1793-1795

Les guerres de Vendée

Le dimanche 10 mars 1793, à Paris, l'assemblée de la Convention recourt à la levée en masse autoritaire de 300 000 hommes dans tout le pays, pour faire face au retour en force des armées européennes coalisées contre la France révolutionnaire.

La levée en masse entraîne dès le lendemain le soulèvement des paysans vendéens qui, jusque-là indifférents à l'agitation parisienne, ne supportent pas qu'on leur demande de verser leur sang pour une cause qu'ils exècrent.

C'est le début de longues épreuves qui feront au total plus de cent mille victimes, laissant l'ouest vendéen exsangue (note). Par leur férocité, les guerres vendéennes n'auront rien à envier aux guerres étrangères de la Révolution.

Fabienne Manière
Les paysans contre la Convention

Dans le bocage du Bas-Poitou (le département de la Vendée), les paysans pratiquent leur religion avec piété et sérieux, comme le leur ont appris les disciples du père Louis-Marie Grignion de Monfort, décédé en 1716, qui ont revivifié les pratiques religieuses dans ces régions alors qu'elles régressaient dans le reste de la France.

- 10 mars 1793 : début de la réquisition

Le jour même de la réquisition, le 10 mars 1793, ces paysans, échaudés par l'exécution du roi Louis XVI et les mesures antireligieuses des révolutionnaires parisiens, assaillent les autorités municipales.

Spontanée, la rébellion couvre les Mauges, le Choletais, le bocage vendéen, le marais de Challans et le pays de Retz (toute une région du sud de la Loire qui prendra bientôt le nom de Vendée militaire). 23 insurgés sont arrêtés par les gardes nationaux à Saint-Philbert, dans le pays de Retz, en Loire-Inférieure (aujourd'hui Loire-Atlantique).

- 11 mars 1793 : massacre à Machecoul

Le lendemain, la population se rassemble et décide de marcher sur Machecoul, principale bourgade de l'endroit, où se tiennent la garde nationale et la commission de recrutement. À l'entrée du bourg, la foule armée de fourches fait face aux gendarmes et aux gardes nationaux. Ceux-ci, bien qu'au nombre de plusieurs centaines, prennent peur et refluent dans les rues. La foule les poursuit. Plusieurs gardes nationaux sont massacrés ainsi que quelques bourgeois, connus pour leurs sympathies républicaines, et le curé assermenté (il a approuvé la Constitution civile du clergé).

- 12 mars 1793 : vers la confrontation

Le 12 mars, les autorités nantaises exigent la reddition des coupables. Les insurgés se raidissent. Ils constituent un Comité royal et proclament : « Le peuple du Pays de Retz... déclare... qu'il ne reconnaît et ne reconnaîtra jamais que le Roy de France pour son seul et légitime souverain... qu'il ne reconnaît plus la prétendue Convention nationale, ni les départements, ni les districts... »

C'est le début des guerres de Vendée. Les insurgés sont des paysans, c'est-à-dire des gens du pays. La moitié sont des artisans, les autres des laboureurs ou des gens de la terre. Ils choisissent leurs chefs dans leurs rangs. Ainsi Jacques Cathelineau, colporteur voiturier au Pin-en-Mauges, Stofflet, garde-chasse des Colbert à Maulévrier.

La Vendée prend les armes

Mais les paysans et leurs chefs manquent d'expérience militaire. Ils vont quérir en complément des chefs plus expérimentés : d'Elbée, lieutenant de cavalerie, Charette, ancien officier de marine, Bonchamps, d'Autichamp, Lescure, Sapinaud, Talmond... Ces aristocrates se montrent au départ assez réticents à prendre la tête d'une armée de paysans mais ils ne tardent pas à faire la preuve de leur sincérité militante.

Le plus hardi de ces nobles est le jeune Henri du Vergier, comte de la Roche jaquelein (20 ans). Ce sous-lieutenant de cavalerie, issu d'une famille de haute noblesse, avertit ceux qui viennent le solliciter : « Allons chercher l'ennemi : si je recule, tuez-moi ; si j'avance, suivez-moi ; si je meurs, vengez-moi ».

Armés de faux et de fourches, résolus et enthousiastes, les insurgés chassent les « Bleus » (les soldats de la République étaient ainsi nommés en raison de leur uniforme) et rétablissent le culte catholique dans leurs villages.

Massacres contre massacres

Le 19 mars 1793, une colonne républicaine de 3000 hommes conduite par le général Marcé s'engage dans un défilé, au Pont-Charrault, près de Saint-Vincent. Attaqués depuis les hauteurs, les soldats se débandent et s'enfuient contre toute attente. Le même jour, la Convention prend un décret punissant de mort les personnes arborant la cocarde blanche du roi. Qu'à cela ne tienne, les Vendéens ont désormais le champ libre.

Le 23 mars, une bande de paysans tentent d'investir Pornic. Ils sont repoussés par les républicains qui font environ 300 prisonniers. Ces derniers sont exécutés sans façon. Apprenant cela, les insurgés de Machecoul commencent à tuer leurs propres prisonniers.

Le 27 mars, les Vendéens repartent à l'attaque de Pornic et l'emportent sous la conduite de Charette. Lorsque celui-ci revient à Machecoul avec 30 prisonniers, ces derniers passent devant un tribunal « royaliste » et sont condamnés à mort, ainsi que quelques dizaines de républicains locaux. Liés deux à deux par une corde, ils sont agenouillés près d'une fosse et fusillés. On parle à cette occasion des « chapelets de Machecoul » !

Le 22 avril, après la fuite de Charette et des insurgés, la ville est reconquise par les républicains, sous la conduite du général Beysser. Mais, entre-temps, la guerre civile s'est étendue à toute la région.

La guerre civile s'étend

Dans les villes de la région, à Beaupréau, à Vihiers, à Cholet le 17 mars, Chemillé le 11 avril, Bressuire le 12 mai, Thouars le 5, Fontenay le 25, Saumur le 9 juin, les insurgés trouvent les fusils et les canons qui leur manquent.

Prenant de l'assurance, ils constituent une « armée catholique et royale ». Cette armée est formée d'environ 40 000 hommes indisciplinés et sans expérience militaire à l'exception d'une dizaine de milliers d'anciens soldats. La plupart ne se privent pas de rentrer chez eux quand cela leur chante ou sitôt que le danger est passé. Cette armée va néanmoins aller de succès en succès jusqu'à conquérir Angers le 18 juin. Face à elle, les 40 000 à 70 000 Bleus n'ont dans l'ensemble guère plus d'expérience militaire. Ce sont pour la plupart des volontaires issus des différentes régions du pays.

Cathelineau, le général en chef vendéen, échoue devant Nantes le 29 juin. Blessé, il est transporté à Saint-Florent et y meurt le 14 juillet 1793. D'Elbée le remplace comme généralissime.

Le 1er août, un décret de la Convention ordonne la destruction et l'incendie de la Vendée en état d'insurrection. La mise en oeuvre de ce plan est confiée au général François Westermann.

La Convention décrète...

Article premier :
le ministre de la guerre donnera sur-le-champ les ordres nécessaire pour que la garnison de Mayence soit transportée en poste dans la Vendée ; Il sera envoyé par le ministre de la guerre des matières combustibles de toute espèce, pour incendier les bois, les taillis et les genêts... Les femmes, les enfants et les vieillards, seront conduits dans l'intérieur ; il sera pourvu à leur subsistance et à leur sûreté, avec tous les égards dus à l'humanité... Les biens des rebelles de la Vendée sont déclarés appartenir à la république.
(Extrait du décret de la convention nationale du 1er août 1793, A.D.V., 52J4).

Le 14 août, l'« armée catholique et royale » défait les républicains dans la plaine de Luçon. En deux jours, plus de cent villages de l'Ouest se rebellent. Dès la fin du mois, 20 000 insurgés se rendent maîtres de la région et en excluent ou massacrent les républicains. Ils menacent de marcher sur Paris.

Prenant la mesure du péril, la Convention envoie en Vendée 100 000 hommes, dont les invincibles « Mayençais », des soldats d'élite qui ont capitulé avec honneur à Mayence, sur le Rhin. Ils sont placés sous les ordres de Kléber et Haxo. Du 19 au 22 septembre, les royalistes remportent encore cinq victoires en cinq jours, à Torfou, le Pont-Barré, Montaigu, Clisson et Saint-Fulgent. Ils mettent les républicains en déroute.

Mais les chefs vendéens commencent à se disputer. C'est ainsi que, le 17 octobre 1793, ils éprouvent à Cholet leur premier revers grave.

Le 7 novembre 1793, par un trait d'humour singulier, les députés rebaptisent le département de la Vendée «  Vengé  » !

Ultimes soubresauts

Avec la chute de Robespierre et la fin de la menace extérieure, le gouvernement révolutionnaire se fait plus conciliant.

Lazare Hoche (25 ans) prend le commandement de l'armée républicaine de Vendée. Le général proscrit sévèrement les pillages et les vengeances. Il ordonne à ses troupes d'observer strictement les stipulations de la Jaunaye concernant la liberté religieuse, ce qui lui vaudra d'être surnommé le « pacificateur de la Vendée ».

Les paysans, constatant que le culte catholique n'est plus menacé, n'ont en général plus envie de se battre... Mais un ancien chef vendéen, le baron François Charette de la Contrie, projette pour des raisons mal élucidées de rallumer les hostilités.

Le 25 juin 1795, il conclut à Belleville une alliance avec des émigrés royalistes en vue d'un débarquement en Vendée. Les Anglais, engagés dans une guerre inexpiable avec le gouvernement de Paris, condescendent à lui apporter leur soutien. La tentative de débarquement, sur la presqu'île de Quiberon, se solde par un cruel échec. Charette se retrouve isolé dans le bocage avec une poignée de partisans.

Un peu plus tard, un autre chef vendéen, Stofflet, rentre en guerre en janvier 1796 sur ordre des princes émigrés. Mais il est capturé et fusillé à Angers le 25 février 1796. Quant à Charette, traqué comme une bête, il est pris le 23 mars à la Chaboterie de Saint-Sulpice-le-Verdon et fusillé le 29 mars 1796.

Les combats sont finis mais le souvenir des atrocités va alimenter les rancoeurs et les conspirations chez de nombreux Vendéens et Chouans. Le plus célèbre de ces derniers, Georges Cadoudal, entrera bien plus tard dans un ultime complot royaliste.

Bibliographie

La guerre de Vendée a donné lieu à de très nombreux ouvrages. Je recommande le petit livre illustré et très accessible des éditions Découverte Gallimard : Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée (Jean-Clément Martin, 1986).

Commentaire : un génocide ?

Les guerres de Vendée sont-elles assimilables à un génocide ? Le débat a été ouvert à la fin du XXe siècle, le siècle des génocides.

Il serait osé d'assimiler les guerres de Vendée à l' extermination des juifs par Hitler ou au massacre des Arméniens par le sultan. Mais on peut établir une analogie entre la férocité des guerres vendéennes et celle qui opposa aux États-Unis les Sudistes aux Nordistes. La haine exterminatrice de Turreau et de ses colonnes infernales trouve son pendant dans la marche vers la mer du général Sherman. L'un et l'autre font la démonstration que les guerres les plus cruelles sont les guerres civiles.

On peut établir une autre analogie entre les guerres de Vendée et celle qui met aux prises le peuple tchétchène et le gouvernement russe de Boris Eltsine et de son successeur Vladimir Poutine. En Tchétchénie comme en Vendée, on observe une étroite imbrication des enjeux politiques, religieux et idéologiques. Dans un cas comme dans l'autre, la férocité est assez bien partagée entre les deux camps.

On retrouve surtout dans les deux conflits de Vendée et de Tchétchénie une égale volonté du pouvoir central d'éradiquer la rébellion par la destruction systématique des villes, des villages et de leurs habitants. Par-delà ces similitudes, la principale différence réside dans le déclenchement du conflit. En Vendée, ce sont les paysans qui ont ouvert les hostilités contre le pouvoir central. En Tchétchénie, la guerre a été le fruit d'un calcul politique du gouvernement russe.

Aussi cruelle que soit la guerre de Tchétchénie, il ne vient à l'idée de personne de la qualifier de génocide. Alors, les guerres de Vendée, un génocide ?

Publié ou mis à jour le : 2020-03-13 14:50:27

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net