7 août 1932

« Grande famine » et Holodomor ukrainien

Le 7 août 1932, le gouvernement de l'URSS promulgue une loi qui punit de dix ans de déportation, voire de la peine de mort, « tout vol ou dilapidation de la propriété socialiste », y compris le simple vol de quelques épis dans un champ.

Cette loi, dite « loi des épis », survient alors que les campagnes soviétiques connaissent un début de famine du fait des réquisitions forcées par le pouvoir. Elle va considérablement aggraver la situation des paysans et plusieurs millions d'entre eux vont mourir de faim en à peine neuf ou dix mois en Ukraine (3,5 millions de morts environ) mais aussi sur les bords de la Volga et au nord du Caucase (plusieurs centaines de milliers de morts) ainsi qu'au Kazakhstan (1,5 million de morts).

Baptisée Holodomor (« extermination par la faim » en ukrainien), cette « Grande famine » provoquée par la politique brutale de Staline, maître tout-puissant de l'Union Soviétique, a été assimilée à un génocide par le gouvernement ukrainien en 2006. Elle est depuis lors commémorée tous les 25 novembre.

La plupart des historiens réfutent toutefois le qualificatif de génocide car d'autres régions que l'Ukraine ont été tout autant affectées par les réquisitions forcées et rien ne prouve que les planificateurs soviétiques aient eu la volonté d'exterminer les Ukrainiens en particulier... 

André Larané

Les communistes contre les paysans

À la fin des années 1920, l'URSS commençait à retrouver le sourire grâce à la NEP (Nouvelle Politique Économique) et à un début de libéralisation économique. Sa production agricole et industrielle retrouve en 1927 les niveaux d'avant la Grande Guerre et la Révolution. Mais beaucoup de bolcheviks s'en inquiètent. Ils craignent que la NEP ne favorise dans les villes et les campagnes l'avènement d'une nouvelle bourgeoisie qui pourrait un jour triompher du communisme ! Staline, maître tout-puissant de l'URSS, se rallie à leurs idées.

En 1928, le Vojd (Guide) annonce un premier plan quinquennal (1928-1933) en vue d'abattre définitivement le capitalisme. Il prévoit la mainmise de l'État sur toutes les activités économiques, y compris l'agriculture. C'est ainsi que doivent être collectivisées les terres sous la forme de coopératives géantes : les kolkhozes, et de grandes fermes modèles : les sovkhozes.

Cet objectif se double de la volonté d'accélérer l'industrialisation du pays et pour cela, le pays a besoin d'importer des machines. Comment les payer sinon en exportant massivement du blé et de la viande ? Le gouvernement commence par mettre la pression sur les paysans en abaissant d'office de 20% le prix du blé qu'ils sont obligés de vendre à l'État. Il augmente aussi les réquisitions obligatoires en vue de l'exportation.

Consternés, les paysans craignent le retour des réquisitions à grande échelle des années 1919-1921. En prélevant par la contrainte le tiers au moins des récoltes sous prétexte de nourrir les citadins, l'armée et l'appareil administratif, l'État communiste avait désorganisé l'agriculture et privé les paysans du minimum vital pour leur consommation et les semailles. Il s'en était suivi une gigantesque famine en 1921-1922 (trois millions de morts, principalement dans la région russe de la Volga !). Le gouvernement avait alors dû faire appel à l'aide occidentale, américaine en particulier (American Relief Administration).

Scène de rue à Kharkiv en 1932 et en 1933, Alexander Wienerberger.

La « dékoulakisation »

Le 6 janvier 1930, un décret officialise la fin de la NEP (Nouvelle Politique Économique). Staline accuse les paysans aisés, surnommés « koulaks » (d'un mot russe qui désigne un prêteur sur gages), de faire obstruction à sa nouvelle politique au nom de leurs intérêts particuliers. Aussi, dès le 30 janvier 1930, le Comité central (le gouvernement de l'URSS) décide-t-il « l'élimination des koulaks en tant que classe ».

Dans les mois qui suivent, les instances communistes se mobilisent contre les paysans. 25 000 agents de l'État ou membres des Jeunesses communistes sont envoyés dans les campagnes avec pour objectif de convaincre les 25 millions de familles rurales de rejoindre les 250 000 futures fermes collectives (kolkhozes) ou fermes d'État (sovkhozes).

À la contrainte étatique, le monde paysan réagit fort logiquement par une diminution de la production et des livraisons de blé. Mais au lieu de temporiser, le gouvernement annonce un durcissement du régime. Il est renforcé dans sa conviction par la crise économique qui secoue le monde occidental et fait croire à l'effondrement imminent du capitalisme.

