Une éruption de nouvelles civilisations

Bouddhisme et hindouisme naissent en Inde

Au 1er millénaire av. J.-C., la civilisation indienne prend forme en même temps que les grandes religions orientales.

D’un point de vue géographique, le sous-continent indien est délimité par un arc de montagnes dominé par la chaîne de l’Himalaya. À l’ouest pourtant, elle autorise les mouvements de population : c’est par là que se feront la quasi-totalité des apports extérieurs.

Deux grands fleuves se distinguent : l’Indus à l’ouest, qui irrigue une plaine désertique, et le Gange au nord. Si le premier a vu le développement de l’antique civilisation harappéenne, c’est le second qui va voir l’essor de la civilisation indienne...

Vincent Boqueho
Inde : naissance du bouddhisme et de l'hindouisme (Vincent Boqueho, pour Herodote.net)
 

Premier foyer religieux

Entre 1900 et 1800 av. J.-C., la civilisation de l’Indus s’effondre rapidement. Cela coïncide avec l’arrivée de populations indo-européennes en provenance d’Asie Centrale, les Indo-aryens. Ceux-ci s’installent sur les rives des 2 fleuves, supplantant peu à peu les populations dravidiennes locales. Ils apportent avec eux leur religion animiste et polythéiste : le védisme, qui servira de substrat à l’hindouisme. Certains gagneront le Sri Lanka un peu plus tard, donnant naissance au peuple cinghalais.

Un long millénaire très obscur s’écoule, méconnu faute d’écriture. L’héritage de la civilisation de l’Indus se maintient peut-être dans les rites de purification par l’eau. La situation s’éclaircit un peu vers -600 : des républiques et de grands royaumes émergent, parmi lesquels certains comme le Magadha connaîtront un vif éclat. Les prêtres appelés brahmanes s’érigent peu à peu en caste dominante. Le védisme prend une forme de plus en plus ritualisée, donnant naissance au brahmanisme.

Vers 545 av. J.-C., le Perse Cyrus II le Grand s’avance jusqu’en Inde et fait la conquête du royaume de Gandhara, qui deviendra l’une des satrapies les plus riches. L’empire perse va exercer une certaine influence sur l’Inde : la diffusion de l’écriture va donner naissance au brahmi, qui servira à coucher par écrit les textes sacrés du védisme, les Veda. La langue utilisée est le sanskrit, qui sert encore aujourd’hui de langue sacrée. Notons que la proximité culturelle et linguistique avec l’Iran est très ancienne puisque les 2 régions ont vu arriver simultanément les mêmes migrations indo-européennes.

Vers 500 av. J.-C., le brahmanisme s’est enrichi de nouveaux textes jusqu’à devenir l’hindouisme. C’est à cette époque que vit Siddhartha Gautama, le Bouddha. Il est né d’une famille princière au pied de l’Himalaya. Découvrant la misère du peuple, il renonce à tous ses biens et pratique l’ascétisme. À 35 ans, il atteint l’Éveil par la méditation, s’affranchissant des causes de la souffrance.

Son enseignement va donner naissance au bouddhisme : par opposition à l’hindouisme, il se dégage de l’influence des brahmanes en offrant un chemin permettant à chacun d’atteindre l’illumination. Le Bouddha est contemporain de Mahavira, fondateur du jaïnisme. Assez proche du bouddhisme, il met en avant la non-violence destinée à sortir du cycle de réincarnations.

On le voit, la civilisation indienne est née d’apports divers qui se sont influencés mutuellement. En 400 av. J.-C., elle est déjà bien établie et prête à entrer dans la période historique.

 


Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 11:22:50

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net