Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 1er février 1328
La dynastie des Valois
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

1er février 1328

Le trône revient à Philippe de Valois


Le 1er février 1328, le roi de France Charles IV le Bel, troisième et dernier fils de Philippe le Bel, meurt sans postérité mâle comme ses frères aînés. Il ne laisse que des filles et sa troisième femme, Jeanne d'Évreux, est à nouveau enceinte. À qui confier la régence en attendant la naissance espérée d'un garçon ?

Le jour même de la mort du roi, les Grands du royaume l'attribuent au comte Philippe de Valois (31 ans), dont le père Charles était le frère cadet de Philippe le Bel. Philippe est donc le cousin germain des trois derniers rois.

Arrive deux mois plus tard le moment de l'accouchement. La reine donne le jour à... une fille. Pour la première fois depuis l'avènement d'Hugues Capet, il ne se trouve pas un garçon pour perpétuer la dynastie en ligne directe. La succession par les femmes est rejetée comme elle l'avait déjà été onze ans plus tôt, après la mort de Louis X le Hutin et de son fils Jean 1er le Posthume.

Retour au rite ancien de l'élection

Il ne reste plus aux Grands du royaume qu'à désigner le futur roi. Outre le régent Philippe de Valois, plusieurs prétendants revendiquent des droits sur la couronne.
- Le régent Philippe de Valois fait valoir de sa filiation avec Philippe III le Hardi, dont il est le petit-fils par son père (mais il n'est que le neveu de Philippe le Bel),
- Les droits du roi d'Angleterre ne sont pas minces car Édouard III est le petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, Isabelle, soeur des précédents rois,
- Le comte Philippe d'Evreux est en droit aussi de revendiquer la couronne car il est l'époux de Jeanne de Navarre, fille de Louis X le Hutin mais il n'insiste pas...

Les parents terribles d'Édouard

Isabelle, mère du roi d'Angleterre, a été mariée par son père Philippe le Bel au roi d'Angleterre Édouard II en 1308. Elle avait 16 ans et son époux 24. Homosexuel notoire, Édouard II se laisse manipuler par ses favoris et amants, en particulier un certain Gaveston, qui est assassiné par les barons en colère. Le roi se fait également battre par les Écossais et doit reconnaître leur indépendance sous l'autorité de leur roi Robert Bruce.

Isabelle, surnommée la «Louve de France», ne se fait pas faute de prendre un amant, lord Roger Mortimer. De France, où elle s'est réfugiée, elle noue une conspiration contre son mari et le renverse en 1326 avant de le faire exécuter quelques mois plus tard dans sa prison. Elle gouverne dans un premier temps au nom de son fils, né en 1312. Mais en 1330, Édouard III relègue sa mère au château de Norfolk et fait exécuter Mortimer. Il s'affirme très vite comme un souverain énergique, aux antipodes de son père. 

Après moult délibérations, à Vincennes, les Grands du royaume se décident le 8 avril 1328 à confier la couronne au régent Philippe de Valois. Aux yeux des féodaux et des juristes qui les assistent, celui-ci a pour principal avantage de n'être ni Anglais ni Navarrais ! C'est ainsi qu'il devient roi sous le nom de Philippe VI. Il est sacré à Reims le 29 mai suivant.

Sur le moment, le roi d'Angleterre accepte sa mise à l'écart. Le 6 juin 1329, dans la cathédrale d'Amiens, il rend l'hommage féodal à Philippe VI pour la Guyenne, qu'il tient du roi de France.

Beaucoup plus tard, les juristes tenteront de justifier l'élection de Philippe VI de Valois en invoquant une prétendue «loi salique» qui prohibe la transmission de la couronne par les femmes dans la tribu des Francs Saliens dont sont issus Clovis et ses descendants. En fait de «loi salique», ils exhibent un vieux document où il est simplement dit à propos de contrats de droit privé : « femme ne peut servir de pont et de planche » !

Une succession contestable

L'avènement de Philippe VI de Valois va entraîner moins de dix ans plus tard un conflit à multiples rebondissements entre les rois de France et d'Angleterre, entrecoupé de longues trêves... Beaucoup plus tard, au XIXe siècle, les historiens français conviendront de désigner cette longue période sous le nom de guerre de Cent Ans.

André Larané

Épisode suivant Voir la suite
Philippe VI (1293-1350)

Publié ou mis à jour le : 2017-01-04 09:50:51

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Max (04-01-201708:49:56)

Bonjour.
Quelqu'un pourrait-il expliciter cet énigmatique «femme ne peut servir de pont et de planche» !
Merci.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel est le règne le plus long de l'Histoire universelle ?

Réponse
Publicité