Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> La rvolution silencieuse
La guerre froide
Le soulvement de Budapest
• 5 mars 1946 : dbut de la guerre froide
• 5 juin 1947 : le plan Marshall
• 25 fvrier 1948 : le coup de Prague
• 4 avril 1949 : fondation de l'OTAN
• 9 fvrier 1950 : le maccarthysme l'oeuvre
• 25 juin 1950 : dbut de la guerre de Core
• 5 mars 1953 : mort de Staline
• 17 juin 1953 : insurrection Berlin-Est
• 19 juin 1953 : les Rosenberg sont excuts
• 24 fvrier 1956 : rapport de Khrouchtchev au XXe Congrs
• 23 octobre 1956 : Budapest se soulve
• 1er mai 1960 : un avion-espion abattu au-dessus de l'URSS
• 12 aot 1961 : le Mur de la honte
• 22 octobre 1962 : affaire des fuses de Cuba
• 21 aot 1968 : invasion de la Tchcoslovaquie
• 1er aot 1975 : acte final de la confrence d'Helsinki
• 27 avril 1978 : coup d'tat Kaboul
• 13 dcembre 1981 : tat de guerre en Pologne
• 9 novembre 1989 : chute du mur de Berlin
• 21 dcembre 1991 : dissolution de l'URSS
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

La rvolution silencieuse

Quand le silence vaut rsistance


2 mai 2018 : Lars Kraumepart du rcit de Dietrich Garstka, ancien lycen est-allemand, pour nous raconter l'histoired'une audacieuse minute de silence dans l'Allemagne de l'Est des annes 50...

En 1956, cinq ans avant la construction du mur de Berlin, une classe de jeunes lycéens est-allemands décide de faire deux minutes de silence au début de leur cours d'histoire en signe de solidarité aux Hongrois qui mènent leur révolution. Une initiative qui n'est pas appréciée de tous...

Une plongée en RDA

La Révolution silencieuse (Lars Kraume, 2018)En toile de fond, il y a bien sûr l'insurrection de Budapest causée par l'éviction quelques mois plus tôt d'Imre Nagy, un communiste modéré qui avait eu le tort de dénoncer trop tôt les abus du stalinisme. C'est avec une réelle déception que les jeunes Allemands entendent ensuite le récit de la répression par les chars russes. Mais il y a aussi, ce que le film ne mentionne pas, le rapport Khrouchtchev présenté au XXe congrès du parti communiste en février de la même année, qui a donné l'impression d'un relâchement de l'autorité.

Les lycéens découvrent les événements de Hongrie dans la presse soviétique, mais aussi à la radio ouest-allemande (la RIAS) qu'ils écoutent en cachette et dans les actualités cinématographiques de Berlin-Ouest. La multiplication des points de vue ne nous donne pas une image exhaustive de la révolution de Budapest mais nous plonge dans une atmosphère où l'accès à l'information, et par là-même à la vérité, est toujours compliqué.

Derrière cette actualité immédiate, il y a aussi des allusions directes à l'insurrection ouvrière de Berlin-Est à laquelle a participé le père de l'un des élèves. En 1953, celle-ci s'est nourrie des espoirs nés de la mort de Staline, et donc d'une possible ouverture démocratique... avant d'être brutalement réprimée.

Le tableau historique est complété par l'héritage de la Seconde Guerre mondiale. Ce que les parents, ou même les grands-parents, des lycéens ont fait est d'une importance cruciale : ont-ils collaboré avec le régime ? Ont-ils été dans la Waffen SS ? Ou étaient-ils dans l'Armée rouge ? Le poids de ce passé pèse sur les enfants et l'on n'a de cesse de leur rappeler d'où ils viennent.

Parcours d'adolescents

La révolution silencieuseDerrière le contexte historique, le film de Lars Kraume raconte avant tout l'itinéraire de lycéens est-allemands des années 1950, qui ont leur caractère, leur famille et leurs histoires d'amour ; ce qui rend le film très agréable à regarder. Et si, comme le dit le directeur de l'école, leur minute de silence ne changera rien au destin des Hongrois, elle bouleverse néanmoins leur vie. 

Ils se retrouvent confrontés au pouvoir avec lequel viennent les pressions, les menaces et les interrogatoires. Ainsi est exposé tout le système de renseignement de la Stasi jamais nommée : la police secrète est-allemande connaît les parents des lycéens, parfois mieux que les enfants ne les connaissent eux-mêmes !

La révolution silencieuse a surtout le mérite de ne pas tomber dans la facilité : il n'y a pas l'Ouest libre d'un côté et l'Est répressif de l'autre. On suit des lycéens qui se révoltent contre l'occupation soviétique, qui écoutent la RIAS et vont au cinéma à Berlin-Ouest tout en croyant profondément au communisme. Le directeur comme les parents louent un système qui donne leurs chances aux ouvriers, même lorsque le manque de liberté est évident.

Lars Kraume nous livre l'image d'un pays déchiré par les séquelles de la Seconde Guerre mondiale, par la hantise de la collaboration et le souvenir tout proche du nazisme. Et c'est avec plaisir qu'on le suit à travers ce monde disparu !

Soline Schweisguth

Publié ou mis jour le : 2018-05-05 06:58:14

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Gilles. (09-05-201823:05:59)

L'Histoire nous apprend tout. Pass et avenir car elle se rplique. Telles les plaques tectoniques.
Il est difficile de croire dans les recommenements, et pourtant Pragues, Budapest...le Kosovo, le Ruwenda et la suite sans fin du moyen orient ... Mao, Castro.. On n'en finit pas! Ce que je n'arrive pas croire bien que n en 1939 est le fait d'hommes nfastes que la raison humaine n'a pas russi liminer des la survenue de leurs mfaits. Les services francais ont eu la possibilit d'li... Lire la suite

edzodu (07-05-201816:34:54)

Bonjour aux Amis de herodote.net

Si, comme moi votre naissance a t avant 1940 et la dclaration de la seconde guerre mondiale, que vous aurez vcu vous irez, comme je le ferais prochainement voir le film "La rvolution silencieuse" Je reste encore interrogatif la question que je me pose souvent: "Comment, des allemands, hommes ou femmes ont-ils pu suivre aveuglement la folie de Hitler et de Staline?"
Et je comprends que les jeunesses allemandes et russes puissent se pos... Lire la suite

siska (07-05-201809:47:46)

En 1956 j'avais 9 ans et je me souviens de mes parents coutant, la radio, dans un silence absolu les reportages venant de Hongrie.
Ils avaient vcu la guerre et les images revenaient, qui les avaient jamais marqus, par la rsistance hroque de ces hongrois qui s'opposaient des chars venus les anantir.
C'est aussi peut-tre de ce temps que datent ma passion pour le fait historique, mon amour de la libert et de la dmocratie car bien sr aprs il y avait les changes sur c... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'vasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhrez aux Amis d'Herodote.net

Qui a supervis l'dition de L'Encyclopdie ?

Rponse
Publicité