La Comtesse de Ségur (1799 - 1874)

Pas si sage, finalement !

Louis Gaston de Ségur, Portrait de la comtesse de Ségur, vers 1840.« Les demoiselles
Qui sont plus frêles
Aiment plutôt les récits en dentelles
Les héroïnes
De la divine
Comtesse de Ségur née Rostopchine »

Ce couplet de la chanson Les enfants sages de Guy Béart (1960) symbolise l’image que notre société s’est construite de la Comtesse de Ségur et du monde aristocratique compassé, délicieux mais fragile, dans lequel évoluent ses héros. La réalité est toute autre.

Jean-Paul Gourévitch

De Saint Pétersbourg à Paris : la belle image

Les biographes font naître la comtesse de Ségur, à Saint-Pétersbourg le  1er août 1799   et précisent qu’elle est morte le 9 février 1874 à Paris, à l’exception notable du Dictionnaire du Livre de Jeunesse (Éditions du Cercle de la Librairie 2013) dont la notice biographique porte comme dates 19 juillet 1799 - 31 janvier 1874. La France célébrera donc le 9 février le 150e anniversaire de sa disparition.

Fédor Rostopchine par Salvatore Tonci, vers 1800. Agrandissement : Fédor Rostopchine par Oreste Kiprensky, 1809, Moscou, galerie Tretiakov.Son père, le comte Fiodor Rostopchine, gouverneur de Moscou en 1812, fut fortement soupçonné d’être à l’origine de l’incendie de la capitale qui déclencha la fuite de Napoléon et de sa Grande Armée. Sa mère, la comtesse Catherine Professova, était une ancienne demoiselle d’honneur de l’impératrice Catherine II.

Sophie, troisième enfant du couple, baptisée dans la religion orthodoxe, passe son enfance dans le beau domaine seigneurial de Voronovo près de Moscou. Une petite fille espiègle et turbulente, souvent enfermée dans sa chambre et privée de nourriture et de boisson pour ses méfaits. Mais qui, grâce à l’éducation princière donnée par des parents qui recevaient Pouchkine et Joseph de Maistre, et disposaient d’une bibliothèque de plusieurs milliers de volumes, maîtrise dès son plus jeune âge le russe, le français, l’allemand, l’anglais et l’italien.

Le Comte Rostopchine s’exile en France en 1817 et y fait venir sa famille. Sophie rencontre et épouse le 14 juillet 1819 Eugène de Ségur, un noble d’une lignée illustre et assez désargentée, mais qui sera nommé pair de France en 1830 et auquel elle donnera huit enfants. Elle s’installe en Normandie, au château des Nouettes à Aube, dont elle est tombée amoureuse et que son père lui a offert. Délaissée par un mari volage, elle se consacre à l’éducation de ses enfants puis de ses petits-enfants auxquels elle se plaît à raconter des tas d’histoires.

Le chateau des Nouettes dessiné par Mgr de Ségur, page 57 des Lettres d'une Grand'mère, lettres posthumes de comtesse de Ségur écrites à son petit fils Jacques de Pitray et éditée par sa fille.

Il n’en fallait pas plus pour accréditer chez ses exégètes l’idée d’une connivence entre sa vie et son œuvre, justifiée par les prénoms des héroïnes de la trilogie de Fleurville (Les Malheurs de Sophie, Les Petites Filles Modèles, Les Vacances 1858-1859) : le sien, Sophie, et ceux de deux de ses petites filles, Camille et Madeleine.

Elle-même, dans sa préface, semble conforter cette filiation directe : « Mes Petites Filles modèles ne sont pas une création ; elles existent bien réellement : ce sont des portraits ; la preuve en est dans leurs imperfections mêmes. Elles ont des défauts, des ombres légères qui font ressortir le charme du portrait et attestent l'existence du modèle. Camille et Madeleine sont une réalité dont peut s'assurer toute personne qui connaît l'auteur. »

Ajoutons les châteaux et les parcs qui sont le décor de plusieurs de ses romans, les cérémonies qui scandent le quotidien de ses héros (promenades, jeux, repas, visites de civilité), le vouvoiement entre parents et enfants et la cohorte de domestiques à leur service. Sophie de Ségur incarnerait ainsi la figure du matriarcat souriant régnant sur un réseau familial affectueux et préservé des rigueurs de la vie.

