Charles X (1757 - 1836) - Le dernier Bourbon - Herodote.net

Charles X (1757 - 1836)

Le dernier Bourbon

Plus jeune frère de Louis XVI, le comte d'Artois (66 ans) succède à Louis XVIII le 16 septembre 1824 sous le nom de Charles X. Son avènement, dix ans après la chute de Napoléon 1er, semble assurer le triomphe définitif des ultraroyalistes, désireux de restaurer l'Ancien Régime et d'effacer 1789 !

Le comte d'Artois lui-même n'avait-il pas lui-même pris le chemin de l'exil dès le lendemain de la prise de la Bastille ?

Grâce au suffrage censitaire qui limite le droit de vote à un petit nombre de contribuables aisés, les ultras ont remporté les élections parlementaires dès 1821 et leur chef, le comte Jean-Baptiste de Villèle (51 ans), ancien maire de Toulouse, a accédé à la tête du gouvernement (la présidence du Conseil) au printemps suivant.

Le roi Charles X conserve Villèle à la tête du gouvernement et lui donne carte blanche. Dès le 24 mars 1825, Villèle fait voter le «milliard des émigrés» pour indemniser ceux-ci. 

Le 20 avril 1825, Villèle fait voter une loi sur le Sacrilège en croyant de la sorte «re-christianiser la France». Le texte condamne à mort, avec amende honorable (obligation de se repentir en public avant l'exécution) toute personne qui aurait en public profané des hosties ou les vases les contenant ! C'est du jamais vu. Cette loi, qui assimile le sacrilège à un parricide, est promulguée malgré les critiques, y compris chez les  «ultras» (Chateaubriand, Molé, Broglie...). Mais elle ne sera jamais appliquée et le successeur de Charles X l'abrogera sans attendre, le 11 octobre 1830. 

Pour couronner le tout, si l'on peut dire, le roi remet au goût du jour la cérémonie du sacre à Reims, un demi-siècle après la précédente, à l'avènement de Louis XVI.

L'opinion publique finit toutefois par se rebiffer et Villèle ne peut, en avril 1826, rétablir le droit d'aînesse, aboli par la Révolution.

Confronté à une opposition grandissante, Charles X nomme à la tête du gouvernement, le 8 août 1829, son ami le prince Jules de Polignac, ultra parmi les ultras. Et pour détourner l'attention de l'opinion, il lance une expédition contre Alger ! En vain, la Révolution des Trois Glorieuses a raison du dernier Bourbon...

Fabienne Manière
Publié ou mis à jour le : 2019-07-10 11:21:36

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux