Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 25 octobre 1415

Vous avez accès à
trois dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

25 octobre 1415

La «fleur de la chevalerie française» défaite à Azincourt


Traduction en Anglais

Le 25 octobre 1415, la « fleur de la chevalerie française » est anéantie à Azincourt, au nord de la Somme, par les archers et les piétons du roi d'Angleterre, Henri V de Lancastre (28 ans).

Le désastre d'Azincourt relance la guerre de Cent Ans après une embellie de 35 ans. S'ajoutant aux défaites de Crécy et Poitiers, Azincourt signe la mort de la chevalerie féodale.

Désastre français

Énergique et ambitieux, le jeune roi anglais profite de la folie du roi Charles VI pour dénoncer la trêve conclue en 1396.

Il débarque près de Harfleur avec 1 400 navires, de l'artillerie et 30 000 hommes. Après la prise de Harfleur, il se dirige avec 15 000 hommes vers Calais en vue de s'y retrancher. Il projette de reprendre l'offensive au printemps suivant avec son allié, le puissant duc de Bourgogne.

Entre temps, le roi de France a convoqué le ban et l'arrière-ban de son armée, selon la vieille coutume féodale. Les chevaliers français groupés autour de la faction des Armagnacs vont à sa rencontre pour lui couper la route.

Les Français, qui ont l'avantage du nombre (50 000 combattants contre 15 000 !), dédaignent d'écouter les conseils du duc de Berry, oncle du roi. Après plusieurs jours de tergiversations, qui laissent aux Anglais le temps de reprendre des forces, ils décident d'attaquer ceux-ci en un lieu très étroit où il leur est impossible de se déployer.

Les chevaliers ne daignent pas attendre la piétaille. Ils sont par ailleurs encombrés par des armures qui atteignent jusqu'à 20 kilos. Face aux volées de flèches, dans la panique, beaucoup chutent de cheval.

Les vainqueurs ont bientôt une telle foule de prisonniers (1 700 environ) que le roi Henri V, craignant une attaque de revers, ordonne de les égorger ! Seuls sont épargnés quelques grands seigneurs, dont le duc Charles d'Orléans.

Les pertes sont énormes du côté français (près de 10 000 hommes contre 1 600 du côté anglais). Elles font d'Azincourt l'une des batailles les plus meurtrières du Moyen Âge occidental.

Fort de sa victoire inattendue, le roi d'Anglerre entreprend la conquête de la Normandie.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2017-04-07 11:43:01

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Magrou (10-12-201615:35:37)

Arrêtez avec les anglais et la perfide Albion! Ils nous ont fait beaucoup de mal inutilement par volonté de puissance ! Hitler n'aurait pas fait long feu avec sa maladie de Parkinson qui progressait à grand pas et après lui en Allemagne : rien!
La nature s'arrange toujours avec l'Histoire! L'homme n'est qu'un chétif animal malfaisant.
Les anglais et la colonisation: parlons en!
Ils ne sont sauvés que par Darwin Newton et Turner!
GM

Magrou (10-12-201615:35:37)

Arrêtez avec les anglais et la perfide Albion! Ils nous ont fait beaucoup de mal inutilement par volonté de puissance ! Hitler n'aurait pas fait long feu avec sa maladie de Parkinson qui progressait à grand pas et après lui en Allemagne : rien!
La nature s'arrange toujours avec l'Histoire! L'homme n'est qu'un chétif animal malfaisant.
Les anglais et la colonisation: parlons en!
Ils ne sont sauvés que par Darwin Newton et Turner!
GM

Colette (06-11-201509:23:16)

Azincourt est affreux, la mémoire collective des Français semble hantée par nos défaites et par les victoires des Anglais, même aujourd'hui. Pourtant, impossible de ne pas admirer les Anglais, pour tout ce qu'ils ont réussi dans l'histoire moderne : navigation, découvertes scientifiques, système éducatif, relations internationales,philosophie, et j'en passe. Je m'inclinerai toujours devant leur héroïsme en 1940 et leur résistance au nazisme. Où serions-nous sans les Anglais ?


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot catilinaire, synonyme de harangue violente?

Réponse
Publicité