Beaucoup de paysans choisissent d'abattre leur bétail plutôt que de le remettre aux kolkhozes et en quelques mois, le cheptel diminue de moitié. Dans les fermes collectives, dirigées par des communistes incompétents en agriculture et en gestion, avec des travailleurs dépourvus de toute motivation, les rendements tombent rapidement au plus bas.

Staline lui-même mesure les difficultés de la collectivisation et se résout à la freiner. Le 15 mars 1930, la Pravda, le quotidien du Parti communiste, publie une résolution du Comité central qui met fin à la collectivisation obligatoire et promet des enquêtes sur les méthodes d'expropriations des koulaks. Aussitôt, sur les 60% de familles paysannes qui avaient déjà été collectivisées, la moitié reprend son indépendance ! Mais le processus de collectivisation reprend très vite, encore plus durement qu'avant...

Dans le même temps, les prélèvements forcés s'accélèrent. Dès l'automne 1930, le gouvernement soviétique ponctionne 30% de la production agricole en Ukraine, 38% dans les riches plaines du Kouban (Caucase du nord), 33% des récoltes du Kazakhstan. L'année suivante, alors que les récoltes ont beaucoup diminué par manque de semences, les prélèvements s'élèvent respectivement à 41,5%, 47% et 39,5%...

À la fin 1931, 70% des terres sont collectivisées et la « dékoulakisation » est considérée comme achevée. C'est alors qu'apparaissent les premières victimes de la faim. L'ensemble du pays est affecté mais c'est au Kazakhstan que l'on compte le plus grand nombre de morts : 1 à 1,5 million, victimes des réquisitions du gouvernement.

En 1931, sur une production totale de blé de 700 millions de quintaux, en baisse de 140 millions sur l'année précédente, le gouvernement en extorque 228, dont 45 pour l'exportation. L'année suivante, en 1932, il fixe à 290 millions de quintaux le total des réquisitions sur une production dont tout indique qu'elle doit être en très forte baisse sur l'année précédente. Le drame en préparation n'émeut guère les hôtes du Kremlin !...

Un massacre « administratif »

Miron Dolot, rescapé du génocide ukrainien, a raconté dans un livre poignant, Les affamés, l'holocauste masqué  (Ramsay, 1986) le processus de la « dékoulakisation ».
Un représentant du Parti appelé « millième » s'est établi dans son village, accompagné de quelques membres des jeunesses communistes, en vue de mettre sur pied une ferme collective. Dans les premiers temps, les nouveaux-venus se sont contentés d'observer les villageois. Puis, un matin, ceux-ci découvrent la disparition de quelques notables (instituteur, commerçant, principaux fermiers...). Ils ont été enlevés par des policiers de la Guépéou au cours de la nuit. Leurs familles sont peu après expulsées par la force. Les villageois, abasourdis, isolés et privés de leurs meilleurs représentants, n'osent protester. Quelques arrestations et expulsions supplémentaires s'ensuivent. Elles frappent les fortes têtes ou simplement tel paysan dont le Parti convoite la maison. Pour seule explication, les officiels se contentent de qualifier les victimes de « koulaks », même si leur niveau de revenu est des plus modestes.
Le sort des prévenus est l'exécution ou la déportation dans un camp de travail (ce qui revient à peu près au même). Le vieux pope du village disparaît sans explication. Mais il est remplacé par un homme jeune, en fait un espion au service du pouvoir. C'est que le pouvoir communiste doit réfréner sa hâte d'en finir avec la religion pour ne pas heurter trop brutalement la piété villageoise.
Le village, qui compte au départ 4 000 habitants, semble alors mûr pour la collectivisation. Le « millième », devenu le maître tout-puissant du village, subdivise celui-ci en unités d'une centaine de fermiers, chacune sous l'autorité d'un fermier nommé d'office et placé sous la surveillance d'un membre du Parti. Ces chefs d'unité n'ont d'autre choix que d'exécuter les consignes officielles s'ils ne veulent pas être à leur tour déportés ou exécutés.
Réunis avec solennité, les villageois sont exhortés par les représentants officiels à rejoindre la ferme collective, ce qui signifie de remettre à l'État leurs champs, leurs outils, leurs bêtes et leurs bâtiments de ferme, en ne conservant que leur logis ! Contraints et forcés, les chefs d'unité s'exécutent mais la grande majorité des villageois persistent à résister.
Suivent d'autres réunions. Et dans chaque unité, les chefs pressent leurs homologues paysans de s'incliner. Ces subordonnés se montrent souvent sous l'effet de la peur plus brutaux que le « millième » lui-même et à leur tour multiplient les arrestations de récalcitrants. Ainsi va la « dékoulakisation »...

