1885-1947

La renaissance hindoue

À la fin du XIXe siècle, après huit siècles d'effacement face aux conquérants musulmans d'origine turco-mongole, les hindous reprennent leur destin en main... Paradoxalement, c'est aux colonisateurs britanniques qu'ils doivent cette opportunité.

André Larané
L'hindouisme, troisième religion du monde

L'hindouisme, né dans la vallée du Gange il y a plus de 2000 ans, est aujourd'hui la religion de 80% des habitants de l'Union indienne. Il est présent dans les diasporas indiennes ainsi que dans quelques terres qui furent autrefois sous l'influence culturelle de l'Inde comme par exemple l'île de Bali, en Indonésie, dont le million d'habitants est très majoritairement hindouiste.

Avec plus d'un milliard de fidèles, c'est la troisième religion de la planète après le christianisme et l'islam mais elle est étroitement identifiée à l'Inde, celle-ci étant d'ailleurs souvent qualifiée d'Hindoustan (pays de l'hindouisme)...

L'autonomie revendiquée

L'unification de l'Inde par les Anglais et l'éviction des musulmans des postes de commandement ont pour effet de réveiller le sentiment national hindou.

La révolte des cipayes entraîne la liquidation de la Compagnie des Indes et la mainmise complète du gouvernement britannique sur les Indes avec un secrétaire d'État à Londres et un vice-roi à Delhi. Le 1er janvier 1877, la reine Victoria reçoit très officiellement le titre d'impératrice des Indes, à l'initiative du Premier ministre Benjamin Disraëli. Avec des vice-rois et des hauts fonctionnaires généralement compétents et probes, c'en est fini de la gabegie antérieure.

Les Britanniques introduisent des codes de lois communs à l'ensemble des habitants, non sans réprimer au passage des pratiques contestables comme le sati (l'obligation pour les veuves de se sacrifier sur le bûcher de leur époux).

Ils intègrent assez largement les Indiens à l'administration, la justice et l'armée. Les enfants des élites, comme Gandhi et Nehru, accèdent aux universités anglaises. Ils découvrent les vertus de la démocratie parlementaire et de l'État de droit... et sauront plus tard user de ces principes dans leur lutte contre les Britanniques.

Daybouk ou astronome hindou, François Balthazar Solvyns, Les Hindous, 1808-1812, Paris, Gallica, BnF.Grâce aux érudits anglais, les Indiens découvrent aussi les textes, l'art et l'histoire de l'Inde ancienne. Cela commence dès 1834 avec le déchiffrage des chroniques d'Açoka, un grand roi du IIIe siècle. On assiste dès le début du XIXe siècle à un «aggiornamento» de l'hindouisme, libéré de ses complexes après que l'islam eut perdu sa prééminence.

Le mouvement débouche en 1885 sur la constitution à Bombay du Congrès national indien, à l'initiative du vice-roi britannique qui souhaitait pouvoir dialoguer avec un organe représentatif de l'ensemble des Indiens. Le Congrès se présente à ses débuts moins comme un parti politique que comme un rassemblement des élites (intellectuels, avocats, propriétaires...) essentiellement hindoues. Il prône des réformes dans le respect de la légalité britannique.

En 1906, à Calcutta, pour la première fois, le Congrès revendique l'autonomie interne de l'Inde. La même année, l'Aga Khan, chef de l'importante communauté musulmane des Ismaëliens, fonde la Ligue musulmane en vue de représenter les musulmans (environ un quart des 350 millions d'Indiens).

L'Histoire amorce un tournant... Un an plus tôt, en Extrême-Orient, la flotte japonaise a envoyé par le fond la flotte russe. Cette première défaite d'une puissance européenne (encouragée en sous-main par les Britanniques !) a eu un immense retentissement dans toute l'Asie et particulièrement en Inde.

Pendant la Grande Guerre, les Indiens demeurent loyaux à l'égard des Anglais. 1.300.000 d'entre eux prennent part aux combats et 100.000 y trouvent la mort. En 1917, le secrétaire d'État pour l'Inde, lord Montagu, leur promet une autonomie interne analogue à celle des dominions, le Canada et l'Australie. Las, à peine le conflit est-il terminé que les promesses sont oubliées. Il s'ensuit divers mouvements d'humeur et un très grave dérapage à Amritsar, dans la ville sainte des Sikhs, avec le massacre délibéré de plusieurs centaines de manifestants pacifiques.

Pour Mohandas Gandhi, un avocat de 50 ans devenu le chef le plus écouté du Congrès, l'heure de l'indépendance a sonné. Reste à s'assurer que celle-ci se fasse dans de bonnes conditions, sans violence et sans rupture de l'unité !...

L'indépendance dans la violence et la division

Les Britanniques réagissent à la montée des revendications en élargissant la représentation des communautés indiennes dans les assemblées et les gouvernements provinciaux. Mais rien n'y fait. Gandhi multiplie les actions de désobéissance civile jusqu'à la spectaculaire «marche du sel» qui oblige le gouvernement à renoncer aux taxes sur le sel.

Le Premier ministre travailliste Ramsay MacDonald ouvre dès le 13 novembre 1930 à Londres, sous l'égide du roi George V, une première table ronde destinée à débattre d'une hypothétique indépendance de l'Inde. Deux autres suivront les années suivantes mais sans plus de résultat les unes que les autres.

Les discussions achoppent en effet très vite sur les modalités de l'indépendance (faut-il accorder aux États princiers le droit de sécession ? quelle garantie pour la minorité musulmane ? quel statut pour les Intouchables ?...). Pendant ce temps, les mouvements de désobéissance civile n'en finissent pas de perturber le sous-continent.

Le 2 août 1935, Londres promulgue une nouvelle loi, le Government of India Act, qui détache de l'Inde la Birmanie et surtout transforme l'Inde en une fédération de onze provinces avec chacune leur gouvernement et leur assemblée.

Les premières élections, en 1937, débouchent sur une nette victoire du Congrès avec le résultat paradoxal d'entraîner une rupture entre hindous et musulmans. Ces derniers, représentés par la Ligue musulmane, s'offusquent d'être tenus à l'écart du travail des assemblées par les élus du Congrès et s'inquiètent d'un système électoral qui lamine les minorités.

Au sein de la Ligue, le poète Mohammed Ikbal lance l'idée d'un État musulman autonome. Sous le nom de Pakistan, inventé en 1933, cet État regrouperait les deux principaux territoires à majorité musulmane, l'un à l'ouest, suivant la vallée de l'Indus, l'autre à l'est, à l'embouchure du Brahmapoutre, et pourquoi pas ? un troisième territoire autour d'Hyderabad, au centre de la péninsule. Il serait indépendant ou lié au reste du pays dans une structure confédérale. Cette perspective finit par séduire le chef de la Ligue, Mohammed Ali Jinnah, qui s'y rallie en 1940, mais elle scandalise Gandhi, qui veut tout faire pour l'empêcher.

Là-dessus arrive la Seconde Guerre mondiale. En 1942, les Japonais atteignent la Birmanie et menacent Calcutta ! Le Mahatma condamne l'alliance avec l'ennemi japonais dans laquelle se compromet l'ultra-nationaliste Chandra Bose et son Armée nationale indienne, recrutée parmi les prisonniers. Mais dans le même temps, il fait échouer la mission de Stafford Cripps, ministre du cabinet Churchill, chargé de rapprocher hindous et musulmans et de les unir contre l'ennemi commun.

Il lance même le 8 août 1942, à Bombay, un mot d'ordre radical à l'adresse des Britanniques : «Quit India !» (Quittez l'Inde !). Il s'ensuit une nouvelle vague de désobéissance civile qui contrarie l'effort de guerre anglais. Gandhi et plusieurs leaders du parti du Congrès sont à nouveau emprisonnés.

Les Britanniques se détournent des affaires indiennes... Ainsi ne font-ils rien ou presque pour enrayer une famine au Bengale en 1943 (trois millions de morts). En mai 1945, pressé d'en finir, le vice-roi Lord Wavell présente un plan de compromis qui vise à la création d'un conseil exécutif dans lequel hindous et musulmans seraient équitablement représentés. Il convoque une conférence à Simla, au nord de l'Inde, le 25 juin 1945, pour en débattre. Mais Ali Jinnah revendique pour la Ligue musulmane le droit de représenter exclusivement ses coreligionnaires. Le parti laïc du Congrès conteste sa prétention. La conférence se conclut sur un échec le 14 juillet 1946.

Londres, qui a d'autres soucis en tête, ne veut pas retarder plus longtemps l'indépendance des Indes. Le Parlement de Westminster vote une loi, l'Indian Independence Bill, le 4 juillet 1947. L'indépendance est célébrée le 15 août 1947. Mais les réjouissances ne durent pas. Presqu'immédiatement, musulmans et hindous s'affrontent avec la plus extrême violence.


Publié ou mis à jour le : 2019-05-14 14:36:10

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net