Léon Bourgeois (1851 - 1925)

L'inventeur du solidarisme

Léon Bourgeois est un personnage délaissé par les manuels scolaires. Pourtant, il gagne à être connu pour sa brillante carrière politique : nommé 9 fois ministre, il a aussi été Président du Conseil, président de la Chambre des députés et président du Sénat. Ajoutons à ce palmarès de nombreuses idées sociales pionnières, telles que le droit à la retraite pour les ouvriers ou l'impôt sur le revenu, décrites dans son ouvrage Solidarité (1896). Premier président de la Société des Nations (SDN), il reçut le Prix Nobel de la Paix en 1920. Nous revenons ici sur son parcours inspirant.

Pénélope Pélissier

Le solidarisme : une nouvelle doctrine sociale

Avocat, député, secrétaire général de la Marne, sous-préfet à Reims, préfet du Tarn: Léon Bourgeois enchaîne les fonctions sous la IIIe République.

En novembre 1887, il devient préfet de police, mais doit partir pour des raisons de santé. Il est cependant parvenu à convaincre le gouvernement de ses compétences : en 1890, on le nomme ministre de l'Intérieur, puis ministre de la Justice en 1893 et ministre de l'Instruction Publique en 1890. Président du Conseil (chef du gouvernement) du 1er novembre 1895 au 22 avril 1896, ce républicain dans l'âme recommande la séparation des Églises et de l'État mais doit finalement s'incliner face à l'opposition et démissionner.

En 1896, il théorise le solidarisme, une doctrine républicaine située à mi-chemin entre collectivisme et individualisme. S'inspirant des travaux de Pasteur sur l'hygiénisme pour mettre en avant l'interdépendance inhérente entre être humains, il affirme dans son livre Solidarité que « l'individu isolé n'existe pas » (1896). Plusieurs innovations sociétales du siècle suivant proviennent du solidarisme : l'impôt sur le revenu et sur les successions, la protection sociale, le droit à la retraite pour les ouvriers...

Un homme de coeur en politique

Il revient ensuite avec force en politique en entrant au Parlement : il est président de la Chambre des députés de 1902 à 1904. Au ministère du Travail en 1910, Léon Bourgeois instaure les Retraites ouvrières et paysannes (ROP). L'année suivante, un autre radical progressiste, Joseph Caillaux, instaure l'impôt progressif sur le revenu.

En janvier 1921, il est réélu président du Sénat.

Léon Bourgeois s'engage au niveau européen : il représente la France aux conférences de la paix de La Haye (1899 et 1907). Il propose à ses pairs un procédé spécifique d'arbitrage pour le règlement des conflits internationaux.

En 1919, il devient le premier président de la Société des Nations (SDN). L'année suivante, il obtient le Prix Nobel de la Paix pour les actions menées durant son mandat. 

Outre sa carrière politique, Léon Bourgeois est également membre d'honneur de la Société nationale des Beaux-Arts et sculpteur. La plupart de ses oeuvres sont conservées au musée des Beaux-arts et d'archéologie de Châlons-en-Champagne.

Publié ou mis à jour le : 2021-02-24 14:05:11

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net