Bayard (1474 - 1524)

Le « bon chevalier sans peur et sans reproche »

Pierre terrail de Bayard, dit chevalier Bayard, lieutenant général du Dauphiné (1474 ; 30 avril 1524, Romagnano) ; XVIe siècle, Jacques de Mailles, Musée dauphinois)Le seigneur Pierre Terrail de Bayard débute dans le métier des armes à 13 ans comme page du duc Charles de Savoie, puis entre au service du roi de France Charles VIII et participe avec éclat aux guerres d'Italie.

En 1495, il se distingue à la bataille de Fornoue puis, en 1503, défend seul le pont de Garigliano face à 200 Espagnols aux ordres de Gonzalve de Cordoue, le capitaine des armées ennemies. Son héroïsme permet à ses compatriotes de se replier en bon ordre et lui vaut une renommée universelle.

À Guineguatte, en 1513, face aux Anglais, Bayard refuse de fuir avec le reste de l'armée. Fait prisonnier, il est libéré sans rançon par le roi Henri VIII en récompense de son courage.

En 1515, il s'illustre une nouvelle fois à Marignan. Au soir de la bataille, le jeune roi François Ier, admiratif de la conduite au combat du capitaine, lui demande de l'adouber. Bayard le sacre donc chevalier selon un rituel féodal alors tombé en désuétude depuis plusieurs siècles ! Mais selon l'historien Jacques Heers et quelques autres, il s'agirait là d'une légende revivifiée au XIXe siècle.

Bayard est de presque toutes les campagnes de François Ier. Lorsque reprend la guerre en 1521 contre les Anglais et les Impériaux, il défend avec succès la place de Mézières, dans les Ardennes, assiégée par ces derniers.

De retour en Italie, il est mortellement blessé par un tir d’escopette (un fusil que l’on portait en bandoulière) dans le dos en couvrant la retraite française après la défaite de Romagnano, en Italie. La chronique raconte qu'il serait mort adossé à un arbre, pour ne pas tourner le dos à l'ennemi !

D'après les Mémoires de Du Bellay, le connétable de Bourbon, chef des armées ennemies, qui a trahi son roi, vient au-devant de lui et lui fait part de sa pitié de voir en cet état « si vertueux chevalier ». À quoi Bayard aurait répondu : « Monsieur, il n'y a point de pitié de moi, car je meurs en homme de bien, mais j'ai pitié de vous, de vous voir servir contre votre prince, et votre patrie et votre serment ».

Respecté par ses amis comme par ses adversaires, Bayard a été qualifié par son compagnon d’armes Jacques de Mailles de « bon chevalier sans peur et sans reproche ». Il repose aujourd'hui au couvent des Minimes de la Plaine, à Saint-Martin-d'Hères (Isère).

Publié ou mis à jour le : 2023-12-30 22:35:06

Aucune réaction disponible

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net