Georges Clemenceau

Les bons mots du « Tigre »

Dès son élection comme député de Paris en 1876, au début de la IIIe République, Georges Clemenceau siège à la gauche de la Chambre des députés. Il se fait rapidement remarquer par son art de la répartie, qui s'appuie sur une vaste culture.

Quid de l'accent ?

Clemenceau, nom de lointaine origine vendéenne signifiant « petit Clément », s'écrivait à l'origine avec un accent aigu sur le premier e. Mais, par une facétie orthographique, le « Tigre » signa toujours avec un e muet à son nom et, d'après son biographe Jean-Baptiste Duroselle, l'accent finit par disparaître dans son journal La Justice et ses écrits ultérieurs à partir du 7 mars 1884.

Apprécions à sa juste mesure l'exploit de Georges Clemenceau : il a fini par personnifier l'énergie et l'intrépidité alors que son nom commence par « clément » et se termine par « sot » !...

Races inférieures ?

Georges Clemenceau jeuneClemenceau anime le petit groupe radical par son charisme et son talent oratoire mais il est le seul député de la gauche républicaine à rejoindre les droites nationaliste, libérale et royaliste dans leur opposition aux conquêtes coloniales.

C'est dans ces conditions qu'il s'en prend le 31 juillet 1885 au député Jules Ferry, ancien ministre et président du Conseil, qui avait exalté trois jours plus tôt à la tribune de la Chambre des députés le rôle civilisateur de la France à l'égard des « races inférieures » :

« Races supérieures ? Races inférieures, c’est bientôt dit ! Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand... »

« La Révolution est un bloc » [on ne peut dissocier les excès présumés de la Terreur des réalisations bénéfiques], dit Clemenceau, plus sérieusement, lors d'une polémique provoquée à la Chambre des députés par la représentation d'une pièce de Victorien Sardou, Thermidor, le 23 janvier 1891.

De son adversaire Jean Jaurès, auquel il reproche son pacifisme, il dit : « M. Jaurès parle toujours au futur. Moi, je parle au présent ».

Mais sa plus grande trouvaille tient en deux mots. C'est le titre donné à l'article d'Émile Zola en faveur du capitaine Dreyfus dans son journal L'Aurore, le 13 janvier 1898 : J'Accuse !.

Georges Clemenceau prononçant un discours dans une réunion électorale (Jean-François Raffaelli, 1885, musée du château de Versailles)

Bons mots

Esprit caustique, Clemenceau n'a jamais été avare de bons mots dont furent victimes maintes personnalités de son époque. Lui-même n'en avait cure. On lui prête ce mot : « Ne craignez jamais de vous faire des ennemis, si vous n'en avez pas, c'est que vous n'avez rien fait. »

Georges Clemenceau, photo qui servit à Édouard Manet pour son célèbre portrait en pied du musée d'Orsay (1879)« Il est mort comme il a vécu, en sous-lieutenant », dit-il du général Boulanger, qui se suicide en 1891 sur la tombe de sa maîtresse.

À son propos, il lança aussi en 1886 : « La guerre ! C'est une chose bien trop grave pour la confier à des militaires ! » Il est vrai qu'à ce moment-là, il devait regretter d'avoir soutenu la nomination du général au ministère de la Guerre... Sa boutade redeviendra d'actualité trente ans plus tard quand, par sa soumission au général Joffre, le pouvoir politique en viendra à ne plus savoir comment sortir de la Grande Guerre... et fera appel au « Tigre » en désespoir de cause.

À un orateur ennuyeux, à la Chambre des députés, il lance : « Reposez-vous ! »
– Mais je ne suis pas fatigué !
– Alors, reposez-nous !

Il lui arriva aussi de rencontrer à qui parler. Félicitant un orateur, « Beaux débuts, jeune homme, venez sur mon coeur ! »
Non, Monsieur le Président, j'ai horreur du vide ! répliqua l'insolent.

« Ci-gît Marcellin Berthelot. C'est la seule place qu'il n'ait jamais sollicitée », aurait-il proposé comme épitaphe pour Marcellin Berthelot, à la mort de l'illustre savant (1827-1907). Ne fut-il pas professeur au Collège de France, académicien, sénateur, ministre de l'Éducation publique puis des Affaires étrangères... avant de finir au Panthéon avec son épouse, morte une heure avant lui ?