Illustrations de Bertall pour Les Petites Filles modèles, vers 1858.

L’écriture comme exutoire

Sa dernière fille Olga s’est mariée en 1854. Le temps est long avant que ses petits-enfants à leur tour ne convolent. « A quoi sert une vieille femme dans ce monde ? Une fois passée à l’état de grand-mère pour ses enfants, son rôle est bien fini, elle n’est plus indispensable à personne » (lettre datée de 1854, extraite de sa correspondance, publiée en 1993 chez Scala).

Les nouveaux contes de fées, illustrations Gustave Doré et Jules Didier, 1896.Reste l’écriture. En témoigne la dédicace de sa première grande œuvre, Les nouveaux contes de fées (décembre 1856), publiée en feuilleton dans le journal qu’Hachette vient de créer, la Semaine des Enfants, puis en volume :
« Mes très chers enfants,
Voici les contes dont le récit vous a tant amusées et que je vous avais promis de publier. En les lisant, chères petites, pensez à votre vieille grand-mère qui, pour vous plaire, est sortie de son obscurité et a livré à la censure du public le nom de la Comtesse de Ségur, née Rostopchine. »

La Comtesse s’inscrirait ainsi dans une tradition éditoriale de femmes auteures de contes comme Madame d’Aulnoy, Madame Leprince de Beaumont, Madame de Genlis… Voilà donc la légende controuvée et documentée. Sauf qu’elle ne correspond pas à l’histoire de ses débuts en littérature.

Les nouveaux contes de fées, illustrations Gustave Doré et Jules Didier, 1896.

La Comtesse, femme d’affaires

En 1855, elle a déjà fait éditer à compte d’auteur un ouvrage de pédiatrie, la Santé des enfants. Elle se met ensuite à rédiger ces contes, qu’avec le soutien de Louis Veuillot elle fera publier chez Hachette avec des illustrations de Gustave Doré, un artiste de 24 ans qui a connu la célébrité par sa mise en images de l’œuvre de Rabelais et qui illustrera ensuite les chefs d’œuvre de la littérature occidentale, les Contes de Perrault, la Divine Comédie, les Fables de La Fontaine…

Louis Gaston de Ségur, Portrait de la comtesse de Ségur, vers 1840.C’est tout bénéfice pour elle comme pour l’éditeur qui s’était associé à son gendre, l’avocat Émile Templier, le futur interlocuteur de la Comtesse. Hachette souhaitait obtenir l’exclusivité de la vente des livres dans les gares, préfigurant ainsi l’aventure des enseignes Relay.

Il avait déjà passé un contrat avec la Compagnie du Nord en 1852 et était en liaison avec le comte de Ségur, mari de la comtesse et président de la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Offrir un contrat d’édition à l’épouse d’un de ses partenaires est une bonne manière. Les deux contrats, sur la vente des ouvrages et la publication des Nouveaux contes de fées, sont signés presque simultanément.

C’est là que la Comtesse se montre une femme de tête. Elle fait rééditer chez Hachette la Santé des enfants, négocie âprement ses contrats qui passent de 500 francs pour les Contes à 1000 francs pour chacun des trois romans de la trilogie Fleurville, discute le choix des titres, conteste les modifications que veut introduire l’éditeur.

Mais surtout elle obtient en 1859 que les droits lui soient versés directement pour ses ouvrages car à l’époque c’est le mari qui encaisse les droits d’auteur à la place de sa femme :
« Vous savez, Monsieur, que dans une communauté conjugale, la bourse du mari ne s’ouvre pas toujours devant les exigences de la femme. C’est ce qui m’a donné la pensée et la volonté d’écrire (lettre du 5 février 1858 à Émile Templier). »

Elle peut ainsi se consacrer pleinement à la littérature. Vingt romans se succèdent, justifiant les mots de Marcelle Tinayre et de Jean Dutourd : Sophie de Ségur est le « Balzac de la Jeunesse ».