La grande famine

En Russie même, la paysannerie, qui a été brisée par l'occupation mongole, au cours du Moyen Âge, puis opprimée par les grands propriétaires et la grande noblesse, n'a jamais longtemps connu la liberté ni bénéficié de la propriété du sol. Elle s'est résignée à la collectivisation sans trop de réistance, y voyant une forme de retour au servage d'antan.

Les principales résistances se sont manifestées en Ukraine. Dans ce territoire grand comme la France, doté d'un sol très fertile (le tchernozion) et plus ou moins épargné par l'occupation mongole, la paysannerie a développé au fil de l'Histoire des structures comparables à celles que l'on rencontre en Occident : beaucoup de petits propriétaires attachés à leur terre, à leur pope (le curé orthodoxe) et à leur église. Rien de comparable avec la paysannerie grand-russe !

C'est ainsi que le pouvoir soviétique va resserrer la pression sur les paysans d'Ukraine, coupables de n'en faire qu'à leur tête et suspects de nationalisme. Il va se montrer d'autant plus impitoyable que le quota des réquisitions s'avère quasiment impossible à atteindre, là comme dans les terres fertiles du Don, du Caucase du nord et du Kazakhstan, qui vont autant pâtir que les Ukrainiens des réquisitions forcées.

Mémorial de la grande famine de 1932, place Mykhailivska à Kiev.Au printemps 1932, au nom de la « bataille pour le blé », les représentants du Parti multiplient les réquisitions forcées chez les fermiers. Dans les fermes collectives, les travailleurs peinent eux-mêmes à se nourrir et ne reçoivent presque rien pour les membres de leurs familles qui n'ont pas de travail (vieillards, enfants, malades). Chacun tente de survivre.

C'est alors que survient la sinistre « loi des épis » du 7 août. D'août 1932 à décembre 1933, elle va occasionner la condamnation de 125 000 citoyens à la déportation, ou pour 5400 d'entre eux à la peine capitale, cela pour le vol de quelques grains ou d'une pomme de terre.

Avec l'arrivée de l'hiver, sans surprise, survient la famine. Dans le Caucase du nord et à Rostov-sur-le-Don, la répression est menée par une commission sous la direction de Lazar Kaganovitch et Genrikh Iagoda.

En Ukraine, la répression est menée par une commission que dirige Viatcheslav Molotov. De longues files de malheureux errent le long des routes en quête de subsistance et gagnent les villes en quête de travail et secours.

Mais le gouvernement communiste ne reste pas sans réagir : le 27 décembre 1932, il institue un passeport unique pour tout le pays, avec interdiction pour quiconque de quitter son village de résidence sans autorisation du Parti ! Le 22 janvier 1933, une circulaire demande à la Guépéou et aux autorités locales d'empêcher « par tous les moyens les départs massifs de paysans d'Ukraine et du Caucase du nord vers les villes ! »

Affaiblis, les gens meurent de froid et de faim dans leurs cabanes, le long des routes ou sur les trottoirs des grandes villes, quand ils ne sont pas déportés sur un ordre arbitraire du Parti.

Beaucoup de désespérés se suicident. Un nombre non négligeable se livrent au cannibalisme, enlevant les enfants des voisins ou tuant parfois leur propre enfant pour se nourrir de leur chair. Le phénomène est si peu rare que le gouvernement fait imprimer une affiche qui proclame : « Manger son enfant est un acte barbare ! »

La famine ne relâche son étreinte qu'au mois de mai 1933 avec le retour des fruits et des légumes dans les jardins privés.

Le drame occulté

Contrairement à ce qui s'était passé en 1919-1921, il n'a pas été question en 1932-1933 de faire appel à l'aide étrangère pour secourir les affamés... De toute façon, si le gouvernement avait eu la moindre intention de secourir les paysans, il lui eut suffi de leur distribuer le blé destiné à l'exportation.

Staline préfère cacher le drame. En Ukraine même, dans les grandes villes comme Kharkov où viennent mourir des malheureux, les habitants affectent l'indifférence ou l'ignorance.

À l'étranger, où filtrent malgré tout des informations sur la famine et les excès de la « dékoulakisation », les communistes trouvent des gens complaisants, cyniques ou naïfs pour relayer leurs mensonges sur la prospérité de l'Union soviétique et de ses habitants.

En août 1933, le journal L'Humanité (communiste) écrit : « Il n'y a pas de famine en Ukraine ni dans aucune république ou région de l'Union soviétique. Mais la campagne antisoviétique fait rage parce que l'URSS a déjoué tous les plans d'agression, parce que sa puissance, parce que sa politique de paix enregistre des succès retentissants. » L'opinion occidentale est d'autant plus portée à entériner ces propos qu'au même moment, à Berlin, Hitler et le parti nazi s'installent au pouvoir et qu'il paraît malvenu d'affaiblir les Soviétiques, contrepoids bienvenu à cette nouvelle menace.   

Walter Duranty, correspondant du New York Times à Moscou, reçoit le prix Pulitzer pour des reportages qui se révéleront plus tard outrageusement mensongers. Il accable aussi de calomnies le jeune Britannique Gareth Jones qui avait témoigné de la situation dramatique de l'Ukraine en octobre 1933.

Le cas le plus notable est celui d'Édouard Herriot, maire de Lyon et chef du parti radical français, qui se rend en URSS à l'été 1933. Il aspire à un rapprochement entre la France et l'URSS pour contenir l'Allemagne, qui vient de tomber aux mains des nazis. De ce fait, après avoir parcouru l'Ukraine en compagnie des officiels soviétiques, il déclare, péremptoire : « J'ai traversé l'Ukraine. Eh bien ! je vous affirme que je l'ai vue tel un jardin en plein rendement. » Il est vrai que les communistes ont fait ce qu'il fallait pour cela, maquillant les villages où devait passer le leader occidental, dans la tradition des « villages Potemkine »... ou à l'image de Tintin au pays des Soviets (Hergé). La Pravda exulte le 13 septembre 1933 : « Un démenti catégorique aux mensonges de la presse bourgeoise ».

Au total, c'est environ quarante millions de personnes qui ont été affectées par la famine, en Ukraine comme dans le Kouban, les riches plaines du Don et le Kazakhstan. Dans cette république d'Asie centrale, les principales victimes furent les nomades affectées par la sédentarisation forcée et la saisie du bétail. La famine et son aspect intentionnel ne font plus guère débat parmi les historiens.  S'agit-il pour autant d'un génocide ? Les députés ukrainiens ont tranché en votant le 28 novembre 2006 une loi affirmant que « la famine provoquée par les Soviétiques est un génocide contre le peuple ukrainien ».

Irlande-Ukraine, mêmes famines !

L'historien Emmanuel Todd note dans La défaite de l'Occident (Gallimard, 2024) que l'Irlande en 1842-1845 et l'Ukraine en 1931-1933 ont partagé le douteux privilège de subir les dernières grandes famines européennes.
Sans trop de surprise, ces famines sont intervenues dans la phase de décollage économique du Royaume-Uni d'un côté, de l'URSS de l'autre, l'économiste américain Walt Whitman Rostow ayant montré que le décollage économique était toujours un moment politique très périlleux et violent (Les étapes de la croissance économique, 1960).
Ces deux famines ont été aggravées, voire provoquées par des idéologies en sens opposé :
• Le libéralisme anglo-saxon qui s'opposait à ce que l'État secoure les affligés (il en ira de même au Bengale soixante ans plus tard).
• Le collectivisme soviétique qui combattait la paysannerie traditionnelle.
Todd note avec ironie que, là comme ailleurs, le libéralisme a fait la preuve d'une plus grande « efficacité » : 1 million de victimes sur 8,5 millions d'habitants en Irlande (12% de la population) contre 2,6 millions sur 31 en Ukraine (8,5% de la population « seulement »).

Publié ou mis à jour le : 2024-01-13 17:17:21

Voir les 5 commentaires sur cet article

Louis (11-08-2012 18:22:07)

Bonjour;

Quand on pense qu'à la mort de Staline certains députés français firent debout, une minute de silence en pleine session du Parlement.

Louis

Claude POSTEL (06-08-2012 13:02:31)

oui j'ai lu des articles sur la grande famine ukrainienne il y a déjà au moins 40 ans et la responsabilité de Kroutchev était clairement établie - avant qu'il ne "devint le sauveur de l'URSS ... Lire la suite

Michel Bourassa (28-12-2010 18:23:54)

Préparer un communiqué à l'intention des médias, et l'expédier de par le monde peu de temps avant le 7 aout, pour que cette dramatique page d'histoire soit mieux connue, et que le fait que le nombre d... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net