Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 19 octobre 1935

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

19 octobre 1935

Fin de la Longue Marche


Le 19 octobre 1935 s'achève la Longue Marche des communistes chinois et de leur chef Mao Zedong.

Après une épopée de douze mille kilomètres à travers la Chine, les communistes se réfugient au Shaanxi. Dans cette province montagneuse isolée du nord-ouest, ils échappent aux attaques du parti rival du Guomindang et de son chef, Tchang Kaï-chek (on écrit aussi Chiang Kaï-Shek ou Jiang Jieshi).

C'est au cours de la Longue Marche que Mao Zedong s'impose comme le leader des communistes chinois et va les mener à la victoire finale.

De difficulté en difficulté

Fils d'un riche paysan, Mao est né le 28 décembre 1893 au Hounan, au coeur de la Chine. Il a participé au mouvement étudiant du 4 mai 1919 puis à la fondation du Parti communiste en 1921.

Au risque de mécontenter les alliés soviétiques, il cultive l'idée que les révolutionnaires chinois doivent s'appuyer en priorité sur la paysannerie misérable des campagnes plutôt que sur la classe ouvrière des villes. Cette idée est longtemps combattue par les autres leaders du Parti, notamment le très influent Chou En-lai.

Mao fait valoir les échecs des soulèvements prolétariens à Canton, en 1926, ou encore à Shanghai, en 1927 (le roman d'André Malraux, La condition humaine, retrace cet événement). Il réclame un changement d'orientation. Lui-même donne l'exemple en consolidant son emprise sur le parti communiste dans sa région, au sud-ouest du Yangzi Jiang. Profitant de la déliquescence des pouvoirs publics, il crée un État communiste au Jiangxi. Il impose son autorité sur les militants communistes et les paysans de la région sans rechigner aux exécutions sommaires, aux tortures et aux massacres de masse.

L'offensive de Tchang Kaï-chek sur ce dernier bastion communiste chinois l'oblige à fuir vers le nord. C'est donc la Longue Marche qui le mènera au Shaanxi au terme de ce périple de 12 000 km... Mais de 130 000 au départ, un an plus tôt, les communistes ne sont plus que 30 000. La faim et la lutte contre les troupes du Guomindang ont eu raison des autres.

Désormais en sécurité et assuré d'une autorité sans faille sur ses troupes (ou ce qu'il en reste), Mao introduit la révolution dans les campagnes, par le partage des terres (et le massacre des mécontents).

Fort du ralliement de l'influent Zhou Enlai, l'un des chefs de l'insurrection ouvrière de Shanghai de 1927, il se fait enfin élire président du Comité central du Parti Communiste Chinois en février 1935.

Les guerres civiles

Cliquez pour agrandir
De la fondation de la République en 1911 à la proclamation de la République populaire en 1949, la Chine connaît des décennies parmi les plus dramatiques de son Histoire : guerres civiles entre chefs républicains et impériaux, guerre civile entre communistes et Guomindang, invasion japonaise...

Vers la revanche

Mao s'autorise une alliance tactique avec le Guomindang pour repousser l'envahisseur japonais. Dans les faits, il se garde bien d'engager ses troupes dans la guerre patriotique et laisse ses rivaux en supporter tout le poids. Sitôt après la défaite japonaise, en 1945, il reprend le combat contre Tchang Kaï-chek et l'oblige à se réfugier à Taïwan avec ses partisans.

Le 1er octobre 1949, triomphal, il proclame à Pékin la République populaire de Chine.

André Larané

Publié ou mis à jour le : 2017-01-16 16:16:48

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quel bon roi font référence les calissons d'Aix ?

Réponse
Publicité