12 janvier 1904 - Les Hereros se révoltent... et meurent - Herodote.net

12 janvier 1904

Les Hereros se révoltent... et meurent

Le 12 janvier 1904, les Hereros se révoltent contre les colons allemands qui occupent leur territoire, le Sud-Ouest africain (aujourd'hui la Namibie). Les Allemands réagissent avec une brutalité extrême et exterminent la presque totalité du peuple herero.

 
Un génocide ?

Le drame herero reflète les horreurs dont a été entachée l'expansion coloniale européenne à la fin du XIXe siècle. Il donne aussi un avant-goût des génocides du XXe siècle. Est-il lui-même un génocide ? Non. Il ne relève pas du projet d'extermination d'un peuple, coupable du seul fait d'exister.

Il se présente comme une risposte disproportionnée à un soulèvement armé. De ce genre de risposte, l'histoire européenne en est hélas tissée et les peuples africains n'ont pas été les seuls à en pâtir. Que l'on songe seulement à la répression du soulèvement vendéen par les Républicains français et au compte-rendu du général Westerman !

Si les Allemands ont sévi contre les Hereros et laissé tranquilles les Ovambos et les Hottentots, autres peuples du Sud-Ouest africain, c'est que seuls les premiers les ont attaqués. Cela fait toute la différence entre ce massacre et les génocides ultérieurs d'Arméniens, de Juifs, de Tziganes ou encore de Tutsis.

De l'oppression coloniale à la guerre

Le Sud-Ouest africain est un territoire grand comme deux fois la France, semi-désertique et inhospitalier, bordé à l'ouest par l'océan Atlantique et au sud par le fleuve Orange. Avant l'arrivée des Européens, il est seulement habité par des groupes clairsemés, Aborigènes (Hottentots et Khoisans) et Bantous ou Noirs (Ovambos et Hereros).

Le 24 avril 1884, le gouvernement du chancelier Bismarck en prend officiellement possession. Les colons allemands fondent une capitale proprette, Windhoek, et développent de vastes plantations en employant les indigènes à des travaux forcés, en volant leur bétail et à l'occasion leurs femmes (d'où l'apparition, rapidement, d'une communauté métissée).

Combats entre Herreros et AllemandsC'est dans ce contexte qu'éclate la révolte des Hereros. 123 Allemands sont massacrés en trois jours dans des conditions particulièrement horribles. Six mois plus tard, le général major Lothar von Trotha débarque dans la colonie avec un renfort de 3500 soldats.

Le 11 août 1904, ses troupes encerclent 7500 Hereros sur le plateau de Waterberg. Leurs armes puissantes ont facilement raison des assiégés. Les survivants sont chassés avec leur bétail vers le désert du Kalahari.

Le 2 octobre, un ordre du jour de Von Trota leur enlève tout espoir de retour.

Cet ordre d'extermination (Vernichtungsbefehl) est ainsi rédigé : « À l'intérieur de la frontière allemande, tout Herero, avec ou sans fusil, avec ou sans bétail, sera fusillé. Je n'accepte plus ni femme ni enfant, je les renvoie à leur peuple ou fais tirer sur eux. Telles sont mes paroles au peuple herero. Le grand général du puissant empereur. Von Trotha ».

Le 11 décembre de la même année, le chancelier allemand Bülow ordonne d'enfermer les Hereros survivants dans des camps de travail forcé et peu après, les dernières terres indigènes sont confisquées et mises à la disposition des colons allemands.

Dans les trois années qui suivent, des dizaines de milliers de Hereros succombent à la répression, aux combats, à la famine et aux camps. De près d'une centaine de milliers, leur population tombe à 15.000.

Du Sud-Ouest africain à la Namibie

Conséquence de cette tragédie, les Hereros sont aujourd'hui dépassés en nombre par les Ovambos dans la Namibie moderne (nouveau nom du Sud-Ouest africain).

Placé par l'ONU sous mandat sud-africain en 1945, le territoire est devenu indépendant en novembre 1989.

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès