Rousseau (1712 - 1778) - Une jeunesse turbulente - Herodote.net

Rousseau (1712 - 1778)

Une jeunesse turbulente

Le futur écrivain est né à Genève, le 28 juin 1712, dans la famille d'un horloger calviniste. Sa mère meurt des suites de l'accouchement et son père doit l'abandonner à un âge encore tendre aux soins d'un pasteur peu commode.

Infatigable marcheur

Le jeune homme a quinze ans quand, de retour d'une promenade à la campagne, il trouve les portes de Genève closes. Putôt que d'être battu par son maître d'apprentissage, il décide de partir sur les routes chercher fortune.

MadameEn Savoie, un curé le convainc de se convertir au catholicisme et l'adresse dans cette intention à une jeune veuve de 28 ans, la baronne Louise de Warens. Celle-ci l'envoie dans un hospice de catéchumènes à Turin, capitale du royaume de Sardaigne dont dépend la Savoie. Il reçoit le baptême le 21 avril 1728 puis entre au service d'une riche aristocrate, Mme de Vercellis, en qualité de secrétaire.

Après quelques nouvelles tribulations à Paris et Neuchâtel, où il commence à donner des leçons de musique, il retrouve en 1731 sa bienfaitrice Madame de Warens, qu'il appelle « maman ». Elle devient sa maîtresse tout en poursuivant une liaison avec son valet Claude Anet. 

À l'été 1736, Jean-Jacques et « maman » s'établissent  dans une maison isolée, aux Charmettes, près de Chambéry. C'est une époque heureuse durant laquelle le jeune homme dévore les livres, apprend la théorie musicale et, en dépit d'une santé fragile, se lance dans de longues marches solitaires.

Instable, Jean-Jacques reprend fréquemment la route. Il va à Genève chercher un reste d'héritage. Il croise sur son chemin d'autres protectrices, comme à Montpellier Madame de Larnage, mère de dix enfants, qui parfait son éducation sexuelle. À Lyon, en avril 1740, il devient le précepteur des enfants du receveur général M. de Mably. Il est un temps secrétaire d'ambassade à Venise, où il fait les quatre cents coups. Il tente fortune en présentant à l'Académie des Sciences, à Paris, en août 1742, un nouveau système de notation musicale. 

Les Charmettes en 1830

Enfin, en octobre 1743, à 32 ans, il s'établit dans la capitale française et se met en ménage avec une lavandière illettrée, Thérèse Levasseur. D'après ses propres dires, elle lui aurait donné cinq enfants, tous abandonnés aux Enfants trouvés (l'Assistance publique de l'époque)...

Timide, déclassé et dédaigneux des richesses matérielles, cet autodidacte fréquente néanmoins de brillants écrivains et artistes tels que Diderot, Rameau, Voltaire, Grimm, Rameau, Fontenelle, Marivaux... dans les salons intellectuels qui fleurissent à Paris sous le règne de Louis XV.

Il gagne petitement sa vie en écrivant de la musique et en composant des opéras. Sans cesser de tirer le diable par la queue, il se lie avec les auteurs de l'Encyclopédie, d'Alembert et Diderot, qui lui confient des articles sur la musique. La gloire va venir à 37 ans...

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès