16 juin 877 - Le capitulaire de Quierzy et la féodalité - Herodote.net

16 juin 877

Le capitulaire de Quierzy et la féodalité

Le 16 juin 877, le roi carolingien Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne, réunit à Quierzy-sur-Oise ses compagnons de combat (en latin comites, dont nous avons fait comtes). Il veut les emmener en Italie secourir le pape menacé par les Sarrasins. Mais ses compagnons rechignent à une nouvelle expédition. Ils appréhendent de quitter les terres qu'ils ont reçu mission de défendre !

Pour les rassurer, le souverain promet de ne pas leur enlever ces terres et de les laisser à leur héritier s'il advenait qu'ils meurent pendant l'expédition. Cette concession parachève la féodalité, un ordre social inédit, caractéristique de la chrétienté médiévale et fondé sur des liens personnel entre supérieur (suzerain) et inférieur (vassal).

André Larané
Charles le Chauve empereur en son royaume

Cette miniature montre Charles le Chauve béni par la main de Dieu, avec à ses pieds la personnification des principales provinces de son royaume. Elle est extraite du Codex aureus ou Évangile de saint Emmeran de Rastibonne (Bibliothèque de Munich).

L'hérédité en récompense des services rendus

Les prémices de la féodalité apparaissent à l'époque de Carloman et Pépin le Bref, fils de Charles Martel : à la faveur des conciles de 742 et 743 présidés par saint Boniface, il est demandé aux compagnons du souverain de servir celui-ci en contrepartie des biens qu'il aura confiés à leur garde, essentiellement des domaines terriens qualifiés de fiefs (du bas latin fevum qui désigne le bétail et viendrait lui-même d'un mot germanique fehu).

Les historiens voient dans cette disposition le premier exemple d'un engagement personnel de type vassalique.

En échange des services rendus et en contrepartie d'un hommage, les compagnons du souverain pouvaient pleinement jouir des revenus de leurs terres jusqu'à leur mort mais non pas les céder à leurs héritiers.

À Quierzy-sur-Oise, pour les amadouer donc, Charles le Chauve leur présente un capitulaire, autrement dit un texte réglementaire, par lequel il garantit les droits de leurs fils sur leurs terres au cas où ils viendraient à mourir pendant l'expédition.

Ce capitulaire de Quierzy-sur-Oise témoigne de la mise en place progressive d'une noblesse héréditaire et terrienne destinée à suppléer aux défaillances du pouvoir royal.

Au fil du temps, la plus grande partie de l'empire carolingien passe sous la tutelle d'un seigneur. Les grands barons délèguent à leur tour une partie de leurs terres à leurs compagnons. En échange, ces derniers leur rendent également hommage et les assistent à la guerre.

Il s'ensuit après l'An Mil une société fortement hiérarchisée où chaque noble est lié à son supérieur hiérarchique, appelé suzerain, par un engagement exclusif ; lui-même, appelé vassal (du bas latin vassus, serviteur), attend assistance et protection de son suzerain.

Il en résultera la « société féodale », fondée sur des allégeances personnelles du vassal au suzerain. Dans ce cadre, chacun a un suzerain qui est son supérieur hiérarchique, à l'exception du roi qui trône au sommet. Cet ordre social sera qualifié rétrospectivement par les historiens de féodalité (mot dérivé de fief ou peut-être du latin feudus, qui se rapporte à la confiance).

Publié ou mis à jour le : 2019-06-11 11:55:56

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net