Philippe V le Long (1268 - 1322) - Son sacre valide la loi salique - Herodote.net

Philippe V le Long (1268 - 1322)

Son sacre valide la loi salique

Philippe le Long, comte de Poitou, est le deuxième fils de Philippe le Bel et de Jeanne de Navarre. Il est à l'origine de l'exclusion des femmes de la succession au trône.

Jusque-là, en France, comme en Angleterre et dans les autres monarchies héréditaires, il était admis qu'à la mort d'un souverain, la couronne revenait en priorité à l'aîné de ses garçons (primogéniture mâle). Si le défunt souverain n'avait que des filles pour lui succéder, rien n'excluait formellement qu'elles soient privées du trône. 

Avec les fils de Philippe le Bel, pour la première fois depuis trois siècles, la monarchie capétienne est confrontée à des souverains morts sans aucun garçon pour leur succéder.

André Larané

Coup de force

Philippe V le Long en costume de sacre (1294-1322)

Le roi Louis X le Hutin, frère aîné de Philippe, meurt le 5 juin 1316 en ne laissant pour lui succéder que Jeanne, fille de sa première femme, Marguerite de Bourgogne. Mais sa deuxième épouse Clémence de Hongrie est enceinte.

Philippe assure la régence en attendant la naissance de l'enfant. Celui-ci s'avère être un garçon et devient roi sous le nom de Jean Ier Posthume mais il meurt quatre jours après sa naissance, le 19 novembre 1316.

Plusieurs princes du sang songent alors à placer sur le trône sa nièce Jeanne (nonobstant les soupçons d'illégitimité liés à l'adultère de sa mère Marguerite) mais Philippe les prend de vitesse en réunissant les états généraux. Ceux-ci déclarent les femmes inaptes à monter sur le trône capétien, sans que le droit coutumier le justifiât.

Le 9 janvier 1317, Philippe se fait hâtivement sacrer à Reims et devient roi sous le nom de Philippe V, interdisant définitivement à sa nièce Jeanne de monter sur le trône.

La loi salique

L'interdiction  invoquée par les états généraux est après coup validée par les juristes français. Ils retrouvent dans les vieux grimoires une prétendue « loi salique » qui justifie selon eux l'exclusion des femmes de la succession au trône. Cette loi sera invoquée onze ans plus tard pour justifier l'avènement de Philippe VI de Valois.

Un homme d'État

Grand et beau comme son père, le nouveau souverain en a aussi la dureté et les qualités d'homme d'État.

Il clôt par la négociation les guerres des Flandres. Il consolide surtout l'oeuvre administrative de son père. Il sévit contre les guerres privées en favorisant l'asseurement (promesse réciproque de non-agression faite par deux seigneurs devant un juge).

Il confie à un Grand Conseil à sa discrétion le soin de juger les affaires les plus importantes. Il parachève l'organisation du parlement de Paris (tribunal d'appel). Il place des officiers royaux à la tête des milices urbaines. Il règle la fabrication des monnaies et tente aussi d'uniformiser les poids et mesures.

Mais ce roi administrateur doit aussi sévir contre les «pastoureaux», bandes de jeunes exaltés qui, sous prétexte de croisade, s'en prennent, dans le Languedoc, aux juifs et aux paysans. Lui-même sévit contre les juifs, les hérétiques, les lépreux,...Frappé par la dysenterie, il meurt en laissant quatre filles et aucun garçon, de sorte que, selon la jurisprudence qu'il a lui-même établie, la couronne passe à son frère Charles IV le Bel.

À la mort de ce dernier, sans héritier direct, la couronne est récupérée par son cousin Philippe de Valois en vertu de la loi salique. Il écarte ses concurrents et en particulier le roi d'Angleterre Édouard III, petit-fils de Philippe le Bel par sa mère Isabelle.

Quelques années plus tard, en conflit avec le nouveau roi de France, Édouard III va revendiquer ses droits et il va s'ensuivre la guerre de Cent Ans entre les deux royaumes.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-24 19:41:30

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net