Le général Dourakine illustré par Émile Bayard, 1863.

Une comédie humaine à hauteur d’enfance

Chacun de ces romans comporte une préface ou un avertissement dédiés à ses enfants ou petits-enfants.

Les vacances (1858) s’adressent « à mon petit-fils Jacques de Pitray » :
« Très cher enfant, tu es encore trop petit pour être le petit JACQUES des VACANCES mais tu seras, j’en suis sûre, aussi bon, aussi aimable, aussi généreux et aussi brave que lui. Plus tard sois excellent comme PAUL, et plus tard encore, soit vaillant, dévoué, chrétien comme M. DE ROSBOURG. C’est le vœu de ta grand’mère qui t’aime et te bénit. »

Le général Dourakine (1863) est dédié à « ma petite fille Jeanne de Pitray » :
« Ma chère petite Jeanne, je t’offre mon dixième ouvrage parce que tu es ma dixième petite fille, ce qui ne veut pas dire que tu n’aies que la dixième place dans mon cœur. Vous y êtes tous au premier rang, par la raison que vous êtes de bons et aimables enfants. Tes frères Jacques et Paul m’ont servi de modèles dans l’Auberge de l’Ange gardien… Quand tu seras plus grande, tu me serviras peut-être de modèle à ton tour , pour un nouveau livre où tu trouveras une bonne et aimable petite Jeanne.
Ta grand’mère Comtesse de Ségur, née Rostopchine. »

Un bon petit diable illustré par Horace Castelli, 1864.Et Un bon petit diable (1865) « à ma petite fille Madeleine de Mialaret » :
« Ma bonne petite Madeleine, tu demandes une dédicace, en voici une. La Juliette dont tu vas lire l’histoire n’a pas comme toi l’avantage de beaux et bons yeux (puisqu’elle est aveugle) mais elle marche de pair avec toi pour la douceur, la bonté, la sagesse, et toutes les qualités qui commandent l’estime et l’affection.
Je t’offre donc le bon petit diable escorté de sa Juliette qui est parvenue à faire d’un vrai diable un jeune homme excellent et charmant, au moyen de cette douceur, de cette bonté chrétienne qui touchent et qui ramènent. Emploie ces mêmes moyens contre le premier bon diable que tu rencontreras sur le chemin de ta vie.
Ta grand’mère Comtesse de Ségur, née Rostopchine. »

À travers ces préfaces s’esquisse l’ambition de cette Comédie enfantine. Chaque ouvrage est en quelque sorte un guide qui doit permettre aux jeunes lecteurs, à travers la fiction romanesque, de découvrir le chemin du bien. Les romans rejoignent ici les ouvrages apologétiques publiés par La Comtesse comme Le livre de messe des petits enfants (1857 chez Douniol), l’Évangile d’une grand’mère (1865) ou la Bible d’une grand’mère (1869), mais sans la lourdeur didactique du propos. Cette morale chrétienne souriante fait écho à la conception (laïque) souriante de Hetzel dans la Morale familière (1868). À la même époque, deux des plus grandes figures littéraires du siècle choisissent ainsi de construire des récits autour de l’enfance qui ne soient pas empesés.

Évangile d’une grand’mère et la Bible d'une grand'mère, illustrations de Schnorr, 1867.

Pour faciliter l’appropriation de cette ligne de conduite, la Comtesse utilise les ressources classiques de l’écriture romanesque : le récit dialogué, parfois entrecoupé de monologues comme dans Les Malheurs de Sophie, forme cardinale du récit d’enfance qui fait parler les personnages au lieu de parler à leur place ; l’opposition entre des héros symboliques de la bonne et de la mauvaise conduite comme dans Jean qui grogne et Jean qui rit (1865), ou chez le bon Julien et Alcide dans le Mauvais Génie (1867).

 Les Deux Nigauds et Pauvre Blaise, illustrés par Horace Castelli.Le choix de noms et de prénoms est immédiatement significatifs comme Innocent et Simplicie dans Les deux Nigauds (1863), ou simplement évocateurs comme le général Dourakine mot forgé à partir du nom russe « dourak » qui signifie imbécile ; le costume emblématique des héros comme le kilt de Charles dans Un bon petit diable (1865) ou la blouse de Pauvre Blaise (1861) ; la schématisation des caractères des personnages étrangers selon les clichés de l’époque : les Polonais sont ivrognes, les Tsiganes voleurs, les Russes violents, les Arabes cruels et méchants.

La Comtesse dénonce à la fois l’éducation répressive comme celle de Madame Fichini envers Sophie dans Les Petites Filles Modèles qui pousse à la méchanceté et les parents qui gâtent trop leurs enfants et les rendent égoïstes, comme ceux de Gisèle dans Quel amour d’enfant (1867). Elle professe une éducation morale fondée sur de solides valeurs religieuses et un ancrage dans sa terre d’adoption.

En même temps la vie quotidienne y est présente et documentée. Le jeune lecteur apprend combien gagne un instituteur, quel est le statut des domestiques, comment fonctionne le marché du mardi à Laigle (qui existe encore aujourd’hui). Il explore la propriété de Fleurville qui évoque le château des Nouettes où séjourne la Comtesse et la vie de ses enfants avec leurs balades, leurs pique-niques, leur cueillette des cerises dans un parc serein et paysager qui restitue le parfum suranné de cette enfance protégée.

Ces romans sont illustrés en noir et blanc selon la tradition inaugurée par les Nouveaux contes de fées. La comtesse a sur ce point des idées arrêtées. Elle ne conteste pas le choix de son éditeur mais constate qu’au fil des pages les personnages changent d’âge, de look ou de condition sociale.

La fessée de Sophie et la chute de Mme Fichini dans Les Petites Filles modèles, illustrations de Bertall.

L’intemporalité élégante de Bertall dans Les Petites Filles Modèles, la brutalité de Castelli, (La sœur de Gribouille, 1862), qui se complaît dans l’illustration réaliste des châtiments corporels mais transforme parfois ses personnages en pantins à la manière d’un montreur de marionnettes, l’académisme de Gerlier (La Fortune de Gaspard, 1866), lui  conviennent.

Elle se montre plus réticente devant les mises en scène théâtralisées de Bayard, portraitiste grandiloquent du Général Dourakine ou de François le bossu (1864), auquel elle reproche de confier l’illustration de ses ouvrages à des « nègres », une pratique déjà courante à l’époque avant de devenir une véritable industrie éditoriale.

Illustration d'Émile Bayard pour François le bossu, vers 1864.

La Comtesse est enfin la première, à notre connaissance, à inventer l’autobiographie animale avec les Mémoires d’un âne (1860). Julie Gouraud qui avait publié en 1839 chez Brard Les souvenirs d’une poupée s’engouffrera d’ailleurs vite dans cette nouvelle voie avec Les mémoires d’un caniche (Hachette, 1866).

Mais le propos de la Comtesse est beaucoup plus moral que littéraire, comme le montrent les premières lignes :
« Mon petit Maître, vous avez été assez bon pour moi mais vous avez parlé avec mépris des ânes en général. Pour vous faire connaître ce que sont les ânes, j’écris et je vous offre ces Mémoires. »

Tout au long du roman, elle dénonce la cruauté des humains envers les animaux. Elle se révèle ici une pionnière. La Société Protectrice des Animaux créée en 1845 sera déclarée d’utilité publique en 1869.

Mémoires d’un âne, illustrations de Horace Castelli.

Fin de parcours et carrière posthume

En 1872, devenue veuve et devant la mévente croissante de ses ouvrages et notamment du dernier, Après la pluie le beau temps (1871), la Comtesse se résout à céder Les Nouettes puis à se retirer à Paris, rue Casimir Périer où elle meurt à 74 ans, entourée de ses enfants et petits-enfants. Elle est enterrée à Pluneret (Morbihan), près de son fils Gaston.

Sa tombe s’orne d’une croix de granit, avec l’inscription « Dieu et mes enfants ». Dans le village d’Aube (61270),  l’ école maternelle « Les bons petits diables » l’école élémentaire « Comtesse de Ségur » et le Musée créé par l’Association des Amis de la Comtesse de Ségur perpétuent sa mémoire.

Les Malheurs de Sophie, 1859, illustrations d'Horace Castelli.Selon une étude de 2010, la Comtesse de Ségur aurait vendu 29 millions d’ouvrages depuis l’origine. Chiffre qui ne semble pas tenir compte des traductions en langue anglaise ou italienne. Aujourd’hui on édite encore, et donc on lit la Comtesse. Les Malheurs de Sophie ont été republiés chez Grasset Jeunesse en 2000, chez Hachette Jeunesse en 2006, chez Disney Hachette en 2016, chez Mame en 2023.

La trilogie de Fleurville est parue en 2021 chez Glénat Jeunesse arrangée par Jean-Pierre Kerloc’h avec plusieurs illustrateurs dont Christophe Besse. Maureen Dor et Sophie Marceau ont prêté leurs voix aux enregistrements sonores. D’autres romans comme Un Bon petit diable, des contes comme La Forêt des lilas ont fait l’objet de rééditions ou d’adaptations.

On ne compte plus les bandes dessinées, les dessins animés, les films dont ceux d’Eric Rohmer (1952), de Jean-Jacques Brialy (1980), de Christophe Honoré (2016), les adaptations télévisuelles ou théâtrales y compris au Festival d'Avignon en 2013. La Comtesse serait-elle sortie du bashing dont elle a été victime ?

La Comtesse en enfer ?

À son époque, la Comtesse qui a un lectorat fidèle subit peu de critiques. Son œuvre est en effet confinée dans des genres dit « mineurs », la littérature enfantine et le récit pédagogique ainsi que le domaine des femmes qui ont conquis le droit d’être auteures comme Eugénie Foa ou Delphine de Girardin.

Elle est de plus protégée par son image de grand-mère bienveillante, - « la grand-mère de tous les enfants du monde »  écrira Emile Faguet - car au rebours par exemple de George Sand, elle a fait savoir qu’elle n’écrit pas pour éduquer le peuple ni changer le monde mais pour instruire et distraire sa famille.

Après une longue période où ses œuvres sont rééditées, seules ou dans les diverses présentations de la Bibliothèque rose, avec les illustrations audacieuses de Lorioux, élégantes de Pécoud ou nostalgiques de Marie-Madeleine Franc Nohain, c’est après la seconde guerre mondiale que la lecture critique de la comtesse s’accompagne d’oukazes qui dénoncent son catholicisme monarchique, réactionnaire ou misogyne ou le « sadisme » de « la vieille dame en noir ». Mise au point.

Sous l’influence de sa mère qui a abjuré la religion orthodoxe, la Comtesse s’est convertie au catholicisme et elle est entrée en 1869 dans la fraternité de Saint-François. Pourtant ses enfants n’ont pas été élevés dans une ferveur religieuse particulière.

Les ouvrages apologétiques qu’elle a publiés, les valeurs chrétiennes auxquelles elle se réfère de plus en plus souvent quand elle avance en âge, l’influence du polémiste catholique Louis Veuillot, et de son fils Gaston entré dans les ordres et devenu Monseigneur de Ségur, peuvent laisser croire que sa piété se teinte de dévotion et de rejet de son époque.

Illustrations d'Émile Bayard pour Après la Puie le Beau temps, 1897.Néanmoins il n’y pas trace de militantisme dans ses ouvrages sauf si l’on se persuade qu’à la fin de son dernier roman Après la Pluie le Beau Temps, l’engagement de l’élève modèle Jacques dans les Zouaves Pontificaux pour défendre le Pape reflète le point de vue de l’auteure.

