Empire carolingien

Du trait de Verdun au trait de Mersen

L'empire fondé par la famille des Pippinides et son plus illustre rejeton, Charlemagne, est l'héritier direct du Regnum Francorum, le royaume franc de Clovis et des mérovingiens. À sa mort, le 28 janvier 814, le grand empereur ne laisse heureusement qu'un fils légitime. Celui-ci, sous le nom de Louis le Pieux, recueille l'héritage intact. 

Mais quand il meurt à son tour le 20 juin 840 en laissant trois fils, la règle germanique du partage entre les héritiers reprend le dessus. Elle aboutit très vite à l'éclatement de cet empire carolingien et conduit à l'émergence des grandes nations actuelles (France, Allemagne...).

Division de l'empire carolingien

Division de l'empire carolingien aprs la mort de Charlemagne (814)

Les premiers conflits successoraux surviennent avec les petits-fils de Charlemagne. Charles le Chauve et Louis le Germanique commencent par se liguer contre leur aîné, Lothaire, et font à Strasbourg, le 14 février 842, le serment de s'entraider. Le conflit s'achève provisoirement l'année suivante, en août 843, par un compromis entre les trois frères conclu à Verdun.

- traité de Verdun (août 843) :

Par le traité de Verdun, Louis le Germanique s'assure la Francia orientalis (l'Allemagne actuelle) et Charles le Chauve, son demi-frère, né de Judith de Bavière, la Francia occidentalis.

Lothaire, l'aîné, obtient le titre impérial, purement honorifique, et se contente de la partie centrale de l'empire, la Francie médiane. Son domaine consiste en une frange de territoires étirée des bouches de l'Escaut à la plaine du Pô, en Italie, en passant par le couloir rhénan et le sillon rhôdanien.

Aucune considération ethnique n'intervient dans ce découpage à la hâche. Ainsi la Francie occidentale s'approprie-t-elle la Flandre littorale de langue germanique, jusqu'aux bouches de l'Escaut...

- traité de Prüm (855) :

Lothaire 1er ajoute à la difficulté en partageant son domaine entre ses trois fils, à la veille de sa mort, en 855, par le traité de Prüm (dans le massif de l'Eifel, à l'est des Ardennes).

- son fils aîné devient à son tour empereur sous le nom de Louis II et conserve l'Italie.

- le second, Charles, devient roi de Bourgogne. Ses territoires s'étendent en fait de la Méditerranée à la Bourgogne actuelle, en incluant la Provence, Lyon et la Suisse.

- le troisième, Lothaire II, reçoit la partie septentrionale, située entre la Meuse et le Rhin. Il lui donne son nom. C'est la «Lotharingie» (après moult déformations, ce nom deviendra... Lorraine). Cette province médiane et indéfendable va dès lors susciter la convoitise de ses deux puissants voisins : la Francie occidentale et la Francie orientale.

- traité de Mersen (août 870) :

À la mort de Lothaire II, en 870, Charles le Chauve et Louis le Germanique, toujours gaillards, se partagent son royaume sans façon. Ainsi la Francie orientale et la Francie occidentale ont-elles désormais une frontière commune qu'elles ne vont cesser de vouloir repousser dans un sens ou dans l'autre.

André Larané
Publi ou mis jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20/an!

Actualits de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimdia
vidos, podcasts, animations

Galerie d'images
un rgal pour les yeux

Rtrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivit Herodote.net