Dada et le surréalisme - L'imagination au pouvoir ! - Herodote.net

Dada et le surréalisme

L'imagination au pouvoir !

Découvrant en 1917 les décors que Picasso a créés pour le ballet Parade, Apollinaire s'enthousiasme pour cette « sorte de sur-réalisme où [il] voit le point de départ d'une série de manifestations de cet esprit nouveau qui [...] se promet de modifier de fond en comble les arts et les mœurs ».

Il ne pensait pas si bien dire ! À la suite de Dada, les surréalistes vont ouvrir la création artistique et littéraire sur de nouveaux horizons et souffler un vent frais sur les « Années folles » d'après la Grande Guerre.

NB : vous pouvez accéder aux légendes en laissant glisser la souris sur les images.

Max Ernst, Le Couple, 1923, Rotterdam, Boijmans Van Beuningen

Une naissance dans la douleur

Dada. Affiche du manifeste, 1918« Dada » : c'est ce mot enfantin qui, choisi en ouvrant au hasard un dictionnaire, va bouleverser le paysage artistique de l'époque.

Nous sommes le 8 février 1916, au cabaret Voltaire de Zurich, en Suisse, où s'est réfugié un groupe d'intellectuels cosmopolites autour de l'écrivain allemand Hugo Ball.

Contestataires ou simplement désespérés, ils ont fui la Grande Guerre qui brûle l'Europe. Pour crier leur désespoir face à l'horreur, ils choisissent les armes de la dérision et du nihilisme.

Il s'agit de faire table rase du passé et, si possible, de terroriser cette bourgeoisie qu'ils tiennent pour responsable des combats.

Parmi eux se fait remarquer un jeune Roumain affublé d'un éternel monocle et d'un surnom sonore : Tristan Tzara (« terre » en roumain).

Marcel Duchamp, L.H.O.O.Q., parodie de La Joconde de Léonard de Vinci, 1919Admirateur sans bornes d'Arthur Rimbaud et de Guillaume Apollinaire, eux-mêmes pourfendeurs de la poésie traditionnelle, il publie en 1918 un Manifeste Dada où il appelle à « détrui[re] les tiroirs du cerveau et ceux de l’organisation sociale » pour mettre fin à « l’état de folie, de folie agressive, complète, d’un monde laissé entre les mains des bandits, qui se déchirent et détruisent les siècles ».

L'appel est entendu : Dada va réveiller le monde de l'art.

Dada réussit à se faire remarquer notamment grâce à Marcel Duchamp, maître ès provocation : avec ses ready-made dont le célèbre urinoir transformé en Fontaine (1917), il oblige à s'interroger sur le sens du mot « art ».

Et celui-ci devient beaucoup moins sérieux dès lors que la Joconde apparaît avec une belle moustache (1919)...

« Pour faire un poème dadaïste »

« Prenez un journal.
Prenez des ciseaux.
Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.
Découpez l’article.
Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet article et mettez-les dans un sac.
Agitez doucement.
Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre.
Copiez-les consciencieusement dans l’ordre où elles ont quitté le sac.
Le poème vous ressemblera.
Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire »
.

(Tristan Tzara, Littérature, 1920)

Photographie d'André Breton, René Hilsum, Louis Aragon et Paul Eluard prise pour la sortie de Dada 3, 1920, Paris, Centre Pompidou

Dada est mort ? Vive le surréalisme !

Au cri de « Lâchez tout ! », André Breton bat le rappel : Paul Éluard, Robert Desnos ou encore Joseph Delteil viennent rejoindre Louis Aragon et Philippe Soupault.

Pour la nouvelle génération, c'est « un peu de la servilité humaine qui s'en va » (Breton). S'ils n'ont pas le sou, ces anticonformistes adeptes des débats de fond de cafés ne sont pas en manque d'idées. Pour les canaliser, Breton va jouer de son charisme en s'imposant comme chef de fil pour publier en 1924 la revue La Révolution surréaliste puis Le Manifeste du surréalisme.

« Surréalisme, n. m. Automatisme psychique pur, par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale » (André Breton, Le Manifeste du surréalisme, 1924).

Publié ou mis à jour le : 2018-04-06 22:08:31

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès