2 mars 1476

Charles le Téméraire battu à Grandson

Le 2 mars 1476, Charles le Téméraire reçoit une magistrale raclée près de Grandson. Les vainqueurs sont les Confédérés suisses, guidés par les Bernois. Ils remportent un honorable butin. C'est le début des guerres de Bougogne. Elles seront fatales au « Grand-Duc du Ponant ».

André Larané

Le crime de trop

Exécution de la garnison lors de la bataille de Grandson, 1476 - Grande chronique des guerres de Bourgogne, Diebold Schilling le Vieux,  XVe siècleLe duc de Bourgogne, dans le souci de réunir en un seul tenant ses possessions de Bourgogne et de Flandre, s'est emparé de Nancy à l'automne 1475. De là, il prend la direction de Berne en vue de punir les Confédérés suisses, coupables d'avoir noué alliance avec son ennemi, le roi de France Louis XI. Sur le chemin, il met le siège devant le château de Grandson, au bord du lac de Neuchâtel.

Puis, en janvier 1476, il se retourne contre les Suisses. En grand équipage, avec plusieurs dizaines de milliers d'hommes et toute sa maison, sa vaisselle d'argent, les archives de sa chancellerie et son trésor, il franchit le Jura par le col de Jougne enneigé, arrive à Orbe et prend la route de Neuchâtel. Le duc veut s’assurer le passage vers Berne et Bâle.

Sur cet axe, un seul verrou sérieux : Grandson, à l'extrémité occidentale du lac de Neuchâtel. Il prend d’assaut la ville après huit jours de siège. Le 28 février, maître du château, il fait massacrer la garnison, pas moins de 400 hommes, malgré la promesse de leur laisser la vie sauve.

Le crime suscite l’ire des Confédérés qui, pourtant, n'ont guère de leçon d'humanité à donner à quiconque ! À l'appel des Bernois, près de 20 000 hommes se rassemblent à Neuchâtel, se dirigent sur Grandson et, bien qu'en infériorité numérique, attaquent le camp fortifié du duc.

La bataille de Grandson, 2 mars 1476 (Chroniques du Lucernois Diebold Schilling, 1513)

Une bataille sonore

Le 2 mars 1476, la bataille s'engage. Charles le Téméraire veut attirer les assaillants dans la plaine pour mieux les écraser. À cet effet, il demande à son avant-garde de se déplacer. Par une malchance inouïe, ses autres corps d'armée croient à une retraite. Ils sont qui plus est effrayés par des Confédérés qui surgissent de la forêt sur leur flanc gauche au son des cors.

C'est aussitôt la débandade dans les rangs bourguignons. Ils abandonnent sur place leur artillerie et un fabuleux butin qui ne va pas manquer de semer la zizanie parmi les vainqueurs...

Les 400 hommes de la garnison se rendent le 28 février 1476, semble-t-il sur la promesse d'avoir la vie sauve. Au lieu de cela, ils sont massacrés.

Publié ou mis à jour le : 2019-02-26 18:36:49

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net