Clemenceau est soupçonné par ses adversaires de s'être enrichi dans l’affaire de Panama sous le prétexte que l'escroc Cornelius Herz figurait parmi les commanditaires de son journal La Justice. Il se défend en tentant de recouvrer son siège de député du Var. Lors d'un fameux discours dans le village de Salernes (Var), le 7 août 1893, il fait le bilan de sa vie politique au service de la République et interroge :
« Parlerai-je de ma situation personnelle ?
« J'ai réglé mes dettes de jeunesse par un emprunt chez un notaire de Nantes. On peut y aller voir, la dette subsiste encore. Où sont les millions ?
« J'ai marié ma fille sans dot. Où sont les millions ?
« Je suis installé depuis six ans dans mon domicile actuel. Le marchand de meubles et le tapissier ont été peu à peu réglés par acomptes. Je n'ai pas encore fini de les payer. Où sont les millions ?
« Voici à quels aveux on réduit les serviteurs désintéressés de la République.
« Que la honte de cette humiliation soit sur ceux qui ont rendu cette confession nécessaire ? »

Il est vrai que l'homme n'avait d'autre luxe que sa passion pour les objets d'art asiatiques et les kogos (boîtes à encens japonaises), dont il dut d'ailleurs se séparer après avoir perdu les élections.

Sa passion pour l'Asie et le bouddhisme remonte à sa rencontre avec le Japonais Saionji Kinmochi pendant ses études de médecine. Lui, l'anticlérical athée, écrit en 1885 : « Bouddha, le plus grand prédicateur de paix et de fraternité humaine qui ait paru dans le monde ». Et le 21 février 1891, à des journalistes qui le voient sortir d'une cérémonie bouddhique au musée Guimet, il déclare, provocant : « Que voulez-vous, je suis bouddhiste ! ».

Dans son appartement de la rue Benjamin Franklin, à Paris, Clemenceau eut à se plaindre de l'arbre de la propriété mitoyenne, qui faisait de l'ombre à son bureau. Le voisin n'étant autre que le prestigieux lycée Saint-Louis de Gonzague, il s'adresse au principal du lycée, lequel, sans hésiter, fait abattre l'arbre. Clemenceau le remercie :
- Mon Père, je puis bien vous appeler ainsi puisque vous m'avez donné le jour ! »
À quoi l'autre répond :
- Mon Fils, je peux bien vous appeler ainsi car, grâce à moi, vous avez entrevu le ciel... »

Redoutable bretteur

Soucieux de sa ligne et de sa santé, Georges Clemenceau pratiqua avec passion l'équitation et la chasse. Il buvait peu d'alcool et, la soixantaine venue, cessa de fumer et se mit à la pratique quotidienne de la gymnastique.

C'était aussi un habile tireur au pistolet et un escrimeur. Défié par Clemenceau, l'un de ses plus féroces adversaires, Paul Déroulède, président de la Ligue des Patriotes, dit de lui : « Pas un de vous ne le nommerait, car il est trois choses que vous redoutez : son épée, son pistolet, sa langue. Eh bien ! moi, je brave les trois et je le nomme : c'est M. Clemenceau ». Les deux hommes s'affrontent au pistolet - sans résultat - le 22 décembre 1892, sur le champ de course de Saint-Ouen.

Beaucoup moins fier fut Paul Deschanel, sommé d'affronter Clemenceau à l'épée le 27 juillet 1894, après avoir critiqué La Justice et le patron du journal à la Chambre. Une légende raconte que le député, reculant à petits pas devant l'épée de Clemenceau, celui-ci lui aurait dit, compatissant : « Vous nous quittez déjà ? » Quand, en 1920, après la Victoire, le même Deschanel lui souffla la présidence de la République, Clemenceau se consola : « Il y a ici-bas deux choses inutiles : la prostate et le président de la République ». Et après la démission du président pour raison de santé : « Ils craignaient un gâteux, ils l'ont eu quand même ! ».

Le 25 février 1898, après la parution de J'Accuse, Clemenceau eut encore à se battre au pistolet contre l'idéologue antisémite Édouard Drumont, lequel l'avait insulté en ces termes : « Maire de Montmartre, vous étiez le complice du Juif Simon Mayer qui assassinait nos généraux. Député, vous étiez le commandité et l'homme à tout faire du Juif allemand Cornelius Herz. Et maintenant la défense du Juif Dreyfus ! ».

Exclu de la Chambre des députés suite à l'affaire de Panama, Clemenceau revient dans la course politique en se faisant élire en 1902 au Sénat, dont il avait longtemps réclamé la suppression : « Ancien adversaire du Sénat, je suis aujourd'hui sénateur pour ma punition ». Il le restera jusqu'à la fin de sa vie politique, en 1920.

Lorsque le président Armand Fallières appelle à la présidence du Conseil Ferdinand Sarrien, en 1906, il lance : « Ca, rien ? Mais c'est tout un programme ! ».

Cela dit, lorsque Ferdinand Sarrien l'invite chez lui et lui demande poliment : « Vous prendrez bien quelque chose ? », il répond sans se démonter : « L'Intérieur ! ». Il aura effectivement le ministère convoité.

Appelé à la Présidence du Conseil à un moment crucial du conflit, Clemenceau résume sobrement sa politique le 8 mars 1918, cinq jours après le traité de Brest-Litvosk et la défection de la Russie, en répondant à une interpellation d'Émile Constant à la Chambre des députés : « Ma formule est la même partout. Politique intérieure ? Je fais la guerre. Politique étrangère ? Je fais la guerre. La Russie nous trahit, je fais la guerre. Je fais toujours la guerre, la malheureuse Roumanie est obligée de capituler, je continue la guerre ». À l’issue de ce discours, il obtient la confiance par 374 voix contre 41.

Privilégiant de la sorte la conduite de la guerre, il délègue tout le reste à son chef de cabinet, Georges Mandel. De ce jeune homme brillant et déterminé qui le servit avec passion, il dit : « Il n'a pas d'idées mais il est prêt à les défendre jusqu'à la mort ! ».

Georges Clemenceau à la rose (1922)Contraint d'abandonner ses activités politiques après la guerre, Clemenceau se consacre à l'écriture de volumineux essais (Grandeur et misères d'une victoire, Au Soir de la Pensée) et à de grands voyages. En Asie, le 26 décembre 1920, il participe à une chasse au tigre chez son ami le maharadjah Gangâ Singh de Bikaner. Il écrit dans une lettre : « Vous pensez bien que j'ai déjà pris des leçons de chasse au tigre. C'est très simple. J'ai un fusil et le tigre n'en a pas ».

Rappelons ce qu'il écrivait dans son journal Le Bloc (en 1901) : « On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse ».

Dans un reportage tourné à son domicile vendéen peu avant sa mort, le vieux « Tigre » observe tendrement son petit chien, qui aboie tant et plus : « On dirait un vrai ministre ! Il aboie en reculant ».

On lui prête aussi cette formule (authenticité non garantie) : « Pour mes obsèques, je ne veux que le strict minimum, c’est-à-dire moi ».

Éternel amoureux

Concluons par une touche de tendresse : « Toute ma vie, j'ai été amoureux ». Quand Clemenceau rencontra Mary Plummer, de dix ans sa cadette, il lui demanda de choisir entre le mariage religieux souhaité par ses parents et lui. À quoi la belle Américaine répondit avec une touche d'inconscience : « Je choisis vous ». Et ils se marièrent le 15 juin 1869 à New York avant de traverser l'Atlantique... et de se séparer une dizaine d'années plus tard.

Bien qu'on lui ait prêté une vie sentimentale dissipée, Clemenceau n'a jamais affiché ses maîtresses.

Marguerite BaldensbergerEn bon bourgeois amateur de théâtre et cultivé, il recrutait volontiers celles-ci parmi les comédiennes et cantatrices. Ainsi eut-il pendant la guerre une liaison discrète avec Rose Caron, encore très séduisante à 50 ans passés. On lui attribue ce mot plaisant : « En amour, le meilleur moment est celui où l'on monte l'escalier ».

Sa dernière amie de coeur, l'éditrice Marguerite Baldensperger, de quarante ans sa cadette, avec laquelle il correspondit intensément, raconte de façon plus touchante l'une de leurs premières rencontres, le 21 juin 1923, alors qu'elle était en grand deuil suite à la perte de sa fille : « Très ému, il me dit : je vais beaucoup penser à vous (...) ». Avant cette phrase :  « Mettez votre main dans la mienne. Voilà, je vous aiderai à vivre et vous m'aiderez à mourir ».

André Larané

Publié ou mis à jour le : 2020-03-10 18:28:51

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net