L’art en guerre (1938-1947)


Marc Chagall, Résistance et les autres (1937-1948, Huile sur toile de lin, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris, RMN / Gérard Blot)Vous avez raté l'exposition Hopper à Paris ? N'ayez pas de regret. Si vous habitez à Paris ou passez dans la capitale d'ici le 17 février 2013, précipitez-vous au musée d'art moderne de la ville de Paris, près du Trocadéro. Là se tient une grande exposition consacrée à l'art en guerre (1938-1947) avec 400 oeuvres d'une centaine d'artistes au total.

De Picasso à Dubuffet en passant par Fernand Léger, Otto Dix, Joan Miro, Marc Chagall (ci-contre) etc, tous les grands artistes de l'époque sont ici réunis dans une profusion d'oeuvres exceptionnelle. Ils sont accompagnés d'artistes moins connus mais représentatifs des tourments de l'époque.

L'essentiel est dans la dramaturgie de l'exposition qui oppose les artistes résistants ou opprimés à ceux qui cédèrents aux sirènes du vainqueur.

On voit des dessins réalisés avec des matériaux de fortune par des artistes de différentes nationalités dans les camps où ils avaient été internés par le gouvernement français. Parmi ces derniers Max Ernst.

On découvre en parallèle les oeuvres réalisées par des artistes dont certains apportèrent ouvertement leur soutien à l'occupant nazi.

Le 16 octobre 1941, Robert Brasillach, Jacques Chardonne, Pierre Drieu La Rochelle et Marcel Jouhandeau participent à Weimar à un Congrès des écrivains européens. Le même mois, les peintres Derain, Van Dongen, Vlaminck et Dunoyer de Segonzac, de même que le sculpteur Paul Belmondo (1898-1982), participent à un voyage culturel organisé en Allemagne par l'ambassadeur allemand à Paris Otto Abetz et le sculpteur officiel du régime hitlérien Arno Breker. L'écrivain Jean Cocteau rendra d'ailleurs un hommage appuyé à ce dernier.

Pablo Picasso, L’aubade, 1942 (Huile sur toile, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris, DR)

Notons que Pablo Picasso, pendant l'Occupation, demeure reclus à Paris. Intouchable, mais interdit d'exposition, il se tient précautionneusement à l'écart du pouvoir. On le voit ici photographié par Brassaï dans son studio des Grands Augustins où il multiplie les chefs d'oeuvre. Tout aussi intouchables de par leur notoriété, Bonnard, Matisse et Rouault demeurent dans le Midi.


Entrée : 11 euros (tarif réduit : 5,50 euros) euros
Site internet : cliquez ici

Publié ou mis à jour le : 2016-06-30 14:08:57

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net