François de Charette (1763 - 1796)

Insoumis vendéen

Ancien lieutenant de vaisseau, François de Charette fut entraîné par les paysans vendéens à la tête de leur insurrection royaliste. Forte tête, Charette se désolidarisa souvent des autres chefs vendéens, prenant ses décisions seul. Mais, après avoir conclu une trêve avec la Convention, il reprit le combat en Bretagne en 1795. Cette décision signa sa perte...

Pénélope Pélissier

Un officier au service de la cause vendéenne

François de Charette par Jean-Baptiste Paulin Guérin, 1816. Source : Musée d'art et d'Histoire de Cholet.François Athanase Charette de la Contrie est né le 2 mai 1763 à Couffé, non loin de Nantes, dans une famille noble.

Après avoir étudié à l'école des Gardes de la Marine, il devient lieutenant de vaisseau en 1787. Il participe à de nombreuses batailles dans le monde entier : en Russie, en Amérique, au Maghreb...

En 1790, il revient au pays pour épouser la veuve de son cousin, qui a quatorze ans de plus que lui !

Le couple s'installe en Vendée, dans le manoir de Fonteclose. Il émigre ensuite en 1791 à Coblence, en Allemagne, d'après les dires de certains historiens, puis rentre en France l'année suivante.

L'année 1793 marque un tournant pour le jeune homme : le 27 mars, des paysans vendéens viennent le chercher chez lui. Ils lui demandent de devenir leur chef pour remplacer Louis-Marie de la Roche Saint-André, mort à Pornic en combattant l'armée républicaine.

Charette, loin d'être enchanté par cette offre, tente de se dérober en se cachant sous son lit ! Finalement, il accepte. Sa première démarche ? Reprendre Pornic aux républicains.

Suite à cette victoire, l'officier adopte sa célèbre devise « Combattu : souvent, battu : parfois, abattu : jamais ». Il la met en application dès le 30 avril en défendant la ville de Legé, puis en combattant vaillement à Saumur au mois de juin, soutenu par des déserteurs républicains.

Combatif mais farouchement indépendant

François de Charette s'engage avec ses hommes aux côtés de la « Grande Armée Catholique et Royale » de Jacques Cathelineau et du marquis de Lescure. Mais leur tentative pour s'emparer de Nantes le 29 juin 1793 est un sévère échec. Heureusement vient ensuite une réussite : la prise de Tiffauges le 19 septembre par Lescure et Charette.

En octobre 1793, n'obéissant pas aux consignes de ses alliés et partenaires, Charette s'empare de l'île de Noirmoutier en ne craignant pas de traverser à marée montante le gué qui sépare l'île du continent.

Statue de Charette lors de son exécution. Source : Parc du château de la Contrie, à Couffé.Dans le même temps, l'Armée catholique et royale subit un terrible échec à Cholet. C'est le début de la fin. Les défaites se succèdent pendant que les « colonnes infernales » du général Turreau ravagent la Vendée.

Suite à la chute de Robespierre et à la fin de la Terreur, la Convention demande aux  généraux Lazare Hoche et Jean-Baptiste-Camille de Canclaux de ramener la paix dans la région.

La soeur de Charette convainc celui-ci de négocier avec les nouveaux chefs républicains. Après plusieurs jours de négociations, un traité de paix est conclu au manoir de La Jaunaye, près de Nantes, le 17 février 1795.

Les Vendéens obtiennent le droit de pratiquer le culte catholique et sont dispensés de tout devoir militaire envers la République. On promet aussi de leur rendre les biens qui leur avaient été confisqués. Hoche doit veiller à l'application de ces mesures.

Dix jours plus tard, ceint de l'écharpe blanche des royalistes, Charette défile à Nantes avec quelques-uns de ses officiers ainsi qu'avec le général républicain Canclaux et le représentant en mission Ruelle. 

Exécution du général Charette place de Viarme à Nantes, par Julien Le Blant, 1883.

Jusqu'auboutiste à Quiberon

Les paysans vendéens, qui ont retrouvé leurs églises et leurs curés, n'ont plus envie de se battre. Mais Charette, quant à lui, se prend au jeu. Peut-être ému par la mort du malheureux Louis XVII, l'enfant de Louis XVI, il noue à Belleville, le 25 juin 1795, une alliance secrète avec des représentants du comte de Provence, frère cadet de Louis XVI, futur Louis XVIII. Les Anglais lui offrent un appui intéressé.

C'est ainsi qu'une troupe de quelques centaines de royalistes armés venus d'Angleterre débarque deux jours plus tard à Carnac. Mais, alors que le général Hoche se prépare à les affronter, ses chefs se disputent sur la conduite à tenir.  

Le 21 juillet, Hoche inflige aux royalistes une défaite à Quiberon. 750 prisonniers sont sommairement jugés à Auray et fusillés sur la plage malgré la promesse de leur rendre la vie sauve.

Monument érigé en l'honneur de Charette, Saint-Sulpice-le-Verdon.Il en faut davantage pour décourager Charette. En dépit de son isolement volontaire, il se propose d'organiser un nouveau débarquement de royalistes avec à leur tête le comte d'Artois, futur Charles X.

En octobre 1795, ce dernier atteint l'île d'Yeu mais, jugeant la situation trop dangereuse à son goût, il préfère rembarquer pour l'Angleterre. Apprenant cela, Charette dit à l'envoyé du prince : « C’est l’arrêt de ma mort que vous m’apportez. Aujourd’hui j’ai quinze mille hommes, demain je n’en aurai pas trois cents. Je n’ai plus qu’à me cacher ou à périr : je périrai. ».

Traqué dans le bocage vendéen, il tente de rejoindre Jean-Nicolas Stofflet, qui continue le combat en Anjou. Mais ce dernier est arrêté et fusillé le 25 février 1796.

Les républicains se mettent en quête du dernier fauteur de troubles : Charette. Ils l'arrêtent dans sa région natale, à Saint-Sulpice-le-Verdon, et le fusillent à Nantes quelques jours plus tard, le 29 mars 1796.

Un monument a été érigé en sa mémoire dans le bois de la Chabotterie, à Saint-Sulpice-le-Verdon. De nombreuses rues de Vendée et de Loire-Atlantique portent aujourd'hui son nom, et un spectacle en son honneur a été créé au Puy du Fou.

Publié ou mis à jour le : 2021-04-05 15:08:10

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net