James Dean (1931 - 1955)

Le mythe de l'ado rebelle

James Dean en 1953. En agrandissement : James Dean dans La Fureur de vivre de Nicholas Ray (1955)Il est l’ado rebelle par excellence. Dans La Fureur de vivre (Nicholas Ray, 1955), le beau James Dean met son charisme et sa nonchalance au service d’un rôle qui lui collera pour toujours à la peau : celui d’un jeune en détresse auquel toute une génération va s’identifier. 

Sa mort tragique dans un accident de voiture alors qu’il n’a que 24 ans contribue à façonner son mythe. Une gloire éphémère ? Non, James Dean apparaît comme un éternel espoir du cinéma mondial... 

Charlotte Chaulin
Les premiers pas du jeune acteur

James Dean naît dans une famille de fermiers méthodistes à Marion, dans l’Indiana, le 8 février 1931. La famille s’installe plus tard à Santa Monica, en Californie. Il fait ses études à la public school du quartier de Brentwood à Los Angeles. Alors qu’il n’a que neuf ans, sa mère décède d’un cancer du col de l’utérus. Sa peine est immense. S’il était très proche d’elle, il l’est beaucoup moins de son père. Ce dernier s’étant endetté pour payer les soins de sa femme, il envoie James chez son oncle et sa tante à Fairmount, dans l’Indiana.

C’est au lycée que James fait ses premiers pas au théâtre. À 18 ans, il obtient le premier prix d’un concours d’art dramatique, ce qui le conforte dans sa vocation naissante. James retourne à Los Angeles et se crée un réseau, rencontrant notamment des gens de la radio CBS. Il prend des cours de comédie au prestigieux Actor’s Studio. 

Il joue dans une publicité pour Pepsi-Cola, tourne dans quelques épisodes de séries, puis fait ses débuts au cinéma dans deux films de série B en 1951, Le Jour où la Terre s’arrêta de Robert Wise et Baïonnette au canon de Samuel Fuller pour lesquels il n’est pas crédité. 

C’est sur les planches de Broadway en 1953 qu’il connaît le succès. James Dean joue le jeune Arabe Bachir dans la pièce d’André Gide L’Immoraliste qui raconte l’histoire d’un mariage brisé par une liaison homosexuelle. Sa prestation fait grand bruit et la critique lui décerne le prix du jeune acteur de théâtre le plus prometteur de l’année. 

Au cours d’une représentation de L’Immoraliste, le réalisateur Elia Kazan qui y assiste est scotché. Le jeu de James Dean est excellent et, surtout, le jeune homme correspond parfaitement à ce qu’il recherche. Après quelques essais, James Dean obtient donc le rôle de Cal, un jeune révolté en quête de l’amour de son père, dans l’adaptation cinématographique du roman de John Steinbeck : À l’est d’Eden. Le film reçoit le Prix du film dramatique au Festival de Cannes en 1955.

Beau, sensible, nonchalant, James Dean est le chouchou du public. Ado tourmenté, son incarnation de l’adolescent rebelle atteint son paroxysme dans La Fureur de vivre, réalisé en 1955 par Nicholas Ray. Il joue un garçon solitaire qui n’arrive pas à s’intégrer dans son nouveau lycée. Un rôle qui l’élève au rang d’idole des jeunes. 

En mai 1955, le réalisateur George Stevens fait appel à lui pour son film Géant et lui confie un rôle de jeune employé d’une ferme texane qui s’enrichit et se retourne contre ses employeurs. Les deux stars du film sont Elizabeth Taylor et Rock Hudson, James Dean n’a, lui qu’un rôle secondaire. Cela ne l’empêche pas de crever l’écran. À chacune de ses apparitions, le spectateur ne peut le lâcher des yeux. 

Une mort aussi soudaine que tragique

Deux semaines seulement après la fin du tournage, le 30 septembre 1955, il monte à bord de sa Porsche 550 Spyder décapotable, baptisée « Little Bastard », qu’il vient de s’acheter pour 6.900 dollars avec le cachet qu’il a obtenu pour le film. Passionné de cinéma, James Dean l’est tout autant des voitures et des courses automobiles. Il embarque avec lui son mécanicien et prend la route, les yeux alourdis par la fatigue. Après un premier contrôle routier pour excès de vitesse, il poursuit sa route pendant plusieurs heures sur la route 46 quand, à un croisement proche de la bourgade de Cholame, en Californie, survient le drame.

Photographie en noir et blanc de James Dean en 1955. En agrandissement : Porsche 550 Spyder, modèle dans lequel s'est tué James Dean.Un étudiant arrive en face et braque subitement pour tourner à gauche, lui coupant la priorité. L’étudiant fautif s’en sort avec quelques hématomes seulement. James Dean, lui, est tué sur le coup, victime du « coup du lapin ». Et dire que le jeune acteur venait de tourner un spot de prévention pour la sécurité routière…

Le jeune premier a enchaîné les romances avec des actrices et, au moment de sa mort, il était en couple avec Ursula Andress, la première James Bond Girl de l’Histoire.

Les fans ne se remettent pas de la nouvelle. Dévastés, ils écrivent par milliers au studio de la Warner Bros. La place manque pour ranger ces lettres d’amour enflammées envoyées encore des années après la disparition de l’acteur. 

Pour À l’est d’Eden et Géant, James Dean est nommé à l’Oscar du meilleur acteur. C’est la première fois qu’une nomination est décernée à titre posthume. Mais il faut croire qu’un acteur ne meurt jamais et le bel ado rebelle devrait réapparaître prochainement au cinéma grâce à des effets spéciaux dernier cri. 

Publié ou mis à jour le : 2021-06-22 13:58:21

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net