Contes de l'enfance - Grand-mère, raconte-moi une histoire - Herodote.net

Contes de l'enfance

Grand-mère, raconte-moi une histoire

Noël approche, les yeux des enfants s'illuminent. Ils imaginent derrière le sapin un pays extraordinaire peuplé de princes charmants et de jeunes filles à la robe couleur de nuit. Gagnons avec eux le fabuleux pays des contes…

John Atkinson Grimshaw, Spirit of the Night, 1879

Compte, comptine, conte

Fées, princesses, magiciens et sortilèges sont les ingrédients habituels de nos contes… Rien qui soit ordinaire !

Gustave Doré, illustration du Chat botté, 1862, BNFInterrogeons l’étymologie. On retrouve la trace des premiers contes dans les « comptines », chansons enfantines rythmées (qui ne connaît « Am stram gram, piké, piké, kolégram » ?). Elles tirent leur nom du latin « computare » (calculer, compter).

Les contes ont d'abord désigné avec quelque dédain les récits à dormir debout recueillis à la veillée, dans les soirées d’hiver, quand petits et grands se rassemblaient autour de la cheminée.

Le conte est en effet avant tout populaire, histoire de grands-mères et de nourrices dans les fermes, mais aussi de conteurs professionnels dans les châteaux et dans les foires. Comme dans le Roman de Renart, on aimait entendre les aventures sans cesse réinventées d’animaux personnifiés ou de chevaliers audacieux.

Ce caractère oral explique la brièveté de ces récits qui devaient s’assurer l’attention du public, mais aussi la richesse des textes, nourris de l’improvisation de chacun et du quotidien de chaque époque.

« Si Peau d’Âne m’était contée... »

Jean de La Fontaine note l’attraction qu’exercent fables et contes sur tous les publics, y compris le plus exigeant :

(...)Si Peau d'Âne m'était conté,
J'y prendrais un plaisir extrême.
Le monde est vieux, dit-on : je le crois ; cependant
Il le faut amuser encor comme un enfant.

(Le Pouvoir des Fables, Livre VIII - Fable 4, 1678).

Quelques années plus tard, en 1695, la « grande » littérature s’empare des contes populaires et leur donne ses lettres de noblesse grâce à Charles Perrault.

Déjà âgé de 67 ans, chef de file des Modernes dans les cercles littéraires de Versailles, l'académicien publie les Contes de ma mère l’Oye après les avoir testés sur ses enfants. Toute la cour de Louis XIV succombe alors aux charmes de la Belle au bois dormant et du Chat botté (...).

 


L'auteur : Isabelle Grégor

Isabelle Grégor

Isabelle Grégor a obtenu un doctorat de Lettres modernes avec une thèse consacrée au récit de voyage de Bougainville. Cette thèse a donné lieu à des publications, par exemple dans la Revue d'Histoire maritime, et à des conférences dans des colloques scientifiques.

Notre collaboratrice a également passé avec succès le concours de CAPES en 2008 et enseigne les lettres dans un lycée de Poitou-Charentes.

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net