Elle n’est pas non plus prisonnière de sa caste comme trop de critiques l’ont affirmé. Blaise est fils des gardiens du château, le père de Gaspard est fermier. Diloy le chemineau est un ouvrier pauvre qui a préservé les enfants de la férocité d’un ours. Le souci des humbles qui s’élèvent par leurs vertus, ce qui n’exclut pas un certain paternalisme, est omniprésent dans son œuvre.

Il faut plutôt considérer l’univers de la Comtesse comme un monde clos où chacun est à sa place, châtelains, domestiques, pauvres secourus par les bons maîtres, blessés soignés par des domestiques dévoués. Qu’au final les bons sont récompensés et les méchants punis, mais que rien n’est définitivement joué. Charles, le diablotin devenu adulte, sera « policé » par sa cousine Juliette qu’il épousera.

L’accusation de sadisme se fonde sur la multiplicité des châtiments corporels présents dans Les Malheurs de Sophie, Un bon petit Diable, Le général Dourakine... On notera que la Comtesse les dénonce et ne s’y attarde pas même si ses illustrateurs s’y complaisent. Qu’ils étaient couramment pratiqués à l’époque dans l’indifférence générale.

Quant aux lectures psychanalytiques sommaires qui assimilent les fessées à des pulsions érotiques, elles en disent plus sur les fantasmes de ceux qui les commentent que sur les textes de Sophie de Ségur.

Déshabiller la Comtesse pour réveiller le désir

On peut détester la Comtesse de Ségur comme Marguerite Yourcenar, craindre que sa lecture vous donne des cauchemars comme la mère de Simone de Beauvoir qui l’interdit à sa fille, ou considérer que la lecture de ses romans relève de l’archéologie.

Certes, l’époque a profondément changé. Les jeunes filles n’ont plus à bien se comporter dans le monde pour faire un beau mariage. Il n’y a plus de domestiques noirs comme Ramoramor (Après la pluie le beau temps) pour secourir leur maître. Reste la question qui fâche et que Francis Marcoin a posé dans sa recherche sur La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile (Presses de l’Université d’Artois, 1999).

La Comtesse a-t-elle permis à ses lectrices d’être plus autonomes ou les a -t-elle cloîtrées dans leur statut social ? Maialen Berasategui y répond en partie dans La Comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion (Presses Universitaires de Rennes 2011).

En fait, la Comtesse de Ségur est à la fois prisonnière de son époque et en avance sur elle. Elle prône une éducation rousseauiste, qui s’efforce de concilier piété et liberté, qui est fondée non sur l’autorité et la répression, mais sur la tendresse, la patience, la confiance, voire le pardon. Des idées relativement neuves dans la société du Second Empire où l’on s’attache à l’ordre, où l’on révère l’armée, ou l’on stigmatise la délinquance des « classes dangereuses ».

Mais surtout son œuvre nous introduit dans l’aventure de l’écriture. Les 22 saynètes qui composaient Les malheurs de Sophie ont laissé place à des romans, avec des caractères forts, des personnages hauts en couleur, vivant des aventures extraordinaires ou simplement luttant contre la pesanteur du quotidien.

La Comtesse a su dans son style primesautier donner de la pétulance à une société corsetée. Alors oui, il est temps de relire les romans de la Comtesse de Ségur, par exemple dans la collection Bouquins chez Robert Laffont. Comme un sachet de petites madeleines qu’on dégusterait une à une et dont la saveur laisse au palais le goût délicat d’un temps révolu mais irremplaçable.

Publié ou mis à jour le : 2024-02-11 13:27:45
Geneviève (19-02-2024 16:03:08)

Excellent article !
La comtesse de Ségur m'a tenu compagnie
dans mon enfance, pendant de longs jours d'immobilisation .
la comtesse de Ségur m'a tenu compagnie

Herve t01200 (10-02-2024 08:23:54)

Article très bien écrit, on peut être d'accord ou pas. A l'époque cela ne devait pas être si facile .

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net